Capitales et cursives dans l'apprentissage


#1

Bonjour,

Dans son premier livre, Celine écartais les lettres capitales sur l’apprentissage de la lecture et l’écriture en raison que les enfants maitrise natitivement les courbes plutôt que des lignes droites et aussi sur le fait que le système actuel incitera l’enfant a ne plus les employer des le CP.

Celine émets une nouvelle piste d’éclairage dans son deuxième livre concernant la présentation des lettres capitales des l’apprentissage de la lecture dans le sens ou l’enfant peut trouver de la lecture et donc de l’entrainement facilement a l’extérieur sur les magasins, publicités, etc.

Les deux arguments sont pertinent mais un peu contradictoire du coup, l’analyse de Celine évolue t’elle en intégrant un peu plus lettres capitales dans l’apprentissage?
J’ai du mal a ségréguer l’information.

Merci a toute celles et ceux participant a ce merveilleux sites pour nos enfants, notre futur.


#4

Un message a été intégré dans un sujet existant : Quelle écriture utiliser en classe : capitales, script, cursive ?


#5

Je viens finalement d’avoir la réponse a ma question en achetant le coffret de lettres mobiles Celine Alvarez, il y a la justification a la fin du petit livret fourni avec:
-Peu de cursives dans l’environnement quotidien du petit.
-Les caractères sont plus grand et attirent davantage l’attention des enfants
-Cela resoud le probleme de la confusion (p/q) et (d/b) en effet cela donne en majuscule P et Q et D et B .

Et puis , pour le reste , lisez le!!!

En bref, super coffret!!!


#6

Ce changement de méthode est pertinent mais que fait-on de la cursive et notamment des lettres rugueuses en cursive. Céline Alvarez reste très flou quant à l’entrée dans l’écriture des enfants (qui se mettraient au cursive pour écrire comme les grands).

Dans son premier livre :
1- travail oral de reconnaissance des sons
2- présentation des graphies (cursive-rugueux)
3 - codage et décodage en cursive avec l’alphabet mobile

mais maintenant qu’elle privilégie la graphie en capitale d’imprimerie, quand et comment introduire la cursive ? (je suis perdue et attend avec impatience la publication des vidéos !)

Dans son livret sur “une entrée naturelle dans la lecture” elle ne parle pas du tout d’une présentation son/graphies des lettres rugueuses.


#7

Je pense que l’idée du deuxième livre est plutôt d’adapter à vos contraintes personnelles (niveau simple/multiple, matériel disponible, sensibilité personnelle, etc.), en conservant les principes décrits. Là où le premier était effectivement beaucoup plus “guidé” (plus exactement : détaillait ce qu’elles avaient mis en place à Gennevilliers).

Par exemple, je suis en MS niveau simple : je travaille en capitale (et un petit peu de script en fin d’année), car cela a été décidé en concertation de cycle (pas de cursive avant la GS chez nous).


#8

Je suis la démarche de Danièle Dumont en écriture. Il y a mille activités à faire pour la tenue du crayon, ce qui permet de découler naturellement vers l’écriture cursive, les boucles, les étrécies… Je vous invite à découvrir son travail si ce n’est déjà fait.
Mes pochettes de lectures sont proposées dans les 2 écritures, mais comme je pars initialement des lettres rugueuses, je leur propose de commencer par les étiquettes en écriture cursive, puis ils associent celles en scripte, ce qui, pour la plupart se fait très facilement.
Je ne propose jamais de lecture en lettres capitales, venant de mes propres écrits. Par contre, j’ai acheté les 3 albums des lectures naturelles de Céline, et je constate que cela ne pose aucun problème aux quelques élèves qui les ont lu.
Mais petit bémol: Je ne pas de petite section. Les élèves arrivent donc avec une connaissance des lettres capitales, principale écriture utilisée par mes collègues de PS. Cela dit, il faut bien reconnaitre que dans les familles ou dans la rue, on a plus souvent affaire avec les lettres capitales. D’où, à mon sens, travailler sur le reste.
Avant de maitriser la cursive, les élèves n’écrivent pratiquement pas, ils écrivent leur prénom comme ils le souhaitent, la plupart en lettres capitales. Et c’est seulement au fur et à mesure de l’apprentissage du geste qu’ils écrivent de plus en plus de mots variés.


#9

Merci beaucoup pour vos réponses. Je suis une maman et j’ instruis mon fils à la maison niveau MS. Et dans l’ idée j’ avais l’ intention d’associer le script à la lecture et le cursive à l’écrit mais du coup je ne sais pas quand introduire les rugueuses en cursive, vu que mon alphabet mobile sur lequel nous travaillons actuellement est en capitale d’imprimerie…

Je n’ai pas encore fait mes pochettes de lecture mais d’après votre expérience il serait judicieux que je les fasse en deux écritures mais en commençant par le script (mais du coup je passe en minuscule à ce moment-là ?)

Daniel Dumont j’en ai entendu parler, je pense que je vais définitivement investir !
D’ailleurs si vous aviez un nom d’un ouvrage en particulier à me conseiller car j’ai vu qu’il y avait plein d’ouvrages différents de la même méthode !)

Merci pour vos réponses.


#10

le geste d’écriture, c’est “la bible”


#11

Ici, j’aborde la cursive à la demande de l’enfant ou bien quand la lecture est installée. C’est souvent un jeu. La première fois, j’ai parlé de baguette magique ^^ Si l’intérêt est vraiment là, je propose des cahiers ardoises pour s’entraîner, de la semoule pour tracer. Je vérifie le tracé. Puis, au bout d’un temps, pour la fluidité, c’est de l’écriture quotidienne à petite dose sous diverses formes : jeu du facteur, petite dictée, jeu de l’inspecteur pour retrouver qui a écrit le mot s’il y a plusieurs enfants d’âges différents (ils ont tous envie de s’appliquer pour brouiller les pistes), marchande,… C’est fou les occasions qu’il y a d’écrire ensuite !


#12

Pourrais-tu nous expliquer un peu plus comment se déroule tes jeux de facteurs, inspecteurs…
Merci.


#13

Le jeu des facteurs porte bien son nom : chacun à une boîte aux lettres et on s’“envoie” des messages.
Le jeu de l’inspecteur : un mot est pioché et recopié sur des petits bouts de papier (un chacun), un joueur est “sorti” du jeu pendant cette phase et quand il revient il doit attribuer le bon papier à chacun. C’est particulièrement motivant quand les enfants en sont à des stades légèrement différents.