Démarrer en travaillant à temps partiel


#21

@Olivia , @Helene35 , @adelyne
Après 3 mois de fonctionnement, je suis un peu mitigée !
Je dirais que je suis assez contente de l’attitude des enfants dans la classe. Les petits prennent de plus en plus les ateliers et commencent à me demander des présentations. Les moyens sont plutôt demandeurs et autonomes, et les grands commencent à s’intéresser à l’écriture des chiffres et des lettres. Pour les chiffres, 3 sur 6 s’entraînent sur cahiers vierges. Pour les lettres, 1 connaît une quinzaine de phonèmes rugueux sans erreur, et quelques uns sont en cours d’apprentissage. 3 autres enfants s’y intéressent, mais sans avidité (3 à 9 phonèmes connus).
Je ne vais pas répéter tout ce qui est dit ici et là, les enfants qui tournent à la recherche d’activité, les bonheurs aussi de les voir s’approprier les apprentissages à leur façon (quelle imagination parfois !)

Je voulais surtout parler du mi-temps…
Ma collègue PES, après s’être intéressée à mon fonctionnement, ne s’y est pas retrouvée, et laissait les enfants utiliser mes ateliers en libre quand ils avaient fini leur atelier dirigé (fonctionnement classique, par groupe de niveau puisqu’on a ps-ms-gs). Le souci est que je me retrouvais avec des pichets vides, des boîtes de découpage vides et/ou mélangées, des boîtes de couleurs mélangées, de la casse non remplacée… Il fallait que je fasse tout le tour de la classe le matin et remette tout en ordre… Surtout que je ne peux pas compter sur mon ATSEM, qui change toutes les 4 semaines et de toutes façons est en périscolaire avant et après la classe.
L’autre problème, encore plus embêtant, était que les enfants, en particulier les petits, ne comprenaient pas le principe des présentations : en début de semaine ils prenaient les choses comme ils voulaient, et en fin de semaine je leur demandais de s’installer correctement (table ou tapis) après avoir rangé l’atelier précédent, et je leur demandais de me solliciter pour présenter de nouveaux ateliers. Les pauvres ne savaient pas trop quoi faire…
Du coup, nous avons décidé pendant les vacances de Toussaint de ne plus laisser à disposition mes ateliers, et de les cacher avec des draps. Cela fonctionne mieux, je retrouve une attitude éclairée quand je reviens dans la classe ! Je pense que les enfants associent un fonctionnement à chaque maîtresse et tout le monde s’y retrouve. Ils s’adaptent bien à cet âge, quoi que certains adultes en pensent !
@Celine @Anna
Autre souci du mi-temps : pour les lettres rugueuses, je vois bien qu’il faudrait soutenir l’apprentissage tous les jours, parce qu’au bout de 5 ou 6 jours ils ont oublié des choses et ils se découragent un peu. Et quand ils vont entrer dans la lecture, j’ai peur que ce soit pire…
Je ne sais pas trop comment faire.
Avez-vous des choses à partager sur votre fonctionnement à mi-temps ?
Des idées qui marchent ?

Par contre, il y a plein de choses positives :blush: , mais il me faudrait la nuit pour en faire la liste :alarm_clock:

Merci de vos réponses !


#22

Bonjour Estelle, bonjour à tout le monde,
je peux pas apporter de réponse car je suis en train de me questionner pour reprendre à mi-temps après 2 ans de disponibilité (2 ans durant lesquels j’ai monté des ateliers montessori en tant qu’auto-entrepreneur à mon domicile). J’hésite à prendre un temps plein car ma famille a aussi besoin de moi (3 enfants (8 à 13 ans) et des parents qui veillissent très mal) et le mi-temps pourrait être intéressant mais j’ai du mal à m’y projeter si le complément de mi-temps ne fonctionne pas comme cela.
@Estelle74 tu parlais de plein de choses positives je suis très curieuse pourrais-tu en énumérer quelques-unes ?
On est presque à la moitié de l’année, comment vivez-vous ce fonctionnement ? Comment fonctionnent vos classes ?
Grand merci pour vos témoignages qui vont sûrement m’aider un faire un choix. (mi-temps ou pas mi-temps ? )
Très sincèrement


#23

Bonjour Christelle,
Effectivement, à la moitié de l’année j’y vois plus clair et je peux faire un bilan d’étape en me focalisant uniquement sur les choses positives :wink:
Quand j’arrive le mercredi ou le jeudi matin, j’enlève les draps qui cachent mes ateliers en début de semaine, et la classe est tout de suite opérationnelle.
Les enfants, tous niveaux confondus, choisissent leur atelier, me demandent un mandala (que je garde pour ne pas en retrouver 10 commencés sans nom qui traînent : je donne le paquet, l’enfant choisit puis me rend le paquet), vont au coin bibliothèque ou discutent. Le seul coin que j’ai gardé, parce que ma collègue préfère, est un petit coin poupées-cuisine, mais pas trop fourni. Ce coin est de moins en moins occupé et j’en suis ravie, car il y a moins de bruit et de bazar.
1 GS est entrée dans la lecture : elle utilise l’alphabet mobile avec moi pour écrire des mots, lit mes messages secrets, dans lesquels j’utilise les lettres muettes (soulignées) et les digrammes en couleur, lit les billets d’ordres simples (Rigole, Recule, Roule…). Elle prend les pochettes de lecture en autonomie (pour le moment, les 3 premières bleues). On va commencer les petites phrases à la rentrée, et terminer les quelques lettres rugueuses qu’elle ne connaît pas encore. Elle est très demandeuse.
3 autres GS sont motivés, connaissent une quinzaine de phonèmes, commencent à écrire avec l’alphabet mobile, mais ne lisent pas encore. Par contre, l’un d’entre eux dit les mots quand celle qui lit a lu chaque phonème : il faut que je le bâillonne presque parce que c’est frustrant pour elle !!! (elle lit “vvv ééé lll ooo” et il dit “vélo !” avant qu’elle ait eu le temps de “rapprocher” les sons !)
Tous les GS (6) sont demandeurs d’écrire sur les petits cahiers les lettres rugueuses qu’ils connaissent, et leur prénom.
Les MS et les GS demandent régulièrement de compter sur la bande numérique, qui va jusqu’à 170 environ, mais il faut qu’on ajoute la suite parce que 2 MS et 1 GS arrivent au bout. Les PS regardent avec curiosité mais veulent rarement compter spontanément.
Les GS et quelques MS ont acquis (ou sont en cours d’acquisition) le système de position. C’est-à-dire qu’ils lisent 58 “cinquante-huit” et non “cinq-huit”, en ayant travaillé avec les tables de Seguin.
Tous les GS, presque tous les MS et 3 ou 4 PS (sur 9) réussissent les fuseaux, donc associent un nombre à une quantité en dénombrant sans erreur, de 0 à 9.
Tous les PS s’intéressent au découpage et sont bien plus efficaces que certains de mes MS de l’année dernière en fin d’année. Les GS adorent “bricoler” pour un oui ou pour un non. Ils utilisent colle, ciseaux, et petit matériel et construisent en volume avec le moindre bout de papier. Les MS commencent à les imiter.
Certains PS sont capables de colorier un mandala (format A5 avec surfaces plutôt petites) en entier et en ne dépassant presque pas. J’ai remarqué en particulier que plusieurs “pénibles” (qui bougent beaucoup et ont du mal à se poser) sont capables de rester concentrés longtemps sur cette activité.
Les versés “simples” ont moins de succès maintenant qu’ils les maîtrisent tous, et les ateliers plus complexes type “verser de l’eau dans un verre” ou “verser avec une théière” sont très utilisés par les MS et par la moitié des petits. Je suis épatée de voir que les PS sont capables d’installer tous les éléments de l’atelier avant d’aller remplir le pichet ou la théière et de remettre tout en place à la fin. Mes MS de l’an dernier n’en étaient pas tous capables.
L’utilisation du balai, de la balayette + pelle, de la serpillère et de l’éponge sont maîtrisés pour la plupart : ils savent quoi utiliser dans quel cas (au sol, sur la table…) et plusieurs les utilisent spontanément (pas tous !!!)
Les PS me demandent régulièrement de leur présenter les solides géométriques, et après une leçon en 3 temps avec 3 solides, font des constructions avec certains des 10 solides, en associant systématiquement les faces identiques : le cône sur le cylindre, le prisme sur le pavé (couché) ou la pyramide à base triangulaire sur le prisme (debout), etc. Je trouve ça super intéressant à observer, et c’est parfois l’occasion d’une piqûre de rappel des noms des formes planes.
Les pochettes de vocabulaire ont toujours du succès. Les enfants les prennent à 2 ou vont chercher l’ATSEM. Ils adorent le visage (ça permet nombre de grimaces originales !) et les parties du corps (qu’ils montrent ou utilisent, pour les articulations, en n’oubliant pas de se trémousser !).

Je ne vais pas faire le tour de tous les ateliers, mais je constate qu’ils sont à l’aise dans la classe, que la classe est calme la plupart du temps, et que seuls 2 ou 3 enfants à la fois ne sont pas en activité. Pour autant ils observent les autres.

Et ma petite victoire a eu lieu en janvier… Dans l’organisation de notre école, les GS des 2 classes sont regroupés de 14h à 14h40 avec ma collègue, pendant que je surveille la sieste des MS (les ATSEM sont alors en pause). De 13h35 à 14h, j’accueille les MS et GS qui reviennent du repas de midi chez eux, et j’envoie les MS à la sieste après passage aux toilettes. De septembre à janvier, les GS demandaient à aller tout de suite dans la classe “des grands” pour retrouver leur copains et faire un temps d’accueil libre avec eux. Depuis janvier, ils me demandent de rester avec moi pour que je les fasse lire, écrire, découvrir de nouveaux phonèmes, en profitant de ce moment où je suis disponible pour eux (les moyens se gèrent seuls pour aller se coucher…). J’ai savouré le moment où pour la première fois ceux qui revenaient de la cantine à 13h35 m’ont demandé : “on est obligé d’aller tout de suite avec les autres grands ? On peut rester dans la classe avec toi pour travailler ?”

J’espère avoir répondu à tes questions, mais si tu veux d’autres choses précises, n’hésite pas !
Ma conclusion provisoire est qu’à mi-temps c’est possible, et mes inquiétudes par rapport à l’entrée dans la lecture semblent ne pas être fondées. A suivre…


#24

Bonjour,
Je suis à mi-temps aussi mais je travaille le mardi et le vendredi + 1 mercredi sur 2. Ma collègue ne fait pas comme moi mais elle fait attention aux ateliers et je n’ai pas trop de difficultés à remettre en ordre. Elle fait son propre atelier dirigé et un autre pour l’ATSEM, les autres utilisent les ateliers autonomes. Je fais régulièrement un point avec eux pour rappeler l’importance de bien remettre à la bonne place et de toujours ranger le matériel. Lorsque je trouve du désordre, j’en profite et je demande aux enfants de remettre comme ça doit être. Ils sont très contents de le faire semble-t-il. Ils se sont très bien habitués aux 2 fonctionnements même si j’entends souvent : “c’est toi demain ? non ? oh, on va être obligé de travailler !!”


#25

Bonjour @Estelle74 et @nioche, merci pour vos réponses, elles m’ont aidées à faire un choix éclairé je reprends sur un mi-temps. Moi qui avais fait tous mes ateliers en 3-6 pour activités d’auto-entreprise, me voilà plongée dans une aventure pour du 6-12 ans avec un mi-temps pour la partie française d’une classe bilingue allemande. (Je suis en Alsace les joies du bilingue) avec une classe de 4 niveaux, (pas encore défini soit CP-> CM1 ou CE1–> CM2) une aventure palpitante et angoissante car mon matériel n’est pas prêt et que je n’ai pas encore toutes les informations pour me projeter.
Merci pour vos réponses. A bientôt pour d’autres échanges.
Très sincèrement.
Christelle


#26

Longue…très longue absence de ma part sur le forum!
Je lis avec plaisir les messages!
J’ai été arrêtée 3 mois l’année dernière pour des problèmes de santé de fin janvier à fin avril. Quelle frustration parce que les élèves à ce moment de l’année étaient en train de réellement s’épanouir !
J’ai été remplacée par une super collègue qui ne fonctionnait pas du tout comme moi mais était investie et qui a respecté mon positionnement sur le travail à partir du son des lettres! Elle a fait des groupes avec rotations…sans utiliser les ateliers autonomes.
Lorsque je suis revenue après ces 3 mois j’ai été épatée par les enfants: Ils ont instantanément repris leurs habitudes de travail et nous avons retrouvé une belle ambiance de travail !
Je ne vais pas détailler mais @Estelle je retrouve tout à fait ma classe dans ce que tu écris!
Voilà donc une belle fin d’année!!
Et cette année, ça y est!! Ma collègue étant partante…nous avons chacune un triple niveau PS MS GS!!! Bon pour le moment c’est la phase sportive parce que 30 élèves avec seulement 5 anciens…ils faut tout recommencer! Mais déjà de belles scènes et de très bons moments de sérénité dans la classe!
Je suis toujours à mi-temps mais cette année je suis en classe tous les matins : Parfait pour la cohérence! Je vais essayer d’être plus “organisée” pour le suivi et la lisibilité pour un éventuel remplaçant…c’est ce qui m’a manqué l’année dernière!
J’espère que vos rentrée sont certes sportives mais belles et riches! :rainbow:


#27

Bonjour à tous,

Je suis à mi-temps cette année. J’ai commencé depuis la rentrée sur un remplacement dans une classe de MS avec une binôme qui était totalement dans le fonctionnement ateliers autonomes-pédagogie bienveillante. C’était assez super car les enfants ont vraiment progressé très rapidement, nous avons vu des évolutions énormes. Etant deux sur toute la semaine à avoir la même pédagogie cela a très très bien fonctionné même avec un seul niveau d’âge! Malheureusement ma collègue reprend la classe à plein temps la semaine prochaine et moi je suis envoyée dans une autre école. Je vais partager une classe de GS avec une collègue qui est là depuis longtemps et qui apparemment est vraiment dans un fonctionnement classique. Mais moi je ne me vois pas du tout revenir à un fonctionnement classique pendant mes jours, au vu de ce que j’ai pu observer sur tout ce début d’année. Je suis absolument convaincue des bienfaits de la démarche! Je ne sais pas comment faire pour ne pas perdre les enfants, et qu’ils adhèrent à la méthode alors que le reste de la semaine est en fonctionnement classique. J’ai aussi la crainte que ma collègue ne m’écoute pas car elle est là depuis longtemps. Pour couronner le tout il s’agit de GS, qui ont fonctionné en classique toute leur scolarité. Comment faire pour continuer à fonctionner en autonome mais seulement à mi-temps. Je suis un peu stressée, après un si bon début d’année j’ai peur que l’année se passe mal…


#28

Pas évident comme situation, je te comprends !
J’imagine que vous allez vous répartir les compétences à travailler. Du coup, à partir de celles qui t’incombent, tu peux cibler les ateliers qui travaillent spécifiquement cette compétence. Par exemple si tu dois faire de la phonologie, tu peux choisir de laisser de côté les syllabes à scander en tapant dans les mains :tired_face: pour travailler sur les phonèmes avec la boîte d’objets et les lettres rugueuses (et la progression qui suit). Tu peux trouver sur le net des progressions qui mettent les ateliers Montessori en face des compétences pour chaque domaine. Peut-être qu’ainsi tu pourras continuer à travailler selon la démarche qui te convient sans t’opposer à ta collègue…
Bon courage !


#29

J’arrive un peu tard mais avec une solution pour savoir où ils en sont d’un coup d’oeil. C’est ma collègue qui a eu l’idée. On a pris une photo de chaque atelier qu’on souhaite surveiller parce que la progression est importante. pour moi, ça donne : numération et langage seulement. Sur le mur, j’ai donc 2 frises avec les photos dans l’ordre de la progression comme une bande numérique. J’ai une étiquette par enfant pour les 2 domaines et chaque fois que je valide qqchose, j’avance leur étiquette. C’est très pratique car quand j’en vois un qui dérange les autres, je lui dis de regarder sur la bande et de prendre l’activité qui correspond à son étiquette. Soit il est en phase d’entraînement et je n’ai pas besoin d’intervenir davantage, soit c’est une activité nouvelle et je la lui explique. Pour le carnet de suivi, j’ai reporté les mêmes compétences et je n’ai qu’à les cocher.


#30

Bonjour
merci d’avoir pris le temps de me répondre.
la question que je me pose, c’est à quel point les enfants rentrent dans un système autonome si c’est un seul jour par semaine… n’y a-t-il pas un risque qu’ils en profitent pour faire ce qu’ils veulent?
cette année j’étais sur un mi-temps maternelle, avec une stagiaire qui a finalement préféré fonctionné en traditionnel. certains élèves ont eu beaucoup de mal à s’investir dans le travail, et ont choisi beaucoup plus d’ateliers kaplas, dessins que des apprentissages plus formels. j’ai finalement été obligé de faire des petits groupes pour que certains partent avec les acquis nécessaires… j’ai mis ça sur le compte qu’avec moi, ils pouvaient choisir, et donc ils en ont profité un peu!
bon j’ai demandé de l’élèmentaire plutôt pour l’année prochaine, mais je me dis qu’en un jour par semaine ça doit être pareil, et j’aimerais avoir quelques idées en tête pour y remédier rapidement!
et en ce qui concerne mon inspection, en isère, ils ne sont pas trop pressés, et nous n’avons pas encore nos affectations… :confused:


#31

Bonjour, je suis dans le même cas, l’année dernière, maternelle à mi-temps sur la classe avec des élèves qui avaient du mal à investir les apprentissages informels et du coup beaucoup de lego, kapplas, et cette année de l’élémentaire avec 1 jour par semaine dans chaque école. Dans une école on a déjà de parlé de décloisonner en plusieurs ateliers pour le sport et pourquoi pas d’autres matières, dans une autre, je réfléchis à un espace de liberté possible à l’intérieur des apprentissages en classe entière ou faire d’une pierre 2 coups comme un petit temps de réveil corporel le matin où je réinvestis l’anglais pour libérer du temps sur des activités un peu plus libre en fin d’après-midi. Ou encore des des ateliers choisir une recette de cuisine lecture => la lire, maths => calculer le nombre d’ingrédients pour sa famille, grandeur et mesures => calculer le coût de la recette suivi d’un atelier de marchand avec des clients et des marchands pour les différents ingrédients …