Petites victoires petits bonheurs au quotidien


#107

A, élève de grande section diagnostiquée déficiente intellectuelle a appris toutes les lettres rugueuses. Malheureusement, pas de progrès avec le jeu des petits sons, je décide donc de lui proposer de la lecture de sons composant un mot existant régulièrement en me disant qu’avec le temps, elle lira peut-être. Dès le 1er essai, elle lit mur et va montrer le mur. Youhou !!!


#108

Ici ça y est, tous les GS sont rentrés dans la lecture. Mais ce qui change cette année par rapport à l’année dernière c’est qu’une grosse moitié des moyens aussi. Et l’une d’entre eux commence à lire de petits albums. Peut-être que l’année prochaine j’aurais des enfants qui liront des histoires au moment des regroupements comme à Gennevilliers !
L’entrée dans la lecture se fait très naturellement et aisément dans la classe. En revanche, je m’interroge depuis 2 ans sur le passage vers la lecture d’albums qui ne se produisait pas…


#109

Mon petit J. encore assez réfractaire aux apprentissages, lève le doigt un peu ému pour demander la parole en regroupement.
“je voudrais faire un message clair à toute la classe: ce matin j’ai balayé, c’était tout propre, et maintenant il y a plein de petits papiers sous la table à bricolage et ça me fait très mal au coeur. Est-ce que vous m’avez compris?”
“oui. attends-tu des réparations?”
“Oui, quand ça sonnera, vous viendrez m’aider à tout ramasser.”
"D’accord!"
L. lève alors la main: "moi aussi, j’ai un message clair à faire à toute la classe…"
Et pendant plusieurs minutes, je les ai écouté régler leurs soucis dans le calme et la confiance. C’était mardi après midi. Depuis, je trouve l’atmosphère beaucoup plus respectueuse des autres et de leur travail.
ils se faisaient déjà des messages clairs mais individuellement. je crois que ce moment a beaucoup soudé le groupe…


#110

Oh, c’est trop touchant; de quelle façon les as-tu initiés aux messages clairs? Etait-ce en grand groupe ou au cas par cas?


#111

En grand groupe. j’ai un tbi et j’ai pu passer une vidéo. puis nous avons fait des jeux de rôles, ma collègue et moi puis des enfants entre eux. ça marche super bien!


#112

Un grand merci pour ce témoignage! C’est très inspirant!


#113

Je n’ai jamais vu ça, nous sommes tous fatigués mais les enfants travaillent comme jamais. La classe est calme, j’ai l’impression qu’on pourrait encore continuer un mois sans souci. Ce sont nous les adultes qui avons besoin de faire une bonne nuit de 12h.


#114

Ici, c’est pareil. Quel calme et quel enthousiasme pour les activités, à quelques jours des vacances !
J’ai intégré des TPS et après 4 ou 5 matinées dans la classe, ils ont pris le pli ! Les MS et les GS (même certains PS) les prennent sous leur aile…
Celui de mes PS qui était le plus “bougon” en début d’année leur explique les règles de la classe avec beaucoup de sérieux: "Chut ! (avec un doigt sur la bouche) Dans la classe on parle comme ça."
Ce matin, il n’y avait pas de TPS et la classe a travaillé longuement (de 8h20 à 10h40) dans un calme et une sérénité qui m’auraient fait rêver il y a trois ans !
Un MS s’est lancé dans la chaîne de 1000. Il en est à 410 avec l’envie de terminer cet après-midi. je crois que la journée sera trop courte !!!


#115

Tout à l’heure je rangeais mes courses sur le parking du supermarché avec mon grand fils de presque 17 ans, quand j’entends mon prénom… “Isabelle ? Oui c’est Isabelle !” Je ne reconnais pas la jolie femme qui m’interpelle ainsi avec un grand sourire, mais je réponds que oui je m’appelle Isabelle… Elle se présente et me dit qu’elle est ravie de me revoir car j’ai été la première institutrice de son fils de 16 ans aujourd’hui, que j’avais “enchanté dès les premiers jours”… Le fiston en question était là, et souriait un peu gêné car il ne s’en souvenait pas… Mais sa maman m’a inondée de reconnaissance et de gentillesse… Elle a même reconnu mon fils, se souvenant qu’il était dans la même classe que son fils… Que je n’ai pas reconnu non plus, même quand elle m’a donné son prénom et son nom… Ils avaient déménagé après la PS, il y a donc 13 ans… Elle m’a parlé de la douceur de mon contact avec les enfants dont elle se souvient encore comme d’un cadeau…
Waooh quelle douche d’amour ! J’en suis encore toute régénérée…


#116

Quelle belle histoire !
C’est fou ce qu’un lien empathique, chaleureux et bienveillant peut marquer un enfant (et sa famille) pour toute une vie…


#117

Bonjour à tous!
Après quelques mois de césure grâce à un mi temps annualisé, je suis revenue dans une classe de MS GS de février à juin. J’ai eu le temps de prendre soin de moi, d’apprendre des langues et… De découvrir ce blog et le livre qui va avec !
DONC :
Fonctionnement de début d’année “traditionnel” mais avec beaucoup de bienveillance de la part de ma collègue, je reprends donc la classe en cours de route avec des petits bouts déja bien rodés sur l’ancien fonctionnement.
Avec un peu d’appréhension j’ai mis en place une transition progressive au fil des jours. Je ne pouvais pas faire comme si je n’avais rien lu.
Tout le semestre a été source d’émerveillement pour moi autant que pour eux. Et pour les parents aussi.

Cette semaine des tonnes de petits bonheurs quotidiens… presque des larmes dans mes yeux à chaque fois.

L., enfant curieux mais turbulent, qui soit disant n’aimait pas travailler, arrive et me dit “Maîtresse, moi ce que je préfère à l’école c’est quand on travaille, parceque c’est trop bien on apprend plein de choses, et ça j’adore trop!”

Puis le grand père de B au portail : “je passe le message des parents, ils vous remercient énormément pour cette année, ils ont été conquis par vos méthodes de travail, Q, est enchanté. Ce n’est pas de la politesse, merci, vraiment!”

Des parents enchantés et des élèves avec des étoiles dans les yeux au quotidien… Que demander de plus en tant qu’enseignant.

Merci pour ce super sujet :=) et toutes vos ondes positives !


#118

Je n’aurais jamais cru relancer cette discussion le deuxième jour après la rentrée !!!
En effet, je redoutais un peu une arrivée massive de PS cette année (14) dans ma classe de PS/MS/GS.
Et pourtant, c’est un vrai bonheur !
J’ai fait le choix de ne pas changer l’environnement. Toutes les activités sont en place.
Par contre, nous avons accueilli dès le printemps certains futurs PS (une matinée ou deux par semaine) et nous avons invité chaque famille à passer une matinée dans la classe avec leur enfant au mois de juin.

La rentrée est douce. Les 8 GS ne se manifestent pas le matin et prennent leur part dans l’accueil des petits Ils sont joyeux et sereins et n’ont pas besoin des adultes. Les moyens sont également d’une autonomie impressionnante et font plaisir à voir quand ils accompagnent les plus jeunes.
Mon ATSEM et moi, nous accompagnons chacun , accueillons les émotions, présentons les gestes préliminaires et les premières activités à ceux qui sont demandeurs.
Je m’émerveille de ces si petits êtres qui me sont confiés… Qu’ils sont beaux !


#119

Un petit tour sur ce fil pour faire l’éloge de la rentree échelonnée.
J’ai 20 élèves ; 1 TPS, 6 PS, 6 MS et 7 GS. Cette année, j’ai intégré 1 nouveau MS et 1 nouvelle PS le lundi de la rentrée, 1PS mardi, 1PS mercredi, 1 TPS jeudi et le PS qui manque n’arrivera qu’à la rentrée de novembre. Il est au Canada.
Les 2 PS restant étaient avec nous l’an dernier en TPS.
Seule la PS de lundi n’avait jamais vu la classe, les autres nouveaux étaient venus 2 fois ; une fois avec leurs parents pour l’inscription en juin et la visite de l’école hors temps scolaire et une deuxième fois pour passer une matinée de classe avec nous et un de ses parents.
C’est à ce moment que j’explique la rentrée échelonnée et que je fixe le jour avec les parents.

C’était serein, cela permet de se retrouver avec les anciens et de prendre soin des nouveaux petits de façon individuelle. Il y a eu deux enfants qui ont pleuré à la séparation, mais le fait qu’ils soient les seuls nouveaux ce jour là a permis de les rassurer correctement et les pleurs n’ont pas duré. Vendredi, tout le monde était heureux d’aller à l’école.


#120

Quelle chance Mylène @zartine . Moi j’avais 12 petits nouveaux le jour de la rentrée, car il fallait tout le monde, nous étions en comptage à 35 élèves pour une ouverture. Nous avons finalement obtenu un demi poste (voir le sujet “co-enseignement”).

La rentrée s’est bien passé cependant, les binômes grands - petits fonctionnent bien.

Quel plaisir de voir avec quelle aisance et application les petits entrent dans ce fonctionnement de classe qui leur est en fait tout à fait naturel : ils apprécient particulièrement le calme, l’autonomie et le libre choix, le rangement et les gestes méticuleux, et l’attention individuelle et bienveillante qui leur est portée. On ne leur parle pas comme à des bébés et on respecte leur choix en tant que personne à part entière, ils se sentent devenir grands en venant à l’école.

La rentrée des grands en fait est plus délicate. Ils se sentent un peu trop en confiance et sont moins attentifs aux règles strictes rappelées en début d’année : rangement, chuchotement, concentration. Il m’a fallu les séparer le matin pour éviter les petits chahuts des retrouvailles.


#121

A propos de binômes, est-ce toi qui décide quel grand s’occupera de tel petit?


#122

Bien sûr que non, je ne gère rien. Je n’impose pas les binômes grand-petit, je suis entièrement en observation, et guidage bienveillant sur le rangement, le calme, les présentations des activités de base ; ça m’occupe déjà bien avec mon effectif. Je peux inviter si besoin un grand disponible à aider un petit qui ne connait pas une activité ; souvent le grand est volontaire et fier, mais il m’arrive d’essuyer des refus, que j’accepte car je peux comprendre qu’à ce moment précis il ait d’autres projets en tête.

La seule règle que j’ai du mettre en place, c’est que les grands travaillent seuls, ou avec un petit. J’ai bien du mal à la faire respecter d’ailleurs, mais que je vais tenir sur la période au moins, le temps que les choses soient bien en place.

L’année dernière, lors de la mise en place de ce nouveau fonctionnement, j’avais été plus drastique, j’avais tenu une période entière en travail seul uniquement, avant de mettre en place le travail en binôme.


#123

Un album qui aide bien les grands à se sentir grands et aidants envers les “nouveaux petits derniers”.

image

Je souligne le fait qu’on aide et qu’on ne fait pas “à la place de”.


#124

En fait, nous nous sommes battus comme des beaux diables pendant des années. La rentrée où nous avons enfin obtenu l’ouverture, j’avais 36 inscrits (PS et MS ) dont un PS hémophile sévère. Je n’avais pas hésité à parler de maltraitance.
Nous respirons depuis 3 ans.
C’est aussi une grande victoire au quotidien.


#125

Je te comprends. Voir le sujet : Qui a une classe de 32 élèves (ou plus) ?


#126

Ma victoire du jour: avoir réussit le passage délicat de la réunion de parents pr ma 1ère rentrée en triple niveau (cela fait 2ans que je suis en “conversion” et fait partie d’un grpe “innovation maternelle” de ma circo. Il y avait pas mal d’inquiétudes et d’interrogations au début (surtout des parents de GS). Et à la fin tt ce petit monde m’a semblé rassuré et plutôt convaincus :sweat_smile:
OUF!