Comment aider un enfant distrait "dans la lune" en classe ?


#1

Bonjour
J’écris ici car je sais qu’il y a beaucoup de professeurs (et de parents) qui j’espère pourront m’aider à trouver des pistes de réflexion afin d’aider ma fille qui est en CE1.
Régulièrement elle ne finit pas son travail en classe, elle me dit qu’elle n’a “pas le temps”.
Aujourd’hui dans le cahier du jour il y avait trois exercices à faire, deux énoncés recopiés, un exercice fait plutôt à la va-vite et le troisième bah rien…
J’ai un mot de la maîtresse qui dit qu’elle est constamment obligée de la ramener vers le travail car elle est distraite complètement dans la lune, et cahier pas soigné.
Effectivement elle saute des pages, je retrouve dans son cartable des exercices sur feuille volante non faits qui auraient dû être collés je ne sais où etc
Pour ses évaluations (pas les nationales je n’ai pas encore les résultats) elle répond parfois à côté de la plaque ou ne fait pas les exercices.

C’est une enfant qui a des compétences, elle est très bien entrée dans l’écriture et la lecture depuis la grande section, c’est plus difficile pour les mathématiques mais à force de travail elle finit par comprendre. Si tout est assimilé à la maison elle a du mal à restituer les leçons à travers les exercices en classe.
Je constate qu’elle manque d’autonomie. Elle s’intéresse à beaucoup d’autres sujets en histoire, géographie, aime aller au musée, dessiner etc c’est une petite fille très curieuse mais je ne comprends pas ce qui lui passe par la tête quand elle est en classe.

Sinon niveau comportement elle ne pose pas de problème.

Pour travailler l’autonomie et la concentration, j’envisage pendant les vacances d’éditer des exercices et de la laisser travailler seule comme en classe et faire la correction ensuite avec elle. D’ailleurs si vous connaissez des sites où trouver des exercices de CE1 en français et mathématiques je suis preneuse.

Je m’inquiète beaucoup pour la suite de son CE1 car le démarrage n’est pas fameux et aussi pour la suite de sa scolarité…J’ai lu que la fin de CE1 donnait le ton pour le reste de la scolarité :cry:

Que peut-on faire en tant que parents ? Je vais déjà demander un rdv avant les vacances avec la maîtresse pour faire le point.


#2

Bonjour @No-B,

Je comprends parfaitement toute la tension que tu dois ressentir mais il faut essayer de prendre un peu de recul. On ne joue ni sa vie ni sa scolarité à 7 ans :slight_smile:

Avec le rdv avec la maîtresse, tu auras déjà sans doute un peu plus d’éléments.

Peut-être, dans un premier temps, essayer de vérifier quelques points clés. Car un enfant distrait est peut-être tout simplement un enfant qui ne ne repose pas assez. Ou qui n’a assez de temps pour souffler. Son besoin de sommeil est-il respecté? Comment est organisée sa semaine? A-t-elle beaucoup d’activités extrascolaires?

Concernant le travail durant les vacances scolaires, je pense qu’il ne faut pas tomber dans le piège de proposer “des exercices tout comme à l’école”. Mais de réviser les notions sous un autre format (jeu de cartes pour les compléments à 10 par ex, le petit bac pour l’écriture). Tu sembles aussi pointer des problèmes d’attention. Peut-être, jouer à des jeux de société comme Petits magiciens d’Haba par ex.

Avec l’expérience de ma propre fille, je peux te dire qu’elle ne veut pas entendre parler de devoirs après sa journée. Elle est tannée, fatiguée et se plaint de ne pas avoir suffisamment de temps libre. Et quoi qu’il advienne, il faut qu’elle dorme à 20h. Sinon, elle est épuisée.J’essaie de ruser en lui laissant l’impression qu’elle ne fait pas vraiment ses devoirs. Son enseignante donne les devoirs à la semaine. Je me note tout ce qu’elle doit faire et je le distille dans des moments informels. Par ex, il y a environ 10 mots/semaine à apprendre. Pendant les repas, on invente des moyens mnémotechniques pour les retenir. Comme chacun y va de son idée loufoque elle les retient sans même sans rendre compte. Du coup, la veille de la dictée, je prends un ton super solennel. Ce soir, nous allons devoir passer du temps à apprendre les mots. Mais comme je me suis assurée qu’elle les connait déjà elle met 3 min chrono. Cela lui permet d’avoir vraiment l’impression d’avoir une énorme plage de temps libre et pas de devoirs à faire.

Je ne te cache pas que c’est une sacrée gymnastique parentale. Mais ce temps libre est nécessaire pour être disponible à l’école dans ce que j’observe chez moi.

Bonne soirée


#3

Bonjour @Nina92
Merci pour ta réponse et ces premières pistes de réflexion.
Concernant son rythme de la semaine et le sommeil, je ne pense que ce soit la fatigue qui est en cause.
On fait tout pour que les enfants se couchent au plus tard 20h30, elle a de la chance de ne pas aller au périscolaire tous les jours et je ne travaille pas le mercredi pour m’occuper des enfants. Elle a deux heures de judo deux soirs par semaine, ce qui ne me semble pas excessif. Par ailleurs nos enfants n’ont pas accès aux nouvelles distractions que sont les tablettes smartphones, consoles etc.

C’est intéressant ce que tu dis au sujet de l’apport du côté ludique dans les exercices maisons. Justement elle réussit beaucoup plus son travail en classe quand celui-ci se présente de façon ludique. L’exercice type scolaire “pur et dur” la bloque parfois j’ai l’impression… Peut-être qu’elle ne comprend pas toujours les consignes demandées et comme en plus elle manque de confiance en elle cela doit la bloquer certainement.

Pour ma part j’ai beaucoup de mal à transformer les devoirs en jeu ludiques…:confused:

Je suis vraiment sous tension, surtout qu’on avait préparé ce week-end son évaluation, je n’ai pas pu me retenir de la gronder car je ne comprends pas ce qui lui arrive, et elle n’a pas su me l’expliquer.
Mais je me dis que si elle n’arrive pas à suivre maintenant qu’est-ce-que ce sera l’année prochaine et les années suivantes ?!!


#4

Oui, je te comprends parfaitement.

Même en voulant suivre correctement son enfant, c’est presque mission impossible. En tout cas, c’est le sentiment que j’ai en élémentaire.

Même en épluchant les programmes, il y a tellement de blabla pour dire des choses simples. Et le cycle 2 qui couvre du CP au CE2. Impossible de savoir ce que le programme est censé couvrir par année, histoire d’avoir des repères. Et arrivé à la fin du CE2, couperet.

C’est compliqué dans ce contexte. Je me félicite tous les jours d’avoir croisé la route de Céline Alvarez et de son expérience. Parce que mine de rien, tous les acquis lecture courante et mathématiques, ma gamine les doit à la volonté d’une femme, d’une équipe et les nombreuses contributions bénévoles. Je ne peux pas en dire autant du ministère chargé de l’éducation. Lorsque je lis les attaques mesquines qui la concerne actuellement, je pense vraiment que l’on se marche sur la tête.


#5

Bonjour @No-B,

Difficile de donner une solution quand on ne connaît pas l’enfant. Il faut réussir à bien comprendre pourquoi elle ne va pas au bout de son travail. Est-elle distraite par les autres enfants de la classe? Est-ce qu’elle “rêve”? Est-ce qu’elle a bien compris pourquoi elle vient en classe? Est-ce qu’elle baisse les bras devant une tâche qui lui paraît trop difficile? Sa maîtresse aura peut-être des pistes à vous proposer.

Pour ma part, j’ai des élèves également très distraits qui n’avancent vraiment pas dans leur travail en classe. Une mouche suffit à les éloigner de la tâche à accomplir (c’est souvent ce que me disent les parents quand ils parlent du comportement de leur enfant à la maison…), alors en classe, avec une bande de zigotos qui tiennent difficilement en place, c’est dur de rester concentré. Lorsque l’enfant est également lent au quotidien à la maison (que ce soit pour s’habiller, se laver, se préparer le matin…), je propose aux parents d’utiliser un sablier, ou un minuteur (j’en ai un dans la classe), pour leur donner un temps précis qu’ils ne doivent pas dépasser pour accomplir leur tâche. Cela les oblige à se concentrer et à passer d’une action à la suivante sans s’éparpiller…
En classe, je propose aussi à ces élèves de s’installer à une place plus calme (dans un coin de la classe) pour faire le travail individuel.

En temps que maman, j’ai également une fille de 8 ans un peu rêveuse (elle est un peu lente à l’école, mais ce n’est pas encore la cata!!). Je travaille beaucoup l’autonomie à la maison. Par exemple, ce soir, je lui ai donné ses objectifs pour demain matin: faire son lit (le matin, et pas juste avant de se coucher le soir), se coiffer toute seule (elle n’y arrive pas encore très bien), faire ses devoirs (qu’elle devait faire ce soir, mais elle a profité que je parte 5 minutes pour laisser tomber les devoirs et aller jouer…). Et je lui ai dit qu’elle devrait faire tout ça avant de commencer à jouer. Elle est dans une fratrie de 4 enfants, et elle profite souvent des autres pour se soustraire à certaines tâches, comme mettre la table par exemple… Alors, je suis derrière elle pour qu’elle soit la plus autonome possible: c’est souvent très bénéfique à l’école, même si ce ne sont pas des tâches scolaires!

Voilà pour mes pistes, en espérant que cela pourra vous aider!


#6

Bonjour No-B,

Je ne suis pas experte en la matière mais, si j’ai bien compris le 2ème livre de Céline Alvarez, je te dirai travaille avant tout et surtout les compétences exécutives : l’attention et la concentration en sont directement liés.
Elle doit les exercer dans la vie de tous les jours à partir de vos activités habituelles :

  • la mémoire de travail : faite la cuisine ensemble (toutes TES actions doivent être précises, organisées, structurées pour être un « bon » modèle) puis petit à petit laisse la faire SEULE, ma fille en CE1 a préparée les croques monsieur pour toute la famille ce soir; surtout penser à finir l’activité systématiquement (rangement compris)
  • le contrôle inhibiteur (savoir rester concentré malgré les distractions) : propose lui de t’aider à laver la salle de bain (idem : un modèle irréprochable, très organisé), ou de faire quelques courses (et ne prendre que ce qui est sur la liste) les tentations sont nombreuses de faire autre chose, de ne pas terminer, mais avec ton soutien elle ira jusqu’au bout
  • la flexibilité cognitive (savoir trouver une solution à une erreur, se remettre en question, imaginer) : demande lui de préparer ses vêtements pour le lendemain, petit à petit elle devra prendre en compte seule de nombreux critères (Meteo, jour de sport, « style », couleurs…)
    Toutes les activités manuelles, jardinage, construction, grands puzzles, jeux de société travaillent beaucoup ces compétences fondamentales, alors, laisse de côté les cahiers et les crayons et PRENEZ DU PLAISIR, partager de bons moments (tout en restant très rigoureux : toute activité commencée doit être terminée).
    Si tu veux en savoir plus sur l’attention, je te conseille le livre « les petites bulles de l’attention » de JP Lachaux, bien qu’une bonne partie soit sous forme de BD, il reste difficile pour un élève de CE1 (je le présente à des CM2) mais pour nous adultes il est pleins d’astuces et d’explications scientifiques.
    Bon courage

#7

Oui un rien la distrait. La classe n’a pas l’air de poser de problèmes de comportement mais je pense qu’il suffit qu’un enfant dise un truc rigolo ou qu’une règle tombe par terre pour que tout de suite son attention soit détournée. Je le vois à la maison : après manger elle est censée avoir un rituel, prendre ses médicaments avec nous (enfant asthmatique), aller aux toilettes, se brosser les dents, et aller dans sa chambre prendre un petit livre et dodo, et ben même ça je suis obligée 15 fois de lui dire et redire ce qu’elle a à faire. C’est pareil le matin, en rentrant de l’école etc.
Je retiens l’idée du sablier :slight_smile:

Elle baisse les bras devant un exercice quand elle n’a pas compris la question ou je dirai plutôt quand elle ne fait pas l’effort de comprendre.

Demain elle aura une évaluation de lecture-compréhension et grammaire. Cette semaine est très chargée elle a des évals tous les jours. Bref je lui donne ce texte avec quelques questions à sa portée et lui demande de travailler seule dans sa chambre le temps que je prépare le déjeuner.

Elle s’est levée plusieurs fois sans même avoir terminé, je l’ai renvoyée plusieurs fois… . Les trois réponses à cocher étaient bonnes mais elle n’a pas coché mais barré grossièrement le reste. Le reste on a dû le faire après déjeuner, ensemble.
Elle se décourage complètement. Juste avant on avait travaillé ensemble la grammaire “passé-présent-futur” et ça allait.
Ce simple devoir de compréhension s’est transformé en torture pour elle et pour moi, j’en suis sortie épuisée et pleine d’interrogations…
@Sandrine a de très bons conseils et il vrai que je dois me pencher la dessus car l’autonomie et la concentration ne font pas partie de ses acquis. De mon côté j’ai une patience de plus en plus limitée, mon travail professionnel m’épuise psychologiquement je suis constamment sous pression avec une charge de travail et des délais intenables, pression que je relâche au moindre écart de la part des enfants le soir. (Je vous rassure je ne les bats pas :grin: ). J’assisterai mes enfants dans leur scolarité jusqu’au bout mais je me sens complètement impuissante parfois.


#8

Bonjour No-B,

Voilà d’autres petits conseils :
1- pense à toi, prends soin de toi (je sais à quel point ce n’est pas évident!!!) : si tu es stressée, tu vas la stresser, du coup elle risque de bloquer la partie « frontale » de son cerveau (la où elle gère ses émotions, raisonne, cherche…) bref la partie fondamentale pour les apprentissages. Si elle est bloquée, elle ne peut plus apprendre, c’est physiologique ! Pour plus d’informations les livres de Catherine Gueguin sont très intéressants.
2 - favorise les développements de ses compétences exécutives (cf. Mon précédent post) ce qui fera travailler la partie frontale de son cerveau, elle sera ainsi plus apte à gérer ses émotions, son stress, les distractions, mais aussi chercher, apprendre…
3 - passe des bons moments avec elle : les hormones délivrées naturellement par le corps lors de ses bons moments favorisent la mémorisation (asseyez-vous confortablement dans le canapé, prends la dans tes bras et racontez vous la leçon au lieu de la réciter, laisse-lui le temps de raconter ce qui lui passe par la tête, tant que c’est en rapport, à cet âge ils ont beaucoup d’imagination, les liens qu’elle formulera lui permette de relier dans son cerveau ce nouvel apprentissage avec ce qu’elle connaît, c’est très important pour une mémorisation solide et efficace dans la durée)
4 - il vaut mieux 5 fois 5 minutes, qu’une fois une heure sur une notion (le cerveau fait un tri la nuit « je retiens »/« j’oublie » : et il privilégiera systématiquement ce qui a été vu le plus souvent). D’ailleurs une petite relecture rapide juste avant le coucher permet de « prévenir » son cerveau : « ça c’est important ! »
5 - essayer avec elle d’identifier 3 niveaux de concentration : par exemple : concentration maximale lors de la passation des consignes par l’enseignante (toute sa tête, ses mains, son corps est concentré) ; niveau 2 : les temps de langage=> j’écoute, je comprends dans l’ensemble ; niveau faible : j’ai fini un exercice: je peux rêvasser, bidouiller
Les poutres de la concentration du livre de JP Lachaux sont très bien expliquées.
6 - si ton enfant réagit à chaque bruit, à la moindre distraction, c’est normal, notre cerveau est prévu pour ! (Nous étions à l’origine, certes des prédateurs, mais aussi des proies, au moindre bruit suspect il fallait fuire). Mais la partie frontale de notre cerveau (et oui encore celle-là !!!) s’est développée depuis les hommes préhistoriques, et c’est elle qu’il faut travailler pour que petit à petit votre fille, ne prête plus attention à ces bruits. Pour cela, quand elle vous raconte sa journée : essayer avec elle d’identifier les distractions (bruits, objets de sa trousse…), la gêne occasionnée et la réaction à avoir (par exemple « quand Jules fait tomber sa règle, ça me dérange parce que ça fait du bruit, mais maintenant je connais ce bruit alors je n’ai plus besoin de me retourner » ou bien « J’aime bien tripoter le bouchon de mon crayon, ça me détend : ok, mais je m’efforce de ne pas le faire quand la maîtresse passe la consigne, il y a d’autres petits moments plus appropriés »)
Bon courage


#9

Bonjour,
Tout d’abord, je te prie de m’excuser si ce que je vais écrire t’a déjà été proposé. Je reconnais que je n’ai pas lu tous les commentaires précédant le mien dans leur intégralité (un peu paresseuse, j’avoue).
Je me dis que ce que tu décris peut ressembler à un dys. Lequel ? Je n’en sais rien, car ce n’est pas mon boulot. Mais je ne peux que te conseiller de consulter un(e) orthophoniste qui pourra pratiquer un bilan complet permettant d’établir si les difficultés de ton enfant sont dues à une fatigue passagère ou si c’est plus compliqué que cela. Une personne t’a écrit “qu’on ne joue pas sa vie ni sa scolarité à 7ans”. Je pense que c’est faux. Ne te laisse pas endormir par ce genre de paroles rassurantes et certes, bienveillantes. Mais tout se joue tout au long de l’enfance et il arrive que l’enfant ait besoin d’aide. Si on ne lui apporte pas le soutien dont il a besoin, le petit trou dans lequel il se trouve à l’instant T va devenir une crevasse, puis un gouffre qui risque de l’engloutir.
Ne tarde pas. S’il n’y a pas besoin de suivi ortho, tu pourras te tourner vers des activités aidant ta fille à se concentrer. Mais s’il y a besoin d’un suivi, le plus tôt sera le plus efficace.


#10

Bonjour No-B

Je viens de tomber sur le sujet et je suis d’accord avec Joëlle, ça pourrait ressembler à un trouble DYS. A sa proposition d’orthophoniste,je rajouterais un bilan neuropsy .
Enseignante et maman d’un garçon souffrant d’un TDA sans hyperactivité diagnostiqué à 20 ans et de ce fait ayant connu une scolarité très chaotique…je ne te conseille pas d’attendre !
Si tu veux en parler de vive voix n’hésite pas à me contacter
Florence