Quel nom donner à cette démarche ?


#25

@Leila81 tu as raison ! Tout est dit dans le " et toc" :smile:


#27

C’est dommage de ne pas adhérer à un système qui apporte 99.9% de résultat parce-que au fond il est un peu là le problème . S’il y avait une obligation de résultat certain enseignant ( attention n’interprétez pas ce que je n’ai pas encore écrit:grin:) réfléchirait à un autre mode pédagogique et certaine direction d’école aussi.
Je dis cela et en même temps je ne dis rien.


#28

Bonjour 123reussir ,
je voudrais juste mettre un bémol sur le fonctionnement par ateliers autonomes en orthophonie : nous sommes plus dans le pas à pas avec l’enfant , dans la fameuse zone proximale , donc au plus près de ses performances pour l’aider à développer au mieux ses compétences .


#29

Bonjour Sylcha,

Je suis tout à fait d’accord au même titre que le coach, art thérapeute, lorsqu’il travail en individuel.


#30

Laila81 Bonjour,

La pédagogie universelle existe depuis plus de 25 ans ( du moins de nom) et rejoint les grandes lignes des lois naturelles de l’enfant. Pourquoi ce nom à-t-il été donné? Pour la simple et bonne raison qu’il est possible avec ce que nous avons à dispositions, connaissances et moyens, de faire passer des informations et de permettent à tout enfant d’assimiler un maximum d’informations en respectant son rythme et ses modes de mémorisation.

Ci-joint un lien canadien.

il est décevant de se rendre compte que nous possédons les clefs nécessaires à la réussite scolaire et sociale de chaque enfant mais de l’utiliser à petites doses.
Pour cela que ce groupe est réconfortant ,nous restons ceci dit une minorité comparée au nombre de personnes travaillant avec les enfants.


#31

Je suis entièrement d’accord, il est bien dommage, voire scandaleux que ces lois naturelles que nous connaissons depuis fort longtemps ne soient toujours pas appliquées au plus grand nombre.

Seulement au quotidien dans les écoles, avec notre hiérarchie, je crois qu’il vaut mieux rester neutre pour l’instant car il serait à mon sens violent envers les collègues et donc contre productif de se réclamer de la seule démarche légitime.
Encore une fois, je crois qu’il est plus efficace d’appliquer dans nos classes ce que l’on croit juste, d’en parler gentiment, et d’attendre que cela fasse tâche d’huile, sans vagues. Céline Alvarez a fait des vagues, et a dû quitter l’Education Nationale. Grâce à cela, nous sommes maintenant nombreux à être au courant et à pouvoir à notre tour suivre cette voie. Mais pour ma part, je trouve plus efficace, maintenant qu’elle a tapé pour nous du poing sur la table, de rester tranquille (mais ferme). Et donc de ne pas se mettre en avant avec un discours trop agressif envers ceux qui n’en sont pas encore là où nous en sommes dans leur réflexion :slight_smile:.


#32
  • Ah, ça me plaît toute cette effervescence … Elle me fait penser aux nouvelles approches dans le monde de l’informatique, provoquées par l’apparition de nouveaux modes de réflexion sur les problèmes, issus des recherches scientifiques qui sont apparues de-ci, de-là dans les universités du monde entier, depuis la révolution portée par l’avènement l’Internet. Nous sommes alors entrés dans le monde du web 2.0, puis 3.0

Je pense que votre approche nous propulse directement dans l’école 4.0 !

Merci pour nos enfants, tout simplement :sunny:


#33

Je suis contente de lire tous ces messages, ces réflexions. Pour ma part, Maria Montessori a réalisé un travail extraordinaire. Employer son nom pour cette pédagogie me semble juste. Par contre ce qui n’est pas juste c’est son ouverture d’esprit qui n’a pas été respectée, son ouverture d’esprit que la “relève” n’a pas poursuivi, ainsi que ses recherches!!
Aujourd’hui, de mon expérience, j’ai relevé deux points : les personnes qui font du plagiat en faisant croire qu’elles inventent et créent elles-même. Il m’est arrivé d’aller à des conférences sur le thème des enfants en difficultés scolaires par exemple et toute la pédagogie développée était celle de Maria Montessori sauf qu’elle n’était pas mentionnée. Le conférencier a fait croire que tout venait de lui. D’ailleurs en allant le voir, je lui dis que cela ressemble étrangement à Montessori , il m’a répondu que d’habitude il parle de Montessori, mais qu’il avait oublié cette fois-ci. bref.
L’autre point concerne les personnes qui sont à la tête de Montessori et qui décident que les choses ne doivent pas changer. Il me semble que Maria Montessori s’est inspirée des autres et des sciences pour faire évoluer ne serait-ce que son matériel!! Maintenant qu’elle n’est plus là, qui recherche, améliore etc; ? Moi ce que j’entends dans certaines structures, c’est:" tout ce qui n’est pas du matériel Montessori ne doit pas être dans la classe". Je suis sidérée!!! Où est l’ouverture dans ce fonctionnement? Je ne suis pas sûre que Maria Montessori allait dans ce sens!!!
Je remercie Céline Alvarez pour ses recherches et son combat qui me semblent aller dans le sens de ce que voulait Maria Montessori. Pour moi c’est une continuité de son travail.


#35

ce lien canadien ne fonctionne pas ?!
Pour ma part ces réflexions et ce travail de recherche me fait penser à une appellation retenue au Canada et autres pays francophones, appliqué, à une pédagogie spécialisée pour personnes à handicaps , c’est l’orthopédagogie (lien ci dessous). ce mot qui utilise la racine “ortho” retrouvée dans ortho-graphe, ortho-phonie … pourrait être un bon candidat (ortho = droit, correct), s’il n’était déjà utilisé dans ce cadre spécialisé…? Il est neutre, objectif, sans idéologie, il est adapté au concept de “lois naturelles de l’enfant”.
Mais je m’interroge sur le sujet de ces lois naturelles, n’est ce pas mieux dire que de dire “lois naturelles de l’éducation humaine” ? Il ne faudrait pas en venir à “diviniser” l’enfant qui ne va pas le rester puisque le but est d’en faire un adulte responsable et libre de ses choix… je proposerais bien la formule suivante pour définir la finalité de cette éducation humaine. Apprendre à penser, soit un double mouvement : penser ce que l’on sent et sentir ce que l’on pense.
Alire

http://ifo75.fr/pages/l-orthopedagogie-en-quelques-points


#36

une remarque, sans doute déjà faite ailleurs ?! la pédagogie est à la fois une science et un art. En cela elle fait le lien entre ces deux approches complémentaires et qui doivent se cordonner de la culture humaine, elle relie l’universel de la science et la singularité de l’approche artistique ou poétique de l’humain, entre la raison et le coeur. Pour le développement de l’individuation essentielle à l’humain.
Alire


#37

Bonjour à tous,
Pour compléter les réponses de @Celine ainsi que les autres échanges, il me revient le passage écrit par Alex Lainé, spécialisé dans les pratiques en “histoire de vie”, dans son ouvrage : Faire de sa vie une histoire (Editions Desclée de Brouwer; p. 41 à 45) où il fait de manière éclairante la distinction entre démarche et outil (ou méthode pour reprendre vos termes).
Une belle lecture pour cette d’année !..
Bien cordialement,
André


#38

Ne pourrait-on qualifier votre magnifique démarche de démarche de facilitation de l’apprentissage et de l’épanouissement de l’Enfant, centrée sur l’Enfant ? (Pour reprendre des termes de Carl Rogers).
Dans tous les cas, une définition précise sera longue: ne faudrait-il pas ne retenir que les initiales et lettres des mots de cette définition pour en faire un bel acronyme facile à retenir et agréable à prononcer ? Il y a là matière à créativité :slight_smile:
"Liberté pour apprendre" n’est pas mal non plus, mais le titre est sans doute protégé ?


#39

Pour moi il n’y a pas de nom car il faut ressentir ce qu’est un enfant, ou plutôt un jeune être humain. Ce que Céline propose est de recouvrir un enfant tel qu’il est, c’est une sorte de philosophie, de perception des choses.

Il faut être sûr que les êtres que l’on a en face de nous sont capables, qu’ils sont uniques, avec des facilités et des difficultés uniques. C’est beaucoup plus simple comme ça. Cela permet de ne pas avoir de recettes ou de méthodes mais juste un lien humain avec un élève (même le terme élève me gène). On échange avec lui pour qu’il évolue car il deviendra ce qu’il devra devenir mais faisons au mieux pour lui quand il est avec nous en classe.

Autrement, j’ai vu @Céline cherchait à continuer ses recherches. J’ai toujours voulu faire de la recherche et pour moi une classe est un laboratoire comme un autre. J’ai un quadruple niveau CE1 CE2 CM1 CM2 si vous voulez une classe témoins ou autre pour mener des essais je suis partante à voir s’il faut une demande de l’inspection.
Merci !


#42

NB: sur le site de “conseil citoyen” d’un des candidats à la prochaine présidentielle, une proposition a été faite sur la promotion et le développement des pédagogies Montessori, Steiner, etc dans les établissements publics. Peut-être une opportunité pour vos approches ?


#43

Bonjour à tous,
Méthode ? Démarche ? Je tiens à ajouter un mot : modèle.
Car il y a un modèle, correspondant en gros à Gennevilliers. Même Céline aurait du mal à ériger un autre modèle concurrent car c’est là qu’elle a produit sa démonstration.
Est-ce dommage ? C’est — selon moi.
Bon, alors, un nom ? Oui, il faut nommer. On peut agir sans nommer mais il y a des limites, des moments où le langage est nécessaire. Si même les enthousiastes évitaient de nommer ou utilisaient de longues (péri)phrases, pour évoquer ce courant, cette onde de choc, cette révolution selon certains, d’autres nommeraient. L’humain est être de langage.
Soit nous laissons aux autres — journalistes par exemple — toute liberté de forger une dénomination qui fera école ^^, soit nous tentons d’influer sur cette dénomination en proposant quelque chose de convaincant.
J’aime bien, dans ce que j’ai lu ci-dessus « pédagogie active naturelle ».
Sinon, ce sera la pédagogie Álvarez, pour le meilleur et pour le pire.
Il y a tant d’initiatives géniales réifiées ensuite. Maria Montessori n’est pas la seule à devoir se retourner tous les jours dans sa tombe. Est-ce évitable ? Faut-il combattre ce moulin-là ?
Réflexion en cours… avec vous tous.