Dilemme privé / public


#1

Bonjour à tous,
J’ai besoin de conseils, étant un peu perdue pour faire un choix. Voilà, j’avais choisi le privé catholique pour mes 2 enfants en petite section. Cela ne se passe pas trop mal pour ma fille, mais c’est plus dur pour mon fils qui se met souvent en colère et a encore du mal à accepter les règles et gérer ses frustrations. Il se fâche quand la maitresse le gronde et quand il “embête” les autres il est puni au coin ou mis à l’écart. Cela me dérange mais je ne sais pas tellement comment expliquer que j’attends autre chose. Dans une école privée traditionnelle il fallait peut être que je m’attende à une pédagogie traditionnelle… aussi gros effectifs 27 en TPS/PS) pour petite salle de classe, donc peu de possibilité de bouger et pas d’accès en autonomie aux livres par exemple… Je m’inquiète aussi de voir qu’en CP ils sont 35 par classe. Ma fille a déjà envie d’écrire, de lire, elle est très autonome et je trouve qu’elle bénéficierait d’un autre type de fonctionnement.
A côté de cela, l’école publique de la commune, classée REP, souffrant d’une mauvaise image, a eu une nouvelle directrice qui a tout changé : classe mutualisée multi-ages pour les 45 élèves de la maternelle avec grandes salles, bibliothèque ouverte pendant les récrés, classes dédoublées du CP au CM2…
Je suis dans un grand dilemme car bien sûr un changement privé/public ne semble pas si commun et j’imagine les justifications que je devrais donner… Qu’en pensez-vous ? Merci si vous avez des conseils à me donner pour faire un choix !


#2

Bonjour,

J’ai aussi 2 enfants scolarisés dans le public traditionnel. Ils sont maintenus dans le public par convictions et parce que notre organisation professionnelle nous permet de leur offrir de petites journées. Donc du temps libre pour découvrir d’autres choses, hors cadre scolaire.

A mon sens, ce qui fait la différence c’est l’enseignant et le projet d’école. Que ce soit dans le privé ou dans le public. Si vous êtes plus en accord avec les idées de cette école publique, inscrivez-les :). Ce sera bon pour vos enfants, cela favorisera de la mixité sociale chose qui n’existe plus. Si vous fréquentez ce forum c’est que vous maîtrisez les codes. Vous pourrez soutenir l’équipe enseignante, via une association de parents d’élèves. Proposez une sortie au musée pour 5 enfants via l’association de parents d’élèves. La plupart sont gratuits pour les moins de 18 ans et vous permettrez à des enfants qui n’ont aucune pratique culturelle de s’ouvrir à autre chose. Au lieu de dépenser de l’argent dans un système qui ne vous convient pas, gonflez la coopérative scolaire que des enseignants sauront utiliser, profitez en pour aller voir un magnifique spectacle poétique que vous pourrez conseiller à la mairie pour le spectacle annuel offert. C’est du gagnant gagnant pour tout le monde.

Pour ma part, mes enfants évoluent dans un cadre privilégié et ce n’est pas gage de qualité non plus. Je recherche une école publique qui sera peut -être cataloguée comme moins bonne mais où ce sera finalement plus qualitatif. Finalement, une démarche identique à la vôtre.

Mon mari avait fait beaucoup de démarches pour inscrire notre fille aînée dans le privé car vraiment nous étions très très mal tombés avec l’une des enseignantes. Vous auriez vu le discours des gens qui maîtrisent parfaitement les codes: nous avons un potager, des poules pour la gestion des déchets, la cantine toute bio, nous pratiquons la méditation et la philosophie selon les principes de Frédéric Lenoir…Je suis sortie de là, en prenant toutes les bonnes idées et en me disant que je préfère en faire bénéficier 25 enfants plutôt que 2.

Pour ma part, j’opterai pour le changement :slight_smile:

Bonne journée


#3

Il n’y a pas de justification à donner pour s’inscrire dans le public, il faut être domicilié sur le secteur de l’école ou faire une demande de dérogation (si la nounou ou le lieu de travail des parents le nécessite). Les secteurs d’écoles sont données en mairie. Pour sortir du public, il n’y a aucune justification à donner non plus, juste une demande de radiation. Je ne sais pas quelles sont les habitudes dans le privé.


#4

Dans un sens comme dans l’autre, du public au privé et du privé au public, c’est une affaire de convictions personnelles et vous n’avez, à mon avis, de comptes à rendre à personne d’autre que vous même et votre famille.
Maintenant, si vous êtes mal à l’aise devant la directrice de l’école publique de votre secteur, rien ne vous empêche de lui expliquer que vous souhaitez retourner dans le public parce que vous trouvez le projet pédagogique de l’école très intéressant.


#5

Bonjour et merci d’avoir donné votre sentiment et votre expérience ! Vous l’aurez deviné, je connais aussi le système car je suis professeur des écoles (mais en disponibilité depuis 1 an environ) donc le choix du privé n’était pas si évident. Et j’ai aussi suivi une courte formation Montessori 3-6 ans. Je suis plutôt donc tournée vers des pédagogies différentes. bien différentes de la pédagogie traditionnelle d’une école privée.
Vous avez raison pour la mixité sociale, elle existe peu dans les écoles privées catholiques et en plus ici en Normandie rurale, il n’y a pas tant de mixité non plus (pas autant qu’en Seine et Marne où j’étais il y a moins d’un an encore).
Votre texte m’interpelle : faire bénéficier 25 enfants au lieu de 2, je n’aurai pas réfléchi dans ce sens, mais ça semble tomber sous le sens! Je suis assez engagée de manière générale et de toute façon c’est certain que je m’investirai tout autant dans une école public dans l’association de parents d’élève. Merci pour vos conseils, ça me fait vraiment avancer.


#6

Merci de votre message et je me dis en effet que c’est à moi de faire le choix (grande responsabilité tout de même !)
En fait, j’aurai plutôt tendance à être mal à l’aise avec l’équipe et la directrice du privé que j’apprécie et avec qui j’ai tissé des contacts très sympathiques. Je me dis que c’est plutôt eux qui ne comprendraient pas mon choix de changer pour le public. Mais peut-être que j’imagine cela et que cela se ferait facilement…


#7

Merci pour ce message, ce n’est pas une question administrative en fait, mais plus d’ordre personnel vis à vis de personnes avec lesquels j’ai tissé de bons contacts (équipe, directrice mais aussi parents d’élèves au sein de l’association). Je me dis qu’on me demandera d’expliquer ce choix de changer au bout d’un an à peine de scolarité.


#8

Je souris en lisant votre phrase sur le potager, les poules, la méditation etc. car effectivement ça semblerait l’école idéale !


#9

Bonjour
J’ai 2 enfants inscrits dans le privé, non pas par conviction religieuse mais juste à cause d’un refus de dérogation. Il y des préjugés pour le privé comme pour le public, je pense que c’est plus complexe qu’un simple clivage. Ayant fait des stages dans le privé, je constate quand même que c’est vieille école et que les valeurs inscrites sur papier ne correspondent pas forcément à celles que l’on voit au jour le jour. Dans le privé, j’ai trop souvent vu de la maltraitance psychologique mais me direz vous ça doit exister aussi dans le public car dans mon village, l’IEN s’est déplacé suite à un nombre de retraits importants d’enfants. Je pense que ça dépend beaucoup des enseignants mais je constate que les attendus sont supérieurs en privé. J’ai été convoqué pour mon fils qui est en 4ème car moyenne insuffisante (13.5) : on m’a précisé que s’il ne montait pas à 15, il y aurait un suivi avec avertissement et qu’il fallait 15 pour un avis favorable pour une seconde générale. Je retire ma fille du privé pour le collège à la rentrée prochaine car ce n’est pas la vision que j’ai de l’école. Je pense que chaque cas est différent donc c’est vraiment à vous de prendre votre décision mais ce qui est le plus compliqué en tant que parent, c’est de savoir ce qui se passe vraiment dans la classe. C’est un sujet tabou mais je pense que les exigences des parents sont également différents dans le privé même si cela est choquant : je connais des parents qui sont contre la mixité sociale et qui ne veulent surtout pas que leurs enfants soient mélangés aux enfants d’ouvriers… certains copains de mon fils doivent avoir 17 de moyenne sinon c’est punition et cours particuliers; du coup, certains enseignants rentrent aussi dans ce système.
Bien à vous.
Alexandra


#10

Bonjour et merci pour ce témoignage ! Je pense aussi que les attentes ne sont pas les mêmes dans le privé, que ce soit du côté des parents ou des enseignants. Je ne souhaite pas cette course à la note et cette compétition pour mes enfants ! Bon ils sont en maternelle, mais ça peut arriver très tôt en primaire hélas. J’ai surtout envie qu’ils s’épanouissent et visiblement l’école publique de notre ville s’est convertie à la méthode Céline Alvarez depuis la rentrée de septembre. Je suis allée voir la classe multi-âges lundi pour me faire une idée et j’ai été ravie de ce que j’ai vu ! des ateliers autonomes, 3 grande salles aérées, des élèves calmes et en autonomie, une ellipse au sol (ça a fait tilt tout de suite haha), une directrice super motivée, la méthode des alphas dès la Moyenne section. Pas de pression sur les enfants et même une bibliothèque ouverte pendant les temps de récrés avec un adulte… j’ai été conquise ! Le privé a des qualités aussi mais les classes y sont surchargées pour des mini salles, donc les enfants sont à l’étroit et ont peu d’autonomie pour bouger. Je me dis que mes enfants profiteront de cette classe multi-âges et que moi je débourserai moins d’argent, ou du moins je pourrai l’utiliser autrement pour aider l’école.


#11

Bonjour,
Je me pose également ces questions pour la scolarité mon enfant. A mon avis la question n’est pas tellement “public vs privé” (surtout en France ou les professeurs sont recrutés de la même façon et doivent suivre exactement le même programme), mais plus une question d’équipe. Les qualités humaines et la motivation des enseignants et de leur direction font toute la différence. C’est d’ailleurs pour cela que le choix est si difficile! Comment deviner si l’empathie et le respect sont présents au quotidien dans les classes? Comment deviner si l’équipe pédagogique est motivée, dynamique et que l’ensemble du personnel fonctionne bien ensemble?
Cela existe dans le privé comme dans le public… et malheureusement l’inverse aussi!

D’après le descriptif que vous avez fait des deux écoles, je pencherais plutôt pour le public. Peut être pourriez vous confirmer votre choix en allant flâner aux heures d’entrée et sortie des cours? Histoire de voir si les enfants sont détendus, si l’ambiance semble harmonieuse… J’ai visité une maternelle vers chez moi dont les conditions semblent idéales: aucun cris, les enfants sont calmes et sereins: J’ai tout de suite ressenti une atmosphère chaleureuse et harmonieuse! Malheureusement pour nous, c’est complet et nous n’aurons donc vraisemblablement pas de place là-bas.