Fil de discussion pour ceux qui se lancent à la rentrée 2018 (maternelle)


#163

Bonjour à tous,
J’ai une classe de PS-MS, et je me suis lancée cette année. Ce n’est pas évident du tout car comme écrit plus haut, moi aussi j’ai l’impression que les élèves peuvent tourner en rond. C’est difficile pour moi de savoir quand est-ce que je les lance dans les activités sensorielles/langage/mathématique… car je trouve qu’ils n’ont pas du tout encore intégré le respect du matériel, le rangement systématique, le déplacement… Les MS sont sur des activités pratiques/ des jeux de constructions et des activités qui n’ont pas besoin d’explication/ les boites de sons, les pochettes de vocabulaire, du graphisme. Puis, progressivement ceux qui sont “prêts” je leur fait découvrir des activités telles que barres rouges et activités sensorielles… Mais encore très peu d’élèves y ont accès. C’est aussi difficile pour eux d’intégrer que si je ne leur ai pas présenté ils doivent attendre : quand ils voient leur copain sur l’activité ils vont très souvent interférer (j’ai conscience que c’est aussi un moment de langage, d’échange pour eux, mais le souci c’est qu’ils finissent par ne pas prendre l’activité au sérieux et “jouent” avec le matériel).
Les PS, sont pour le moment encore en ateliers “dirigés” principalement sur des activités de pâte à modeler, des gommettes, et de peinture (traces), et des activités de tri ; avec un roulement sur jeux d’encastrement, coin poupées, coin livres,
Je trouve que c’est très difficile d’arriver à coordonner tout cela, et je me demande ce que je devrai faire pour que ça se passe mieux, (ambiance de la classe : sont-ils perdus et donc n’arrivent pas à entrer dans les règles de l’ambiance de travail?)
MERCI POUR VOS CONSEILS …
Marion


#164

L’idéal serait d’avoir des tables basses de façon à pouvoir s’asseoir autour sur un coussin; comme ça, pas besoin de chaises. Mais je suppose que tu ne possèdes pas ce genre de table?
Sinon, il faut pouvoir mettre les chaises en trop dans un coin de la classe, empilées ou alors les répartir un peu partout le long des murs pour aérer le reste de la classe.


#165

Non je n’ai pas ce genre de table.
Merci pour l idée.
Je retiens “aérer aérer et place” je vais devoir faire un fameux tri.


#166

Bonjour
je me lance dans cette aventure seulement mtn suite à l’accompagnement de Céline Alvarez.
J’avais déjà placé des boites d’autonomie les années précédentes mais en lisant sont livre ben je suis complètement à coté de la plaque.
Du coup petit à petit les boites sont modifiées. Mais comme toi @marionisa les enfants voyages ne respectent toujours pas le fait que la boites n’a pas été présentée. Je suis un peu perdue mais je leur demande à chaque fois, connais tu ce jeux? si j’en ai la possibilité je le lui présente à ce moment là surtout s’il y retourne plusieurs fois.
Mon soucis personnel est que nous avons le dîner (déjeuner) dans la classe et les enfants ont besoin de tables!!! du coup je n’ai absolument pas aménagé ma classe.
je n’ai tj pas les différents coins et les tables sont toujours là.
Ha oui j’ai des petits de 2.5 ans et de 3 ans (ps chez vous?)
Si vous avez des conseils idées je suis preneuse.
Nancy


#167

Je manque un peu de temps pour répondre (l’accompagnement en Belgique me prend tout mon temps et plus) mais je ne peux m’empêcher de le faire rapidement. En espérant que cela vous soit utile :slight_smile:

C’est léger oui, et c’est fait exprès ! Qu’ajouter d’autre ? En langage il s’agit à mon sens surtout de ne pas s’éparpiller et de se focaliser sur l’essentiel, ie la transmission du code grapho-phonémique (F fait ffffff). Cet essentiel pas si évident que cela à transmettre lorsque l’on voit les résultats de nos enfants aux classements internationaux : en Belgique le dernier PIRLS indiquait qu’ 1 enfant sur 5 seulement est capable de lire correctement en CM2 (5ème primaire). En France, nous ne sommes pas bien loin devant.

Les 2ème année de maternelle (MS) devraient déjà travailler quotidiennement le son de toutes les lettres (digrammes y compris) et les connaître tous à la fin de l’année. Ce n’est vraiment pas compliqué pour leurs immenses et très sophistiquées capacités d’apprentissage. Certains vont entrer spontanément dans la lecture en janvier/février.

En 3ème année de maternelle (GS), ils s’ennuient certainement car ils son grands et sont capables de lire (et adoreraient cela). Or la plupart ne connait pas les sons des lettres et si vous leur proposez de les leur enseigner ils vont rechigner. C’est normal, ils sont (presque) trop grands pour cela, cela ne fait plus sens pour eux. Ils en sont au stade de lire mais “ils ont loupé une marche”, ils ne connaissent pas le code. En Belgique, avec les enfants de 3ème année de maternelle (GS) et même avec les CP (1ère primaire) nous passons directement par le décodage. J’écris des petits mots transparents (“sac” “fil” “bac”), en regroupement et en individuel, tous les jours. Je leur donne moi-même les sons (ils ne connaissent que les noms) et leur demande de fusionner. Ils sont fous de joie… Leurs enseignants n’en reviennent pas. Ils ne les pensaient pas capables. Les enfants reviennent le lendemain avec un sourire jusqu’aux oreilles, écrivent des mots secrets partout, veulent lire et… retiennent le son des lettres.

Il se passe exactement la même chose avec les mathématiques. Bien évidemment, il faut “sauter” la présentation des Barres rouges pour les 2ème année (MS) :slight_smile: Ils apprendront la gradation en travaillant les Barres numériques. Ne vous laissez pas enfermer dans une progression, suivez le sourire des enfants. Lui seul doit donner le tempo.

Pour les 3ème année (GS), je passerai tout de suite à l’association symboles (chiffres) et quantités (Barres numériques) à distance à deux. Observez et suivez bien pour repérer les enfants qui ont des difficultés importantes. Ceux-là, soutenez-les par des présentations de Chiffres et le dénombrement des Barres. Ceux qui ont “juste” un peu de mal, laissez-leur le temps. Du moment qu’ils font cette activité à deux avec joie c’est que le niveau est le bon. Il est parier qu’il apprendront les chiffres manquants ou le dénombrement dans les échanges avec leurs camarades.

Bien sûr, je vous invite à toujours vérifier ces apprentissages informels au peigne fin par des évaluations informelles de votre part (notées dans votre tableau de suivi par des points de couleur) : “Tiens, dis moi, quel est ce chiffre ? Et celui-là ? Et celui-là ?” ou “Peux-tu m’apporter 8 ?” Voir ici pour les suivis.

Ils devraient déjà commencer à entrer dans la lecture.
Vous verrez comme leur comportement va se transformer.
Ils vont rayonner de fierté et de joie. La plupart en sont là.
Vous trouverez une progression en lecture ici que je suis en train de retravailler. Une nouvelle proposition sera faite pour la rentrée prochaine.

Essayez, et venez nous raconter :slight_smile:

J’en profite pour vous remercier très sincèrement pour tous vos messages qui nourrissent la réflexion collective, apaisent les doutes, donnent des pistes concrètes et rassurent bon nombre d’enseignants qui se lancent cette année :purple_heart:


#168

Passez aux étapes suivantes, avancez. Si les enfants tournent en rond, c’est souvent que les activités ne sont pas à la hauteur de leurs grandes capacités. Essayez et voyez ! Mais souvent, il s’agit de cela. Je le constate encore dans toutes les classes au sein desquelles je travaille en Belgique. La plupart des “grands perturbateurs” sont juste des enfants “sous-nutris” d’un point de vue cognitif.

Nous avons un grand travail collectif à faire pour nous réajuster aux extraordinaires capacités des enfants. Nos préjugés collectifs sont redoutables, et ce sont souvent eux qui érigent un mur d’incompréhension entre nous et les enfants. Et nous entrons en conflit avec eux.

Je disais lors du premier week-end d’accompagnement en Belgique “Dites-vous toujours que le niveau de difficulté que vous proposez aux enfants, même si vous faites l’effort d’aller plus loin que ce que vous faites d’habitude, est encore bien en deçà de ce qui est à leur niveau.” Ces trois semaines dans les classes de Belgique, dans des milieux particulièrement défavorisés, me l’ont de nouveau montré de manière édifiante : nous sommes à la fois le problème et la solution :slight_smile:


#169

Un mail collectif va vous être envoyé avant la reprise pour faire un point d’étape avant la prochaine session du 18 novembre. Vous y trouverez les réponses à vos questions :wink:


#171

Merci pour tous ces explications ! Mais pourriez vous préciser l’approche pour les GS ? Si je comprend bien, vous passez directement à la lecture sans l’étape de codage écriture avec l’alphabet mobile ?
Et si les enfants ne connaissent que les capitales, vous leur présentez des lettres capitales ou cursives pour lire des mots ? Je n’ai pas bien compris non plus ce que sont les mots transparents : vous écrivez un mot, vous dites le son de chaque lettre (par ex sss aaa kkk) et ils doivent lire sac ? S’ils ne connaissent ni le son des lettres ni les cursives, ca fait beaucoup de nouveautés d’un coup.
Pour les maths je me demande si avec les GS on peut passer directement à l’association entre symboles et barrettes de perles sans utiliser les barres numériques. Beaucoup savent associer les symboles (<10) avec une quantité (jetons, doigts…).
Merci d’avance pour votre retour. Cette expérience belge a l’air passionnante !


#172

Merci beaucoup pour votre réponse si complète.
Je suis tout à fait convaincue de la démarche et de la progression en lecture. Mais comme vous le dites les GS sont sans doute déjà trop grands pour l’apprentissage des sons (je n’en ai que 5), c’est pour ça que je me demandais si pour eux je ne pouvais pas proposer des activités un peu plus “traditionnelles” qui leur donnerait l’impression de “travailler” car c’est ce qu’ils veulent. J’en ai tout de même deux qui sont complètement rentrées dans la démarche et connaissent tous les sons simples, je vais passer aux diagrammes, et elles encodent des mots de 3 ou 4 sons. Deux essayent mais retiennent peu, alors je peux peut être comme vous le proposez, passer directement par le décodage même si je ne sais pas trop comment leur apprendre à fusionner. Ma dernière élève est trop absente, et l’était déjà énormément l’an dernier, je ne sais pas comment je vais faire pour “rattraper” son retard quand elle finira par venir à l’école…

Depuis lundi, j’ai énormément de PS et MS qui me demandent de leur présenter les lettres rugueuses, je suis ravie quand je vois leur yeux qui pétillent quand ils les reconnaissent et qu’ils sont capable de leur associer un mot commençant par ce son.

Pour les mathématiques, les GS ont bien avancé, ils en sont à l’association quantité symboles du système décimal et nous avons commencé la 1ere table de Séguin.
Je crois que je vais même devoir sauter les barres numériques pour certains MS, ils n’accrochent vraiment pas à ce matériel.
Ensuite je pense que certains tournent en rond, car je n’ai absolument rien en géométrie, botanique et je n’ai présenté des activités de géographie qu’aux GS.

Mais ça progresse et je ne me verrai pas travailler autrement, même si j’ai certains doutes sur ma capacité a vraiment mener à bien cette démarche.
Je suis tout de même un peu “stressée” car je vais être en congé maternité fin mars, ce qui me laisse encore peu de temps, et j’ai bien peur que ma/mon remplaçant(e) ne poursuive pas la démarche…

En tout cas merci encore à vous pour tout votre travail, la création de ce forum qui sont de réelles aides au quotidien.


#173

Bonjour,
Un peu hors sujet… Je ne sais pas ce qui m’a pris mais je me suis dit que j’allais regarder dans mes cartons de maternelle de mes débuts voir s’il y avait des choses à prendre dans les jeux fabriqués etc. Et je me retrouve avec ça (cet énorme bazar)


(ce n’est qu’un aperçu)
Et je ne sais pas quoi en faire… Je n’arrive pas à me résoudre à jeter tout le contenu de mes classeurs de fiches de prep traditionnelles, de mes petits jeux fabriqués en papier plastifié… Et en même temps je ne me vois pas trop réutiliser tout ça. Qu’avez-vous fait de tous vos documents “d’avant” ??


#174

Bonjour,
Je réutilise mes jeux en donnant d’autres consignes, ou en mixant avec le matériel, ou en laissant en libre utilisation.
Il est vraiment important, à mon idée, de varier le matériel, pour que les enfants fassent l’expérience, eux mêmes, que leurs savoirs servent dans plein de situations.
La mise en réseau des supports est primordiale, à mon idée, surtout pour les enfants en difficulté ou en situation sociale peu “cultivée”.
Ca leur permet d’élargir leur vision de “l’objet scolaire”


#175

Personnellement j’ai jeté ! Je ne suis pas conservatrice et j’ai besoin de rangement et d’ordre pour que ce soit clair dans ma tête …


#176

Je l’ai proposé et donné aux collègues qui en voulaient. Le reste est parti à la poubelle, ou est recyclé (feuilles de brouillons). Mais je pense qu’on peut aussi le proposer aux enfants/parents, qui les utiliserons tel quel ou les détourneront à l’envie (j’avais voulu aller vite; au prochain tri je le fais).


#177

J’ai également fait du tri et j’ai “donné” mes activités à la garderie . Les enfants et notamment les plus grands sont ravis !!!


#178

Il faut savoir mettre de côté (jeter) pour passer à autre chose :wink:


#179

Selon Marie Kondo dans son livre “La magie du rangement”, elle propose de garder seulement ce qui te procure de la joie!


#180

Bonjour, je vous rejoins sur ce fil et je viens ici pour poster mon premier post sur le forum. J’ai selon les années des cp-ce1, gs-cp et pour cette année pour la première fois des MS. J’ai toujours fonctionné en mettant en place de la différenciation par le biais de petits ateliers, ou de plan de travail. Je profite cette année d’avoir cette année des Ms pour essayer d’aller plus loin. Actuellement j’ai un fonctionnement mixte avec des groupes de couleurs traditionnels le matin et l’après-midi je prends deux groupes en ateliers individualisés pendant que les deux autres sont soit avec l’atsem soit sur un atelier collectif en autonomie. Ce fonctionnement me rassure pour l’instant et me permet de mettre en place au fur et à mesure les ateliers.
J’ai mis en place trois grands types d’ateliers individualisés en parallèle dans ma classe. Tout d’abord les ateliers de vie pratique, ensuite “les défis” où les élèves ont une série d’ateliers identiques à reproduire pour passer un niveau (puzzles, modèles de construction en kaplas, clippos etc…) et enfin les ateliers de langage, mathématiques…
Pour aider mes élèves à se repérer dans les ateliers qu’ils ont le droit de prendre ou pas, j’ai mis en place un cahier d’ateliers pour chaque élève où je sépare les défis des autres ateliers . A l’intérieur de ce cahier, Je colle les vignettes au fur et à mesure des présentations. Pour obtenir une nouvelle présentation un élève doit d’abord me montrer un atelier qu’il sait bien faire que je lui valide dans son cahier.
Je me disais qu’en procédant ainsi, les enfants ne se retrouveraient pas surchargés.Ce système fonctionne plutôt bien et je vois qu’ à force de faire le même atelier les élèves qui étaient en difficulté progressent. Cependant je ne suis pas complétement ravie de ce système car j’ai l’impression finalement de brider certains de mes élèves.
Jusqu’à présent, je ne fais que des présentations en théorie individuelles de peur de ne pas avoir assez de matériel et aussi parce que l’on parle très souvent de présentations individuelles. Mais je vois bien finalement que j’ai plus souvent deux ou trois élèves en train d’écouter ce que j’explique donc je me dis que c’est stupide de coller la vignette que pour un seul élève, alors que deux autres ont été très attentifs pendant la présentation car ils sont venus volontairement.
De la même façon je me demande si l’adulte doit toujours être celui qui présente. Si un enfant voit un autre enfant faire est-ce ridicule de penser que ce dernier puisse être le passeur du savoir ?
Dans ce cas, je changerai ma façon de fonctionner et mes vignettes d’ateliers (pas celles des défis) dans le cahier seraient plutôt une trace pour l’élève de son avancée dans les ateliers, comme c’est le cas pour les défis.
J’aimerai vraiment savoir ce que vous en pensez car je débute dans ce fonctionnement et j’avoue que ces questions me taraudent.


#181

Je te rejoins sur les présentations individuelles qui deviennent collectives, c’ est profitable à tous ceux qui écoutent attentivement pratiquement autant qu’à celui qui manipule. Par contre, pour la démonstration entre élèves, oui si c’ est un grand, capable de le faire qui montre à un petit oui.


#182

Je te remercie pour ta réponse, je vais donc voir ces prochains jours ce que cela donne ces présentations à plusieurs.


#183

Du coup ca me donne l’ idée d’ un genre de tapis mais en plus grand que l’ on déroulerait quand on voit que la demande est très forte et où on ferait une présentation avec plusieurs élèves