Cahier de réussites, carnet de progrès, suivis individuels


#18

En toute honnêteté, quand je récupère des enfants en GS je ne regarde pas leur livret de l’année d’avant. Ca ne me parle pas du tout. Et de toute façon ca ne m’intéresse pas, je préfère découvrir l’enfant moi-même.
Bien sur s’il y avait un point très particulier comme une situation de handicap, une situation familiale délicate, j’apprécierai d’en être informée… mais pas par un livret d’eval.

Donc au final ce livret intéresse qui ? Pas moi, pas les familles, pas les enfants. Mon IEN peut-être ? Je le lui demanderai je pense, parce que je veux vraiment comprendre pourquoi on me demande d’en faire un. Et je suis comme les enfants tu vois, je n’arrive pas à faire quelque chose quand je n’en comprends pas le sens.
La seule chose qui fait sens à mes yeux c’est de donner un avis écrit au milieu de l’année et en fin d’année, car ça rassure beaucoup les familles. Et comme il s’agit bien de rassurer, il n’y a que du positif.


#19

Merci pour vos points de vue. Je rejoins Mélanie, et c’est ce que nous sommes encouragés à faire chez nous, il n’est pas nécessaire de distinguer par niveau. En collant chaque compétence au fur et à mesure de son acquisition par l’élève, on suit les progrès de cet élève la sans le mesurer à une norme, sans dire, “à cette période là il devrait en être la” (ce que peut laisser croire une compétence non coloriée).
Par contre, je crois qu’on peut faire de cette contrainte administrative quelque chose qui a du sens pour nous, pour les élèves et pour les parents. C’était mon ambition en tout cas en posant ma question. Je le vois comme une façon d’individualiser les tableaux de suivis de Celine que j’utilise de la même façon qu’elle, affichés au mur. Par exemple un cahier pour chaque l’élève ou il collerait la photo du plateau au moment où je lui présenterai. Je pourrai ensuite écrire la date et mettre un point vert à côté de cette photo quand l’atelier sera maîtrisé, comme je le fais sur mon tableau de suivi. Transformer mon tableau de suivi en livret scolaire pour chaque enfant en somme. Je ne sais pas si je suis claire.
Ma question dans ce cas reste en suspens… Car j’ai bien vu toutes les vidéos et je connais bien son point de vue sur “vous faites ce que vous pensez, faites vous confiance…” Aussi bien que sur le principe de ne pas associer l’enfant à sa propre évaluation. Ca n’empêche que c’est le lieu ici pour faire évoluer notre pensée non ?
Celine dit qu’elle ne ratait pas une occasion de nommer les réussites des enfants, avec eux et à leurs parents, grâce à un texto même parfois… En contre partie, elle insiste sur les effets délétères du jugement du travail d’un enfant. Elle ne s’abstenait pourtant pas de suivre les progrès de chaque enfant, ce qui me semble indispensable, et de remplir des livrets trimestriels qui n’avaient pas vraiment de sens pour elle. Je pense qu’il est possible d’aller au delà de sa pratique, c’est ce qu’elle nous invite à faire,(@Celine, tu confirmes?) et de réfléchir à une forme de livret scolaire non jugeante pour les enfants. Je m’interroge alors que leur implication dans l’élaboration de ce livret. Si de temps en temps ils nous voient valider une compétence, ca revient à constater leur réussite, de la même façon qu’on pourrait le faire à l’oral non ? Ils pourraient s’approprier ce cahier en écrivant leur prénom la première fois qu’ils y parviennent, on pourrait y ajouter des photos d’eux, un pliage d’origami particulièrement réussi, y agrapher une table d’addition réalisée entièrement…
Je crains par contre toujours la compétition entre enfants, à celui qui aura collé le plus de vignettes, à celui qui en aura validé le plus et c’est pourquoi je vous redemande votre avis… Désolée pour le pavé !


#20

@Ann oui bien sur tu as raison, ce forum est tout à fait le lieu pour en discuter. Ce que Anna et Celine ont fait dans leur classe n’est pas le modèle absolu.
Je ne doute pas qu’il soit possible de faire un livret qui intéresse les familles, et je sais que vous êtes nombreux par exemple à prendre énormément de photos pour illustrer les progrès des enfants au quotidien. Et sincèrement je trouve ça formidable. Toutefois si je prends en compte la ratio énergie depensée/ effet positif sur les apprentissages, ça remet la chose en question. Et pour ma part, je préfère avoir du temps pour me reposer, et arriver détendue chaque jour en classe pour pouvoir être totalement disponible pour les enfants.
Notre but ultime est l’épanouissement des enfants, avec pour effet collatéral un engouement massif et facile dans les apprentissages lire/ecrire/compter. Je veux que mon énergie entière aille en ce sens, et donc j’élimine le reste… à tort ou à raison !
Quoiqu’il en soit, je vais suivre la discussion avec grand intérêt !


#21

Alors depuis hier, j’ai ôté la distinction par niveau et par période, et là je vais encore simplifier… car j’ai compté les items, presque 100 c’est idiot ! Et oui je pense aussi que la collègue qui reprend les élèves ne prend jamais le temps de lire les livrets… Mais l’an dernier j’avais fait un livret comme ça, seulement pour les PS, et à la réunion de rentrée les parents m’ont dit qu’ils avaient beaucoup apprécié les “sourires”, ainsi que les encarts sous chaque domaine “points forts et/ou besoins à prendre en compte”…
Merci Mélanie, je suis tout à fait d’accord avec toi, il faut se simplifier la vie et garder son énergie pour ce qui compte vraiment… donc ce livret je vais le faire plus personnel, moins officiel, et plus ramassé…
Pour Ann, j’admire ton enthousiasme, et je pense que si tu arrives à le faire ce sera ma-gni-fique, et sans doute un plus, et pour tes élèves et pour les parents… mais quand même, quel boulot ! Et puis ça va coûter cher en impression de photos…


#22

j’ai déjà essayé pas mal de systèmes, j’en reviens souvent à la même conclusion que @Melanie … à quoi/qui ça sert ?

lors d’une animation pédagogique sur l’évaluation, je m’étais un poil fait remarqué par mon IEN en lui posant la question … elle n’avait pas apprécié que je lui demande si les parents avaient vraiment besoin de ça pour voir les progrès (ont-ils mis un point vert à leur enfant le jour où il a marché seul ou le jour où il a mis ses chaussettes sans aide ???)

je pense qu’on peut très bien être dans l’implicite : si un nouveau plateau est présenté, c’est que le précédent est acquis. Nul besoin de valider quoi que ce soit : l’enfant en est bien conscient …

que nous remplissions des tableaux me semble indispensable, mais cela reste un outil d’enseignant

c’est le regard sur les acquis qu’il faut réussir à changer : quelque soit le format choisi, le système est vite perverti par l’esprit de compétition DES ADULTES … les enfants, eux, n’ont pas cet attrait naturellement, ça leur vient “à cause” de nous et de notre besoin de toujours tout comparer … Ne nous laissons plus happer par ce système, et respectons les besoins de nos élèves : notre regard bienveillant leur suffit amplement !


#23

@Mélanie je suis complètement d’accord sur le fait que chacun doit tout d’abord penser à un outil adapté à son rythme afin que cela ne soit pas chronophage et ne déborde pas trop sur sa vie perso. Il faut prendre soin de soi et garder toute son énergie pour être bienveillante envers son entourage et soi même.

Pour ma part, je reste sur les photos prises par moi et notre ATSEM. Je les regarde et les trie le midi ou le soir, parfois en famille. Je mets dans un dossier celles qui montrent un événement marquant sur l’évolution de l’enfant : dossier classeur personnel. J’imprime ces dernières et nous les collons dans les classeurs individuels. Nous utilisons un fond de couleur différent chaque mois. Pour le moment, c’est notre ATSEM qui se charge du découpage et du collage pendant la sieste. Elle aime bien cela et met parfois un post it pour les photos qu’elle a prises elle-même. Nous comptons associer prochainement les enfants dans ce découpage et collage, dès qu’ils auront exercé leur capacité à découper et s’ils le désirent.
J’adore cela, les enfants adorent regarder leur classeur, ils échangent avec les autres, très souvent (sans aucune compétition puisque chaque activité et photo sont différentes). Les parents sont ravis d’avoir un aperçu de ce qu’ils font, ce seul outil leur suffit. Ils viennent me raconter que leur fille a présenté son classeur à ses grands parents, ses frères et que personne n’avait le droit d’y toucher et c’était elle seule qui racontait…
Cela me permet en outre, de prendre des notes individuelles sur l’évolution de chacun. Pour le moment c’est moi qui écrit une légende à côté de la photo (3 photos par page). Quand l’enfant le voudra et/ou le pourra, je noterai ses commentaires jusqu’à ce qu’il soit capable de les écrire lui-même. Ce commentaire contextualise la photo (Oriane découvre…, Oriane a réussi à…, Oriane aime…).
Je prends plus cela comme un album photos souvenir de sa vie d’école. J’aime l’idée de garder la symbolique couleur pour voir le développement en fonction du temps, nous reprenons ce code couleur sur notre frise du temps collective. Et cela me détend de prendre ma plume pour écrire. Les enfants me voient écrire avec plaisir et ils commencent à y prendre goût. Ils participent à la rédaction.
Cet outil me rappelle l’album photo que je réalisais pour mes propres enfants avec des petits commentaires anecdotiques. Ils les regardaient au moins à chaque anniversaire ou à des périodes critiques de leur existence.
A la fin de la période, je synthétise les avancées en les classant dans chaque domaine et je propose une prochaine étape si je sens que l’enfant le peut et/ou le veut. Cela est plus long, mais relativement simple lorsque je regarde les classeurs (3/4 bilans par jour en fin de période).
Voici un exemple de bilan pour cette première période.
Bilan d’observations période 1.odt (621,3 Ko)

Il ne restera plus qu’à sélectionner quelques photos jalons pour les placer dans le cahier de progrès obligatoire. J’attends la prochaine période pour vérifier et sélectionner ces jalons. Je noterai un commentaire et j’y associerai sans doute l’enfant. Je pense que nous réaliserons cette sélection en conseil de cycle ou maître afin d’échanger sur le développement de l’enfant et de mieux respecter “les lois naturelles”. Cet outil nous paraissait redondant mais au final cela nous permettra de se centrer sur des apprentissages à partir et au fur et à mesure des compétences individuelles pour aller vers les compétences de fin de cycle.
J’ai abandonné l’idée de réaliser une grille de suivi en fonction de compétences ou sous compétences. Pour cette année je garderai seulement les grilles que Céline utilisait en fonction des aires. Cependant je n’ai pas tout le matériel alors je dois faire mes propres grilles avec les ateliers que nous présentons. Je n’ai pas eu encore ce temps ou ce courage. Je pense que je vais continuer la période avec mes petites listes pour chaque atelier que je présente en inscrivant différentes étapes selon ce que j’ai pu observer. Cela me permet de sélectionner des ateliers, de les faire évoluer. Avec le temps, je construirai mes propres grilles en fonction du matériel que j’aurai sélectionné et avec une certaine progressivité que j’aurai expérimentée.
Je pense qu’effectivement chacun doit faire comme il le sent et parvenir à s’approprier à sa façon les directives pour les faire siennes.
Il m’a fallu du temps pour me défaire de l’emprise des directives. Aujourd’hui, je ne me justifie plus mais je présente ma façon de faire en prenant en compte, avec bienveillance :innocent:) les directives nationales.


#24

waoh sophilo c’est vraiment super ce que tu fais ! ton bilan d’observations est carrément génial… je pense que je vais m’en inspirer pour compléter mes encarts en bas de chaque domaine “points fort et/ou besoins à prendre en compte”…
sinon, “work in progress” : j’ai divisé par 2 le nombre d’items, et ajouté un 3ème sourire : "réussite qui permet d’aider les autres, chapeau !"
je garde pour l’instant la présentation en liste d’ “indicateurs de réussite” par domaine officiel, avec leurs 3 sourires, pour les 2 années de PS/MS (et si j’avais des GS, je pourrais ne presque rien changer)
ce troisième sourire me plait beaucoup, j’ai l’impression qu’il donne leur vrai sens aux items… c’est l’enthousiasme et la joie communicative des enfants pour certaines activités qui seront ainsi reconnus par moi et connus par leurs parents…


#25

J’adore ton travail @sophilo … Mais je ne sais pas si je serais capable de dire tout ça pour chaque enfant de ma classe à chaque fin de période… Tu prends des notes quotidiennes sur eux que tu reformules c’est ça?


#26

Je confirme @Ann :slight_smile:


#27

En tout cas cela te siet bien :tulip: puisque tu le décris joliment :rainbow:


#28

Non, mes notes quotidiennes ne m’ont servies en rien. Je noterai maintenant les éléments les plus remarqués et remarquables d’un point de vue performances intellectuelles, manuelles, créatives, sportives et sociales et j’en oublie.
Je ferai ce bilan d’observations en fonction du classeur, des échanges avec les enfants, des photos et de mes notes. Je vais peut être remplir ces tableaux au fur et à mesure de mes observations. Cela me fera gagner du temps : il faut que je fasse ensuite confiance à la plasticité de mon cerveau synthétique. Je suis plutôt stimulée analytique :camera:.
@Ann, j’adore tes pavés :paintbrush:. surtout le passage ou tu proposes de mettre ponctuellement des souvenirs au fur et et mesure de nouvelles compétences acquises.
Céline parle également de laisser le temps de s’exercer, laisser un temps et relancer quelques semaines voire mois après (si je ne me trompe pas de trop). Il vaut mieux en mettre moins mais que cela soit réellement acquis et valent le coup d’un SMS, d’une photo ou de tout trace de communication.
Avec mes collègues de cycle 1, nous expérimentons tranquillement des formes de communications. Mais nous sommes toutes OK pour ne plus mettre de sous-compétences à valider ou tamponner. Ce carnet doit aussi parler à chaque enseignante qui suit pour garantir le respect de l’évolution de chacun".


#29

Moi aussi j’aime beaucoup ta réflexion @Ann.
Actuellement je prends des photos de ce qu’ils font mais certains enfants ne demandent pas les photos et font pourtant plein de choses. Puis je ne sais pas comment classer les photos donc je fais un classeur chronologique. C’est pour le moment ma seule idée pour garder une mémoire de leur travail pour eux et pour leur parents.


#30

Help ! Qqn voudrait-il partager son carnet de reussite ? Je n’arrive pas à trouver le juste milieu entre carnet pré rempli avec items illustrés et place des photos et autres traces personnelles… Je me noie ds la réflexion depuis des mois !! Merci…


#31

Je pourrais publier mon “livret de réussites”, qui est simplissime, sans photo, mais en "copié-collé’ ça ne va pas, et je ne trouve pas comment joindre un fichier…


#32

@isa1
Quand tu rédiges ton message, dans la barre tout en haut du cadre, cliques sur l’icône “barre horizontale surmontée d’une flèche pointant vers le haut” (vers le milieu de la barre). Tu pourras alors télécharger un fichier ou une image.


#33

Ou plus simple encore, tu le glisses dans le cadre de ton message en cours de rédaction !


#34

livret de réussites contenu.odt (21,8 Ko)
livret de réussites pages 2 et 1.odt (22,0 Ko)
livret de réussites pages à compléter à la maison.odt (13,3 Ko)
j’ai réussi ! voilà donc mon livret de réussites, je vais commencer à le compléter dès la prochaine rentrée… précision : je n’ai pas les GS, et je pense que pour eux il manque des précisions en maths et surtout en lecture…
la page 2 explique l’esprit du livret et le codage utilisé
les “cases grisées” n’apparaissent pas dans la version open office que j’ai faite pour pouvoir la joindre par internet, ce sont souvent les dernières, dans les domaines maths et lecture notamment…


#35

L’an dernier j’avais complété un livret ressemblant à celui-là, mais seulement pour les PS, et il n’y avait que 2 sourires… Les parents ont beaucoup apprécié les sourires à la place des couleurs et les anotations pour chaque domaine… Quand j’ai dit à la réunion de rentrée que je pensais le refaire, ils m’ont demandé de garder ces nouveautés… j’ai ajouté le 3ème sourire, qui permet de montrer que jusqu’en GS, on peut continuer à progresser en devenant “expert” et devenant capable d’expliquer, de montrer aux autres ce qu’on a bien acquis…


#36

Réponse un peu tardive mais je réponds à mesure de mes lectures.
J’ai commencé exactement cela: un carnet découpé en 5 zones (vie pratique, vie sensorielle, langage, maths, explorer le monde), je colle la vignette quand je présente l’activité et je fait une marque au feutre quand c’est acquis. Bon ça c’est la théorie parce que ça prends trop de temps en classe et que du coup, je le colle souvent les vignettes quand les élèves ne sont pas là. Mais c’est ma première année, et j’espère que petit à petit, j’arriverai à me dégager du temps pour le faire plus souvent avec eux. J’aime beaucoup ce petit carnet et certains parents m’ont dit que leur enfant aimait le montrer à la maison. En classe, ils le regardent peu et ne se comparent jamais.


#37

Je vais colorier les sourires en m’aidant de mes tableaux de suivi… (c’est plus rapide que de coller des vignettes)
Sinon ce document n’est pas à disposition des enfants dans la classe : il transite seulement 2 fois par an dans la famille avant de revenir à l’école, puis il doit être rendu à la famille pendant l’année de CP.