Qu'en est-il pour les bébés ?


#1

Bonjour, dans tout le site, vous parlez d’activités pour enfants à partir de 2 ans et 2ans et demi. Quelles sont les activités à faire avec les bébés en crèche de 0 à 24 mois?
Merci


#2

Bonsoir Emma, je vous invite à lire mon livre Les lois naturelles de l’enfant. Vous y trouverez des pistes pour se recentrer sur “l’essentiel” pour les deux premières années de vie. Vous trouverez je l’espère en quoi cet “essentiel” consiste, et pourquoi cet essentiel est si essentiel, d’un point de vue biologique. J’espère que vous m’avez suivie :wink:

J’invite les personnes qui auraient des pistes pratiques intéressantes à mettre en place en crèche à les partager ! (Avec des photos, ce serait formidable !)


#3

Bonjour,
Moi aussi je voulais savoir pourquoi mettre autant l’intérêt sur 3 - 6 ans alors que la base serait de démarrer des la naissance et donc je trouve dommage qu’il n’y ai pas plus sur la tranche 0-3 ans même si je comprends que votre expérience @Celine touche principalement les enfants a partir de 3 ans.
Si des personnes veulent donner des pistes, des liens internet que ce soit vidéo ou texte, des photos afin de voir comment vous procédez, avoir des connaissances supplémentaires en neuroscience… merci par avance je suis impatiente d’en savoir plus car j’aomerais m’y mettre plus mais je bloque de part la place dont je dispose chez moi.


#4

Bonjour,
Je suis du même avis que Phanie. Il n’y a pas vraiment grand chose pour les 0-3 ans.


#5

Je vous invite à aller voir du côté d’Emmi Pikler, et de Maria Montessori évidemment :relaxed:

Emmi Pikler, née le 9 janvier 1902 à Vienne et morte le 6 juin 1984 à Budapest, est une médecin pédiatre hongroise. Au début de sa vie professionnelle, Emmi Pikler travaille en chirurgie. C’est à partir de ses observations qu’elle est amenée à une constatation : il y a beaucoup moins d’accidents traumatiques graves chez les enfants de quartiers populaires. En effet, elle remarque que ceux-ci sont beaucoup moins hospitalisés. Au contraire, on trouve beaucoup plus d’enfants citadins hospitalisés. À partir de cette constatation, elle va fonder sa conviction : un enfant qui se déplace librement sans restriction est beaucoup plus prudent, à gérer ses activités, tomber sans risque, alors qu’un enfant limité dans ses mouvements, surprotégé se met plus facilement en danger : il n’a pas la capacité de connaître ses limites. Les enfants sous surveillance n’apprennent pas cette capacité motrice et se mettent plus danger. Emmi Pikler découvrit ainsi le nourrisson comme étant compétent.

En 1930, elle émigre à Budapest. (…) Elle partage ses connaissances du bébé avec les parents de son cabinet. Elle conseille ainsi aux parents de laisser une totale liberté aux enfants dans leurs mouvements et une attention particulière à l’épanouissement des capacités innées de leur enfant. C’est le principe de la libre motricité.

Diplômée de la faculté de médecine de Vienne, elle part s’installer à Budapest en 1947, où on lui propose de prendre la direction de la pouponnière de Lóczy, créée pour les orphelins de guerre. Elle met alors en place son approche éducative et médicale innovante, en posant comme principes la libre activité de l’enfant, son bien-être corporel, la qualité du soin et la relation privilégiée avec l’adulte qui s’en occupe, l’adulte référent. Très vite, la formidable réussite de Lóczy connaît une expansion phénoménale. Lire la suite sur Wikipédia.


#6

Bonjour, j’ai eu une découverte de la pédagogie 0-3 avec Mme Hermann et si cela intéresse quelqu’un des personnes je peux envoyer des photos :slight_smile: Cela m’a beaucoup aidée pour mon petit


#7

Voici de petits liens qui montrent pas mal de choses que l’on peut faire avec un tout petit! (aller à droite: il y a les âges de ses filles et son expérience) http://bebeliv.blogspot.fr/et aussi: j’ai 2 classeurs américains sur la pédagogie 0-18 puis 18-3 ans avec illustrations et observations bien faites par contre je n’ai pas le droit de tout diffuser, seulement une partie. Enfin voici un autre petit lien intéressant (toujours du vécu de maman aller à gauche pour les âges!) http://mercimontessori.blogspot.fr/


#8

Un exemple avec photos pour que soit directement “parlant”.


#9

Bonjour ! Je confirme qu’Emmi Pikler est une référence extrêmement riche. Je travaille cette pédagogie depuis une dizaine d’année en crèche. Notre projet est construit sur les mêmes principes fondateurs. Je vous invite également à prendre connaissance du Rapport Giampino qui est une ressource incontournable pour l’application de la bienveillance en crèche !


Quel type d'autonomie en crèche ?
#10

Bonjour,

Je suis également frustrée que nous parlions beaucoup des 3-6ans et pas assez des 0-3ans.

Je suis auxiliaire de puériculture et je pense que la période 0-3ans est une période cruciale et si un travail enrichi était bien effectué à cette période cela faciliterait le travail des enseignantes de maternelle.

Pourriez-vous m’orienter vers des livres ou blog qui permettraient aux auxiliaires de puériculture d’être aidées ? Car finalement les auxiliaires de puériculture ne sont pas si éloignées des enseignants de maternelle, une section avec pleins de petits cerveaux à faire évoluer. J’espère de tout cœur que @Celine ou une autre personne fasse la même expérience qu’elle a fait dans une école dans une crèche et écrive un livre qui pourrait aider les professionnels des 0-3 ans (auxiliaire de puériculture, éducatrice de jeune enfant, assistante maternelle…)

Je rajouterais également qu’il y a effectivement des pistes dans le livre de Céline mais cela n’est pas encore suffisant pour savoir comment précisément, selon moi.

Merci


#12

Bonjour,

J’ai acheté lundi le livre de Céline et l’ENFANT de Maria Montessori. J’ai bien entendu commencé par ce dernier qui est une mine d’or pour quiconque s’intéresse aux enfants. Sa lecture devrait faire partie de tous les programmes de formation des professionnels de l’enfance. Je vous invite à lire les deux.

Une parenthèse pour dire que j’ai été choquée à la librairie. Il y a un rayon avec du matériel dit Montessori mais aucun livre de Maria Montessori, il faut les commander. Le matériel et les activités devraient arriver après avoir compris le fonctionnement de l’enfant parce que c’est là que réside la puissance de cette approche. La matériel n’a aucun intérêt sans les bonnes relations. Je pense qu’une bonne interaction sans matériel est très bénéfique alors que tout le matériel du monde ne sert pas à grand chose sans les bons comportements. Mais peut-être que je n’ai pas compris.

Dans l’ENFANT, il n’est pas question de pédagogie à proprement parler mais de l’ENFANT dès sa naissance et de ses besoins. Écrit il y a presque 100 ans il est d’une actualité déconcertante et je trouve cela très triste. Les clés sont là depuis très longtemps mais très peu ont pris la peine de s’en servir. Merci Céline d’avoir ouvert les yeux à tous ces aveugles, j’espère que les choses vont enfin vraiment changer pour les enfants et que ce n’est pas simplement un phénomène de mode.

J’ai eu beaucoup d’émotions et parfois la larme à l’œil. C’est beau, facile d’accès, rapide à lire et devrait être lu par tous pour enfin comprendre comment fonctionne ce petit être parce que tout commence par là, du moins c’est ce que j’ai cru comprendre.
Si déjà tous les professionnels et parents posaient sur l’enfant ce regard dès la naissance, sans aucun autre artifice matériel il aurait beaucoup à y gagner et c’est ça qu’a fait Maria Montessori. Elle les a observé et a adapté son comportement en fonction de ses observations.

Prendre le temps de comprendre tout ce qui provoque des réactions négatives pour y remédier. Elle cherchait à comprendre pourquoi l’enfant pleurait ou n’était pas réceptif. Quand elle avait compris, elle supprimait l’élément perturbateur et libérait l’enfant qui pouvait alors avancer dans son développement.

Je n’ai pas fini le livre de Céline mais c’est ça que je trouve “essentiel” dans ces deux livres. Pour ce que j’en ai lu et en survolant la table des matières j’ai l’impression qu’elle aussi se focalise sur la relation à l’enfant et ses besoins et non pas sur le matériel ou les activités. La clé c’est une relation et un environnement adaptés aux besoins naturels de l’enfant. L’adulte sert principalement à ça, entrer en relation avec l’enfant pour l’aimer, le sécuriser, l’accompagner, lui parler et pas simplement lui proposer des activités qui en fait sont secondaires surtout entre 0 et 3 ans me semble-t’il. La crèche ce n’est pas l’école, ils ne sont pas là pour apprendre mais pour se développer dans les meilleures conditions.

On ne devrait jamais,jamais, jamais laisser pleurer un enfant ce qui limiterait son stress et c’est déjà beaucoup. Comme dit Céline pas de stress = meilleur développement. Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit, favoriser le développement de l’enfant.

Est-ce que c’est envisageable en crèche avec tous les enfants ?

Merci aux professionnels de la toute petite enfance de me dire comment se gère le stress du tout petit et l’individualisation en collectivité quand on est 1 adulte pour 5 enfants enfants qui ne marchent pas.

.

Bien à vous
Nadia


#13

Nous sommes en train d’ouvrir une microcrèche nature à côté de Caen basée sur la pédagogie par la nature et l’éducation bienveillante.
On ouvre dans un mois et avec l’équipe on a prévu de commencer par réviser les bases, le langage non verbal de l’enfant notamment les différents pleurs et les expressions du visage et un cours de portage en écharpe afin que l’équipe soit dès le début la mieux formée possible pour répondre aux besoins essentiels de l’enfant et sache le mieux possible répondre aux besoins des enfants et ne jamais les laisser pleurer.
Par la suite vu notre petit budget on va faire faire les ateliers faber et mazlish à l’équipe pour travailler l’écoute et la communication bienveillante.
Et au niveau pédagogique on s’est inspiré de la pédagogie montessori et de la pédagogie par la nature pour proposer aux enfants des activité variées en accès libre.


#14

Bonjour
nous sommes des professionnels qui travaillons en crèche et centre de loisirs sur Rennes. Nous nous retrouvons dans les grands principes de la pédagogie naturelle . Nous essayons de prendre le temps d’observer les enfants et d’ajuster nos pratiques à leur rythme et leurs besoins. La notion de l’enfant acteur est important pour nous. Nous avons créer notre association pour diffuser la pédagogie interactive IEDPE .
Nous aimerions échanger avec d’autres professionnels sur notre région ou ailleurs site facebook “association pour une pédagogie interactive” ou site https://www.associationpedagogieinteractiv.jimdo.com


#15

Bonjour

Je suis intéressée moi aussi par des ressources qui pourraient m’aider à accompagner mes petits. Je suis assistante maternelle, j’ai 4 enfants entre 13 et 15 mois.

Je suis souvent un peu perdue dans l’approche que je dois adopter… Je souhaite rester dans la lignée de Maria Montessori et Emmi Pickler.

Lorsque j’essaye de faire des activités de groupe (dessin, peinture, cuisine, etc), il faut accompagner chaque enfant personnellement, ce qui provoque frustration chez les autres dont je ne peux pas m’occuper en même temps. Ils demandent tous mon aide en même temps et je ne peux pas me diviser en quatre. Je voudrais leur faire faire une grande diversité d’activités, mais peut-être suis-je trop pressée ? ils sont encore petits… De plus, ils portent encore tout à la bouche (pinceau de peinture, pâte à modeler, etc). Pensez-vous que ce type d’activités est indispensable à ces âges ?

D’autre part, si je veux accompagner un enfant en individuel, par exemple pour qu’il travaille sa motricité fine, j’ai immédiatement les 3 autres qui arrivent et impossible alors pour le premier de se concentrer !

Je cours acheter les deux livres mentionnés plus haut !

Merci pour tout


#16

Bonjour maryqc — euh, qc comme Québec ?
Quelques éléments de réaction.
Je plussoie concernant Emmi Pikler. Si tu peux dénicher « Lóczy ou le maternage insolite » — écrit par deux Françaises —, je pense que tu y trouveras de précieux éléments. Par exemple concernant la possibilité d’une interaction centré sur un enfant, lorsque les autres viennent te solliciter. J’ai vu des choses en vidéo sur l’internet également…
Plus loin, tu écris : « […] ils portent encore tout à la bouche (pinceau de peinture, pâte à modeler, etc). Pensez-vous que ce type d’activités est indispensable à ces âges ? » Oui !!! porter tout à sa bouche est indispensable à ces âges : la bouche (lèvres, langue…) est extraordinaire pour nous enseigner les volumes, sans parler des textures. Ni du gout… Alors, peut-être vaut-il mieux qu’ils aient accès à des objets qu’ils peuvent porter à leur bouche sans problème.
Du coup, si la question est : des activités de dessin, peinture, modelage, cuisine sont-elles indispensables à ces âges — je fais un peu l’innocent, j’ai bien compris ce que tu écrivais —, eh bien non, cela peut attendre. Au fond, la simple observation de l’enfant nous indique ses pistes d’exploration privilégiées. Je parierais pour : motricité, équilibre, mouvements, toucher à tout — y compris porter à la bouche —, regarder, les sons qu’on produit — sans restreindre à des canons musicaux ou langagiers…
Enfin, la question de telles activités collectives. Je m’interroge sur leur pertinence, si jeunes.
Je suivrai le sujet et lirai avec intérêt les diverses contributions.
J’ai moi aussi glané des références de lecture, déjà.
À bientôt


#17

Bonjour,
Nous parlons d’enfants de moins de trois ans qui sont encore des bébés.
Ces activités ne sont pas indispensables. Ce qui compte à cet âge c’est de jouer, jouer et encore jouer. Jouer seul, jouer à plusieurs, mais toujours sous le regard bienveillant et accompagnant de l’adulte. Mettre à leur disposition suffisamment de jeux “intelligents” qui pour beaucoup sont inspirés des travaux de Maria Montessori et Jean Itard mais aussi des jeux simples comme une boite en carton ou n’importe quel objet du quotidien qui pour eux devient un trésor. Mettre en libre accès des feuilles et des crayons adaptés, ils dessineront tout seul sans les inconvénients de l’activité peinture encadrée. Sortir, prendre plaisir à toucher les éléments de la nature. Parler avec eux, mais pas pour ne rien dire, communiquer vraiment, avoir un dialogue, comprendre ce qu’ils veulent dire et leur répondre. Mettre des livres à leur disposition pour qu’ils les manipulent seuls mais aussi leur lire de jolies histoire, ils adorent dès le plus jeune âge.
Et surtout prendre son temps, ne pas les stresser, ne pas les presser, ne pas les mettre dans des situations qui inévitablement seront sources de tensions et de crises ce qui bien souvent est le cas des activités encadrées.
Les laisser choisir ce qu’ils veulent faire et les accompagner quand ils sont intéressés. Maria Montessori disait qu’un bon Maître est celui qui encourage les comportements constructifs et qui stoppe net tout comportement destructeur. Donc il faut les observer et voir ce qui est important pour chacun d’eux parce que comme nous, chaque enfant à ses affinités et ses goûts.
Dans les formations petite enfance, on apprend qu’un enfant de trois ans ne peut pas rester concentrer plus de 10 minutes, C’est faut. Il peut rester concentrer très longtemps si ce qu’il fait il l’a choisi.
Et bien sûr amour, bienveillance, empathie et disponibilité.
Bien à vous
Nadia


#18

Merci pour vos réponses qui me font avancer dans mes réflexions et façons de faire ! Ce forum est réellement très enrichissant :slight_smile:

@LucE J’ai trouvé l’ouvrage que tu cites, il est commandé :wink: . (qc comme Québec oui !)
@NadiaL Merci pour tes conseils qui me remettent en mémoire l’essentiel. Dans ma formation, il était recommandé d’animer de façon intense les journées des petits : activités, bricolages, etc.

Autre question: Pensez-vous que des images qui les aident à se situer dans le déroulement de la journée soient importants pour les enfants de moins de 3 ans ? (Arrivée, jeux, repas, brossage des dents, dodo, etc)


#19

Bonjour, maman d’un enfant de 16 mois, je me suis posée et je me pose effectivement les mêmes questions. J’ai à la maison le livre 60 activités Montessori pour mon bébé de chez Nathan et il ma beaucoup inspirée.

Voici par ailleurs ce que j’ai mis en place à la maison pour sa première année de vie:

-Premiers mois (2 à 5),
Portage
Beaucoup de chansons
Arche d’éveil en bois (marque Selecta), au dessus du tapis d’éveil. Customisée régulièrement par nos soins avec de nouvelles suspensions. C’est vraiment bien, rien à voir avec les arches en tissus.
Miroirs.
Hochets faciles à attraper (les Oball sont super).
Des mobiles variés, un peu partout dans la maison. Pas besoin de prendre des gros trucs spéciaux pour bébé. Les Montessori sont bien, mais on en trouve également de très bien en papier plié. Les girlandes qui pendent du plafond, avec petits grelots sont également très appréciées. Permettre à l’enfant de les toucher quand c’est possible. Lui apprendre à souffler dessus pour les faire bouger.

6 mois et +:
-Diversification alimentaire avec la méthode anglaise du Baby Led Weaning (BLW), alias en français Diversification Menée par l’Enfant (DME). C’est une méthode super pour donner au plus tôt de l’autonomie à l’enfant. C’est également très bien pour développer la motricité fine et les fonctions exécutives. Accessoirement, cela permet à toute la famille de manger ensemble dès le plus jeune âge. A 16 mois, mon bébé boit depuis longtemps seul au verre (petits verres Duralex), mange avec bonheur seul avec cuillère ou fourchettes à dessert. Mais l’usage des doigts est bien entendu autorisé. Il y a bien sur beaucoup de saleté au tout début, il faut prévoir des bavoirs à manches longues et un grand plateau de chaise à rebords pour récupérer les accidents. http://www.rapleyweaning.com/blwbook.php
-Autonomie: J’essaie au quotidien de laisser de l’autonomie quand cela n’est pas dangereux. Porte-manteau à la bonne hauteur, jouets et livres faciles d’accès, ordonnés dans des boites au sol ou sur des étagères basses.
-Confiance: Je tente de lui faire le plus confiance possible, et lui laisse “consulter” un livre pour grands ou manipuler un objet qui casse, en lui disant que c’est fragile, que c’est un objet pour les grands et qu’il faut faire très attention, mais que je lui fais confiance. Je lui sert la nourriture dans des assiettes en céramiques depuis ses 9 mois et aucune n’a jamais été cassée.
-Livres: on en a de toutes sortes, avec musique ou sons, avec pièces amovibles, des classiques, carton ou tissu… ils plaisent tous. Certains sont très utiles pour aborder des sujets précis, comme l’entrée à la crèche, le brossage des dents, le coucher, ou les objets qui font trop de bruit (perceuse, aspirateur…).
Je suis par contre très déçue par la plupart des imagiers objets, formes et couleurs. Les illustrations vraiment peu réalistes et souvent confuses ne permettent pas un correct apprentissage. J’en regrette les achats. Donc bien regarder l’intérieur du livre avant d’acheter un imagier!
-Régulièrement, je sors sur un plateau plusieurs fruits ou légumes pour qu’on les manipule ensemble, les toucher et les nommer. Si je cuisine, on fait de même, et je lui en donne un tronçon pour jouer et goûter, si c’est comestible cru bien entendu. J’essaie de qualifier texture et goût avec des mots précis (froid, dur, mou, acide, piquant, croquant…). C’est bien mieux que dans un livre…

Reste qu’il faut s’adapter régulièrement aux évolution de son bout de chou et que chaque mois de nouvelles compétences ou envies apparaissent…


#20

Par ailleurs, Céline Alvarez fait dans son livre référence au Center on the Developing Child de Harvard. Ils ont un site internet très complet, avec les dernières recherches sur les questions du développement de l’enfant. On y
aussi des pdf ou vidéos avec les activités recommandées par tranche d’age. http://developingchild.harvard.edu/resources/activities-guide-enhancing-and-practicing-executive-function-skills-with-children-from-infancy-to-adolescence/
http://developingchild.harvard.edu/resources/5-steps-for-brain-building-serve-and-return/


#21

Les anglais et les allemands disposent de tout un répertoire de comptines à mimer. Je ne sais pas si cela existe aussi en France (à part “ainsi font font font les petites marionnettes” et “savez vous planter des choux”), mais c’est vraiment bien.