Connaissez vous la méthode Tipi pour la régulation des émotions ?


#1

La méthode Tipi permet une régulation des émotions désagréables : stress, colère, peur, angoisse…

https://tipi.pro/blog/2017/02/28/en-finir-avec-le-stress/

Luc Nicon a découvert cette capacité naturelle de régulation émotionnelle. Grâce à l’attention portée sur les sensations physiques, l’émotion disparaît définitivement dans le contexte de départ.

https://tipi.pro

à bientôt,
Arnaud


#2

Oui je connais, et personnellement ça m’arrive de l’utiliser… le plus difficile c’est d’y penser au bon moment… Mais quand j’y pense ça marche très bien, et je me dis que je devrais pouvoir l’apprendre aux enfants “l’air de rien”…
La question clé qu’on peut se poser et poser aux enfants quand une émotion devient envahissante : “et qu’est-ce que ça fait dans mon/ ton corps ?” Cela devrait les habituer à se connecter à leurs sensations corporelles le plus naturellement possible… Et ensuite, respirer, bien sûr, observer les sensations qui s’apaisent, et c’est tout… C’est confondant de simplicité et d’efficacité…


#5

#6

Bonjour Arnaud01 ,

Je viens de voir certains documents d’entretiens filmés, sur le blog Tipi, concernant cette méthode qui régulerait, aussitôt, nos émotions, nos peurs… !

Personnellement, je la trouve, a priori, moins performante que celle de Eckhart TOLLE (cf. son livre : ‘’ Le Pouvoir du Moment Présent") qui permet, elle, de ne plus s’identifier à sa souffrance, matérialisée par la peur, la colère, l’ irritation, l’agressivité, le stress… , en, simplement (bien plus simplement que la méthode Tipi ! ), étant dans l’ instant présent, et non dans le passé et le futur (qui sont des illusions qui nous maintiennent dans la souffrance), en passant de ce mental qui pollue, au moment présent conscient, sans analyser, sans penser !

Dès lors, il n’est absolument plus nécessaire de ressentir ses émotions, de se focaliser sur elles (ni même de se poser la question de la réaction de son corps, de la méthode Tipi ! ), ni aussi de rechercher l’origine de nos émotions (comme se plaisent à le faire les psychothérapeutes…, en restant toujours et encore, intellectuellement, dans la recherche d’une explication, qui ressasse les mêmes choses de votre passé de victime, à la recherche de mécanismes mentaux explicatifs, qui vous dominent et vous étouffent, encore plus par cette recherche, sans jamais, ou rarement, guérir).

Notre mental fonctionne en ego (un ‘’ faux-moi ‘’ ) et nous éloigne de notre véritable ‘’ moi ‘’ ! Le passé c’est de la mise en mémoire, le futur c’est de l’ imagination ; tous les deux vont générer de la tension, du stress, de l’ inquiétude, du regret, de l’ amertume, de la culpabilité, du ressentiment, de la tristesse, de la colère, de la dépression, du suicide…, que, seule, la conscience du moment présent peut résoudre, dès que vous vous reconnectez à votre conscience du moment présent !

A vous d’ essayer ! Cela marche !


#7

Se concentrer sur ses sensations corporelles présentes, c’est un moyen très efficace de revenir dans l’instant présent, et de faire taire le mental… Je ne vois aucune antinomie entre la méthode TIPI et la pleine conscience, au contraire… Disons que TIPI est une des façons de parvenir à la pleine conscience du moment présent, qui fonctionne particulièrement bien quand on se trouve envahi par une émotion un peu trop forte…


#8

À mon avis, tant qu’on a pas vécu une séance Tipi c’est difficile de se faire une idée de ce que c’est. C’est une expérience à vivre, justement sans être dans le mental. (Je suis praticien Tipi)

Tipi permet de réguler définitivement peur, phobie, angoisse, stress etc. en quelques minutes. Cela veut dire que l’émotion en question ne revient pas dans une situation similaire. Par exemple plus besoin de gérer la peur de monter dans l’ascenseur car il n’y a plus de peur. Elle a disparu.

Les enfants s’approprient rapidement cette technique une fois qu’ils ont été accompagnés.


#9

Je suis avec intérêt ces échanges car la gestion des émotions me parait un point clé dans la relation à l’autre et dans le bien-être de chacun. Cependant, j’ai parfois le sentiment que certaines méthodes visent à faire taire l’émotion plutôt que d’apprendre à la gérer. Cela ne me parait pas pertinent, les émotions ayant une vraie utilité à mon sens, elles permettent de faire des choix (bons ou mauvais), et donc de se construire. Supprimer les émotions comme la peur par exemple peut à mon avis être totalement contre productif, car c’est un sentiment qui protège aussi du danger…(peur du vide, peur des chiens qui aboient, peur des voitures…) quand, bien sûr, il ne devient pas disproportionné et envahissant.


#10

Dans le cas de Tipi utilisé en thérapie, comme ce dont parle Arnaud01, il s’agit de faire taire les émotions gênantes car inadaptées, ou anachroniques, celles qui au lieu de nous aider à faire face à une situation nous la rendent plus difficile… parce qu’une réminiscence inconsciente sert de déclencheur à un réflexe qui nous a peut-être un jour sauvé, mais qui aujourd’hui n’est plus qu’une gêne voire un handicap…
Cela ne supprimera jamais pour autant la palette pleine de nuances et de richesses des émotions qui nous traversent en permanence, au contraire : celles qui sont devenues des sortes d’automatismes déréglés survenant à tort et à travers manquent justement de nuance et de diversité autant que de justesse…
Mais Tipi est utilisable au quotidien, sans être ni thérapeute ni patient, juste pour apprendre à mieux gérer les émotions qui peuvent être envahissantes, en quelques instants… Le principe est ultra-simple : au lieu de tenter de maîtriser ses émotions, de les brider ou de les étouffer, il s’agit de se connecter à ses ressentis corporels présents, de les accueillir sans juger, sans mentaliser, sans chercher à expliquer ou à comprendre, juste constater… Donc 1 fermer les yeux, 2 prendre conscience de ses sensations propres 3 laisser ces sensations corporelles aller et venir, évoluer peut-être, les observer avec attention, jusqu’à ce qu’elles s’apaisent tout naturellement… 4 respirer profondément, et voilà…
C’est une capacité innée qu’ont tous les humains de pouvoir ainsi s’apaiser eux-mêmes quand ils en éprouvent le besoin, si seulement ils prennent le temps de cette petite introspection corporelle… et si ils ont l’idée de le faire…


#11

Analyse du présent très instructive. Je prends note du livre. Merci


#12

j’ai découvert la méthode Tipi il y a quelques années, je m’y suis formé, c’est efficace.
Le seul problème, c’est l’inventeur qui se prend la grosse tête et qui est entrain de monter une entreprise pompe à fric pyramidale.
Plus tu te forme et plus ça te coute cher.
Alors différenciez bien la technique du bonhomme, il devrait finir gourou, c’est pitoyable d’en arriver là. Il est incapable d’appliquer sa méthode à lui-même. Et surtout n’essayez pas de le contredire il vous jettera comme une merde. Voilà, c’est bien pitoyable d’être handicapé de la relation humaine a ce point là.
Notez bien que la régulation des émotion fonctionne parfaitement bien, il n’y a aucun doute là-dessus !


#13

Bonsoir Nathalie,
Il ne s’agit pas de “faire taire l’émotion” mais de la vivre sensoriellement (sensations).
Il ne s’agit pas d’une méthode, mais d’une capacité naturelle.
Un peu comme une cicatrisation. Surtout ne pas apprendre à la gérer !
Comme le disent bien Isa1 et Arnaud01, il ne s’agit pas de se défaire de l’émotion mais de sa conséquence indésirable, qui nous faire perdre nos moyens, ou “péter les plombs”.
L’effet produit est inverse (inveerse de faire taire) puisque dans une situation donnée, on ne ressent plus le danger : on peut la vivre plus intensément.
Clairement sur ce point précis, je dis que non seulement cette capacité ne me coupe pas de mes émotions, mais encore, elle me permet de mieux et de plus les vivre.
Et comme c’est très simple, rapide et gratuit (voir le film sur YouTube “Tipi en situation”), faisons-le !

Je précise que je suis formé à la régulation émotionnelle, praticien, donc partisan.
Les effets que j’observe sont étonnants. Plusieurs témoignages sur YouTube dont https://www.youtube.com/watch?v=60A1qjw03Ps


#14

Bonsoir Jean Sibolt,
Je partage votre avis sur l’efficacité de la capacité de régulation.
Merci de votre témoignage.
J’ajoute qu’elle s’avère particulièrement efficace, durable, simple et transmissible avec les enfants, en particulier en situation d’apprentissage !
Je suis intrigué par vos commentaires sur “l’inventeur”.
Il est plutôt un vulgarisateur : il n’a pas inventé la capacité de régulation puisqu’elle est naturelle. Il le dit lui-même :slight_smile:
J’aimerais beaucoup échanger plus avant avec vous sur ce point.


#15

Bonjour Paco,

En lisant http://www.eckharttolle.fr/lorigine-du-livre-le-pouvoir-du-moment-present/, il y a de fortes similitudes comme le dit isa01 avec ce que tipi décrit, c’est à dire notre capacité à réguler nos émotions tout seul. Nul besoin d’aller chercher dans le passé ou le futur pour se défaire soi même de sa souffrance quand nous sommes dedans.

Les recherches faites par Tipi peuvent aider à deux niveaux (il est possible que Eckhard Tolle les aborde également, je l’ignore, découvrant ici ses travaux) :

  • pour aider une personne à réguler une peur passée avant qu’elle survienne à nouveau.
  • pour donner des indices aux personnes qui ont une difficulté à réguler leurs émotions, en identifiant ce qui bloque le processus.

Notamment, effectivement, “rechercher”, “focaliser”, “concentrer” sont inutiles, voire contre productifs pour réguler notre émotion, c’est ce que décrit Eckhart Toll et c’est bien juste. Tipi dit la même chose. Ce sont deux manières de décrire le même processus. Que chacun choisisse ce qu’il préfère. Peu importe le nom, la manière de faire est la même et l’important est surtout de se défaire de ses souffrances.

Laurent.


#16

Bonjour Laurent ,

Je réponds à votre mail du 27 12 17, relatif aux méthodes Tipi et Eckhart TOLLE.

Oui, effectivement, les deux méthodes sembleraient être assez semblables, à première vue !

Je pense qu’elles seraient très utiles, par contre, pour gérer aussi, le stress post-traumatique, résultant d’un événement douloureux ou d’une expérience effrayante (viols, attentats… ; prise en charge psychologique des personnes victimes, à titre individuel et/ou collectif ; réparation, suivi, indemnisation…).

Les souvenirs ‘’ classiques ‘’, non traumatisants, se gravent par la répétition, réactivant ainsi les données stockées chaque fois qu’on les sollicite ou qu’on les réutilise ; si cette répétition diminue ou devient moins fréquente, le cerveau va faire le ménage, naturellement ; certaines choses tomberont donc dans l’oubli et laisseront ainsi la place à d’autres informations, plus utiles ou plus créatives ; notre mémoire fait le tri, souvent, sans demander notre avis !

La mémoire de nos souvenirs habituels n’est, de plus, pas très fidèle ; elle se modifie au fil du temps ; nos neurones ne restituent pas l’exacte réalité ; ils la reconstruisent, pour en faire une histoire cohérente avec soi-même, même en gommant, si nécessaire, certains détails… ; d’où des distorsions constatées dans les témoignages de personnes (par exemple, en justice, où ces ‘’détails‘’ comptent par contre ! ) qui ont assisté pourtant aux mêmes faits ou événements ! La mémoire habituelle fonctionne bien, mais en collaboration avec l’oubli ! L’oubli est là !

Par contre, dans le cas de souvenirs traumatisants, c’est totalement différent ; il s’agit, ici, de souvenirs que l’on voudrait oublier, mais qui restent toujours présents ; parce qu’un souvenir traumatique ne peut pas, à cause de cela, s’intégrer dans la mémoire !

Car la charge émotionnelle de ce souvenir traumatisant est trop intense et trop forte pour que ce souvenir soit en cohérence avec l’identité de la personne concernée et ait, réellement, du sens pour cette personne (pour s’intégrer dans l’histoire ‘’normale‘’ de la vie de cette personne et dans sa propre vision d’elle-même ; ce qui n’est pas le cas du souvenir traumatisant ! ).

Le souvenir traumatisant ne pouvant pas, de ce fait, s’intégrer, dans la mémoire de la personne concernée, il va donc, de façon répétée et variable (à la faveur, parfois, d’éléments déclenchants : événements identiques, rappels inopportuns …), refaire surface, sous la forme de retours en arrière, de flash-back, soudains, inattendus, intrusifs et perturbants, comme si la personne revivait, à l’identique, l’événement ou comme si cet événement était resté, toujours, pour elle, dans un présent ‘’continu‘’.

Je pense donc que, dans ‘’ce droit à l’oubli‘’, impossible pour les personnes traumatisées, ces deux méthodes, Tipi et Eckhart TOLLE, seraient bénéfiques et très utiles, car elles pourraient changer le présent ‘’figé‘’ de cet événement traumatisant, en lui substituant (à ce ‘’faux‘’ présent !), un vrai présent, celui du moment présent, de l’instant présent, sans revenir sur le passé, ni se projeter dans le futur.

On en reparle éventuellement. Avec mes remerciements.

Cordialement.

Paco .


#17

Il semblerait bien que Mr Nicon ai pompé simplement sur Mr D.Godeau regardez ce site qui en dit bien long !!!


A votre réflexion.
Jean