Créons des écoles!


#1

Je ne comprends pas:
1-beaucoup de nous sont convaincu sur les lois naturellles de l’enfants
2- il existe deja des ecoles alternatives mais qui sont reservé a une elite (5000 euros a l’année)
3-Une ecole privé classique vaut 1000 euros a l’année!

N’y a t’il pas un probleme? personne va se dire que l’on pourrait creer des ecoles maternelles facilement et abordable a tous?

Ca je ne comprends pas! on sait bien qu’il ne faut rien attendre de l’education nationale alors créont des ecoles alternatives accessible a tous pour pas plus de 1000 euros a l’année!!!


#2

Bonjour.
Dans les écoles privées classiques à 1000 euros l’année, les enseignants sont payés par l’état. Ce sont les écoles privées sous contrat avec l’état.
Si vous montez votre propre école, vous ne pourrez prétendre à passer sous contrat qu’au bout de 5 ans de fonctionnement avec des effectifs pleins. A savoir que cela n’arrive presque plus aujourd’hui, l’état donne rarement des contrats. En attendant, l’école devra entièrement s’autofinancer (salaires, location des locaux, mise aux normes hygiène et sécurité, charges sur les salaires, achat du matériel de départ…), il sera donc très difficile de proposer un écolage annuel à 1000 euros l’année.


#3

Je comprends mieux maintenant, ce n’est pas forcement que les écoles alternatives s’en mettent pleins les poches mais c’est pour s’autofinancer.
Et quand bien même une école s’autofinance pendant 5 ans, elle pourra donc prétendre a passer sous contrat mais il ne sera pas forcement accepter par l’état, c’est ca?
Malgré tout les effort de nos enseignant passionnées je reste convaincu que leurs taches serait grandement facilité si on pouvait créer de nouvelles écoles basée sur les lois naturelles de l’enfants mais voila cela ne rapporte rien donc personne ne le fera a moins de tomber sur un urluberlu révolutionnaire ,visionnaire et riche qui financerait ce type d’écoles donc c’est pas gagner en France
Franchement c’est dramatique pour nos enfants…
Surement que cela doit être faisable dans d’autres pays ou que cela se fait déjà d’ailleurs,
Merci pour votre réponse


#4

Oui, vous avez bien compris.
Après, en toute franchise, je pense qu’on peut aller plus loin que ce que propose Céline Alvarez. Avec les écoles démocratiques et cela coûte bien moins cher.
On peut tabler sur un écolage de 2800 euros l’année en moyenne et prévoir de faire payer en fonction du quotient familial. Donc certaines familles pourraient être à 1000 euros l’année.
Je vous invite à lire le livre ; “L’école et la liberté” de Daniel Greenberg.
Cela raconte l’histoire de la 1ère école démocratique aux Etats-Unis. Cela se lit très facilement et c’est édifiant.


#5

Dans le public, nous avons quand même une marge de manoeuvre suffisante pour faire changer pas mal de choses. L’exéprience Belge en est une preuve manifeste. Et à titre personnel, je préfère changer l’école publique, accessible à tous. Semons nos petites graines :slight_smile:


#6

Je ne suis pas sûre que ce serait plus facile.
Personnellement dans le public, je ne gère pas la comptabilité, le paiement des salaires, la cantine, la garderie… malgré le fait d’être directrice, je suis plus disponible pour ma classe dans le public qu’une directrice dans le privé.


#7

Entièrement d’accord avec les deux dernières réponses, il ne faudrait pas idéaliser la réalité des écoles privées hors contrat!
En Angleterre, les parents n’inscrivent leurs enfants qu’un matin sur deux par semaine, car la scolarité est hors de prix!
En France, certains s’endettent pour financer la scolarité de leurs enfants.
L’enseignement de Maria Montessori a eu lieu dans les écoles les plus pauvres de Rome, et celui de Celine Alvarez dans des milieux peu favorisés également. C’est une chance pour ces enfants. Chaque enseignant de l’école publique qui choisit cette voie (même si l’on hésite et même si c’est souvent imparfait) est une chance pour ces enfants de l’Ecole Publique.


#8

-Merci je vais lire ce livre “L’école et la liberté” de Daniel Greenberg! Et je vous invite à m’en conseiller d’autres si tout ce que je dis n’est pas complètement farfelu.

Je rêve d’une nouvelle école publique et accessible pour tous basé sur l’étude des neurosciences et en constante évolution, je ne doute pas en l’implication de nos enseignants passionnés mais en revanche, je doute que l’éducation nationale soit prête à accepter tant d’évidence dans un futur proche, il faudra prouver les choses et se battre encore longtemps contre des moulins à vents, je me base sur le livre de Céline et tout les problèmes qu’elle a eu.

Je prends bonne note des commentaires qui me disent que les choses avancent, sincèrement j’en doutais en fait mais cela me rassure, je reste convaincu que c’est grâce à la passion de nos enseignants et directeurs d’écoles mais très franchement je pense que ce n’est certainement pas grâce à l’administration.

Mais peut-être que pour prouver les choses, il faudrait un lien entre l’école publique et privée, ça veut dire une école pas encore accessible pour tous mais presque pour tous, basée sur la recherche constante, avec une étude très précise des moyens et un cahier des charges en béton.

Bien sur que l’on peut faire mieux que Céline et c’est bien le but de son ouvrage, elle a engrangé quelque chose, elle prendra la suite de Montessori et ajoute sa graine, il faudrait des démarches comme cela, indépendante et non asservi par une administration aveugle aux évidences.

Et justement avoir des écoles privées à 5000 euros à l’année est un scandale, je rêve d’une passerelle entre le public et le privé pour qu’au final tous les fruits soient récoltés par l’école publique et accessible pour tous.

N’hésitez pas à me contredire mais je reste convaincu qu’une telle démarche ferait gagner du temps pour continuer le combat de Mariah Montessori qui elle même prenait appui sur des travaux antérieurs.
Convaincu, qu’une telle démarche prendrait la suite de Céline Alvarez et sa classe test.
Mais nous devrons peut-être passer par une école indépendante un peu modèle et 2.0 dans l’idée ultime de pouvoir un jour la fermer car l’école publique et son administration auront tout compris…
Je ne suis qu’un papa peut être naïf et peut être trop ébloui par le livre de Celine Alvarez alors je m’ excuse si je suis en dehors de la réalité vis à vis des personnes qui sont déjà sur le terrain.
Je m’excuse encore pour ma naïveté et mon idéalisme palpable mais j’ai envie d’évoquer cette vision de part ce post.
Si seulement nous avions les moyens…les moyens de se dire “prenont le temps”, élaborons un modèle pérenne, cela ne rapportera pas de bénéfice mais cela ne sera qu’une graine en plus et pas des moindre.
En aucun cas cela serait décourager les initiatives fabuleuses déjà en cours dans l’école publique, cela ferait simplement qu’accélérer une certaine prise de conscience et faire au final faire de meilleurs adultes.


#9

Pour que vous vous rendiez bien compte des aberrations auxquelles nous faisons face dans notre système j’ajouterai que dans les écoles privée sous-contrat (soit une majorité des écoles privées mais certainement pas celle qui sont dites écoles alternatives) non seulement les enseignants sont payés par l’éducation nationale mais en plus les locaux sont entretenus par les collectivités locales. Par contre si vous créez une nouvelle école les collectivités n’ont pas le droit de participer au financement des locaux même si elle le souhaite. Aujourd’hui la seule école alternative que je connais (et à mon avis il ne doit pas y en avoir beaucoup d’autre) qui a réussi à passer sous-contrat au bout de 5 ans c’est l’école des Amanins. Un projet également très novateur, tourné vers l’avenir et ouvert aux pédagogies nouvelles. Je crois comprendre ce que vous sous-entendez dans votre idée de lien entre privée et public car il y a effectivement une plus grande autonomie d’action dans le privée et pour preuve lorsque j’ai fait ma formation aux Amanins j’ai rencontré pendant ce stage une directrice d’une école privée catholique sous-contrat et ce qui m’a mise vraiment en colère contre le système c’est que moi (enseignante du publique) je me suis moi-même payée ma formation d’une semaine ( autour de 650 € logement compris) alors qu’elle c’est le diocèse qui lui a payé! Et là vous vous dites mais que fait l’enseignement public! En fait c’est inégal car cette collègue a une marge d’autonomie plus grande que dans le public, elle a les moyens de se faire financer une formation qui est en dehors du plan de formation de l’éducation nationale (donc innovante :wink: ) et en plus l’Etat lui paye ses enseignants, ses locaux …tout ça est incompréhensible, pour moi l’innovation devrait justement se faire dans les écoles publiques ?? Alors moi non plus je ne comprends pas…et j’ai de plus en plus de doute sur notre capacité à faire changer les choses de l’intérieur c’est pourquoi je vous rejoins malgré moi sur cette idée de faire appel à des initiatives privées alors que l’éducation nationale a pourtant les moyens mais elle n’offre pas l’ouverture nécessaire pour changer (même si je sais que certaines équipes y parviennent en élémentaire cela reste très rare)


#10

@cocotte Près de chez moi, il y a une école Montessori qui a obtenu un contrat simple. C’est à dire un contrat pour un seul salarié. C’est le diocèse qui lui a donné.
Je suis déléguée Public Montessori pour le département de la Savoie, ça permet de se rencontrer public ou privé, parents, enseignants, ATSEM. Du coup,c’est vrai qu’au niveau de la formation, le privé sous contrat a plus de possibilités. L’une d’elle nous a appris une technique de co-développement pour l’analyse de pratique, ça venait de leur formation.
J’avais organisé une formation Montessori sur l’art avec une intervenante. Les enseignantes de l’école privée ont pu faire rentrer cette journée dans leur plan de formation et n’ont donc pas payé, en échange elles ont mis une salle de leur école à disposition.
@bonny Je comprends et ça peut paraître ridicule mais je joue au loto pour pouvoir financer l’école de mes rêves gratuite.


#11

@cocotte Merci pour votre témoignage et nous faire connaitre l’écoles des Amanins , d’ailleurs ils ont un site et des vidéos you tube ou la directrice donne une interview très intéressante et qui confirme la possibilité d’un tels projet sous forme de mécénat.
Je vais donc plus me documenter.

@AureliaB : ne lachez pas vos rêves, je ne lacherai pas le mien.


#12

Entièrement d’accord!


#14

Bonjour,

Dans mon précédent message je parlais de ma volonté de voir cette posture d’enseignant se généraliser et de mon envie d’agir pour permettre au maximum d’enfants de bénéficier de cette chance dès la maternelle (j’envisageais entre autres l’ouverture d’une école).
J’ai peut-être trouvé ma solution… Si j’ai bien compris, en tant qu’enseignante en collège public je peux demander un détachement dans le premier degré. Mes enfants (jumeaux de 8 mois) ne pourraient malheureusement probablement pas en bénéficier mais c’est la solution qui me semble la plus impactante et la plus logique.

J’efface donc mon (trop) long message qui ne fait plus sens.

Maintenons cet élan, on peut faire bouger les choses :slight_smile: