Gros coup de blues suite à entretien de carrière catastrophique


#21

Chère dragonne63, n’attachez pas trop d’importance au personnage de l’inspecteur, inspectrice. On se débrouille pour accéder à ce poste quand on ne veut (peut) pas enseigner. J’ai enseigné dans le secondaire et puis vous faire part de certaines expériences. Un de mes amis, brillant géographe, enseignait en hypokhâgne quand on lui a proposé d’être IPR. Il a tenu un an et a demandé à revenir dans la vraie vie, c’est à dire ses chers khâgneux. Autre anecdote une inspectrice (charmante, qui m’avait inspecté) reçut des lettres anonymes graveleuses. Elle a porté plainte et l’enquête a prouvé que l’envoyeur était l’inspecteur général. Incroyable ? Allez voir à : https://www.liberation.fr/societe/1997/10/02/l-inspecteur-general-jouait-les-corbeaux-misogynes_218453/ que l’État inspecte les gens qu’il rémunère est normal. Que ses agents soumettent les enseigants à des pressions pédago-idéologiques est contre-productif pour tout le monde. Le cas de Céline est exemplaire. Soyez en paix avec votre conscience, avec les enfants, avec les parents. Bon courage pour la suite. On vous fait confaince.


#22

Nous avons tous besoin de reconnaissance et encore plus de la hiérarchie qui légitime le travail fait. Dans l’éducation nationale comme dans beaucoup d’autres entreprises, tu ne peux pas la trouver auprès de tes supérieurs car malheureusement les services publics sont attaqués et sont appelés à être fortement réduits. Le marché juteux de l’éducation représente un gain de 7 points soit 7 € gagnés pour 1€ dépensé. Alors ne prends pas pour toi ce qui vient de se passer c’est juste un système qui s’autodétruit. Essaie de te voir plutôt comme une résistante. Actuellement, les vents sont contraires et il faut bien t’accrocher pour rester dans le bateau. On va avoir besoin de beaucoup de gens comme toi pour tenir tout à bout de bras en attendant que la tempête se calme. Ça ne sera pas facile mais c’est prodigieusement réjouissant. Tu peux encore continuer à t’enrichir à partir de tes recherches personnelles, subir le “rendez-vous de carrière” en acquiesçant : “des traces ? Ah oui, je n’avais pas vu ça comme ça. Je vais faire ça…” et une fois l’inspection terminée, reprendre exactement là où tu en étais. Ce qui s’est passé doit aux contraire renforcer ta détermination. C’est que tu es sur le bon chemin et la violence de ce que tu as vécu est à la hauteur de ce que ta réussite dérange. Cela risque de faire dérailler la marche vers le tout privé. Ce n’est sans doute même pas lié à cette inspectrice qui suit elle aussi les ordres qu’on lui a donné. Le problème est systémique. Ce ne sont pas les personnes. Respire profondément et reprends, encore plus, encore mieux, discrètement, de l’intérieur. Tu es sur le bon chemin. Encore une fois, ce ne sera pas facile et nous serons là pour nous entraider. Céline Alvarez a vécu la même chose que toi mais elle n’a pas renoncé. Grâce à sa force, combien d’entre nous sont nés ? Je ne sais pas combien nous sommes sur ce forum mais ça te donne une idée. Bienvenue dans la résistance, ça va secouer fort , tenons bon. Tu ne risques rien : tu es déjà mal payée, mal formée. Ils ne peuvent rien contre toi à part te décourager. Au pire, si ça allait loin, tu peux avoir un blâme, la belle affaire ! On m’a interdit de dépasser 30 en numération en GS sous prétexte que je mettrais en difficulté la maîtresse de CP. J’ai dit d’accord et je n’en fais rien. Les temps changent, le balancier est tantôt à droite tantôt à gauche. Fais le gros dos, relève la tête et retourne à l’école, on a plus que jamais besoin de toi. Si ce que tu fais te parait juste, qui pourra t’arrêter ? Sûrement cette petite femme qui n’a pas un dixième d’idée et de compréhension de ce que tu fais. Ne rumines pas tout ça. Les pensées viennent mais tu n’est pas obligée de les suivre. Retourne à ce qui te fait plaisir, qui te rend fière de ton travail. L’important est là. Tu n’es pas seule.


#23

Je ne suis pas enseignante, je suis maman de 2 enfants pas encore scolarisés, et j’ai lu avec passion les livres de Celine Alvarez. Je crois vraiment dans cette méthode. J’expérimente avec mes enfants de moins de 3 ans la théorie du développement de l’enfant ! C’est merveilleux !
Cette théorie est vraie !
Chers enseignants qui croyez dans cette approche, soyez des résistants, comme le dit Nioche dans le post ci-dessus. Tenez bon, c’est une chance pour les enfants qui peuvent donner le meilleur d’eux même !
Merci pour votre passion. Courage et tenez bon face aux tempêtes ! L’humanité a besoin de vous :slight_smile:


#24

En effet tu peux être fière de ce que tu proposes à tes élèves, toutes ces valeurs non mesurables par une trace écrite mais qui contribuent à façonner des individus capables de s’aimer, se connaitre, se respecter, prendre des décisions responsables, faire preuve d’empathie, de solidarité, de discernement, d’entraide…

Il va falloir changer d’indicateur de réussite : comme l’a souvent indiqué Céline Alvarez, le meilleur indicateur est la joie des enfants à venir en classe. Et visiblement, tu as coché cette case :slightly_smiling_face: Bravo !

Les attendus de fin de cycle sont l’objectif, libre à toi de décider du chemin pédagogique pour y parvenir… Prends du temps pour toi et comme le dit @nioche, c’est systémique !


#25

C’est hyper choquant !


#26

Bonjour,
Je ne pourrais pas mieux dire que toutes les personnes qui se sont exprimées avant moi.
Mais je pense que chaque message de soutien peut compter.

Sois fière de tout ce que tu as entrepris, ton témoignage montre que tu es dans le vrai, ce que t’as dis cette inspectrice est horrible, vide de sens et tellement éloigné des besoins de nos enfants, qui sont notre avenir, qui ont besoin d’enseignants comme toi ! Mais bien sûr pas au détriment de ton moral, prend soin de toi, ressource-toi et je suis sûre que tu vas regagner en confiance, mais c’est normal que tu aies besoin de temps. L’avis d’une seule personne, fut-elle inspectrice est-il plus important que l’avis d’une vingtaine de petits élèves et de leurs parents ?

Et si ça peut te rassurer moi aussi j’ai des écarts importants entre mes élèves, que j’aurai eu de toute façon dans un fonctionnement “classique”. Ton petit “c” a besoin de transvasements et il passera à autre chose avec ton aide plus tard. J’avais une élèves de PS qui ne jurait que par la pâte à modeler et les transvasements, et cette année en MS elle connaît tous les sons et commence à lire des petits secrets, elle est autonome, appliquée, mais retourne régulièrement aux transvasements (par contre quand je lui propose autre chose elle est partante).

Je te souhaite de belles rencontres dans ta nouvelle école, et peut être que ce cheminement sera déjà engagé là-bas ou que petit à petit tes collègues seront curieux et que tu sèmeras de nouvelles petites graines !


#27

J’ai lu le témoignage de dragonne63 avec beaucoup d’effroi.
J’ai enseigné pendant 2 ans en collège en temps que MA, aujourd’hui je m’occupe à plein temps de mes trois enfants. Ma grande est en CP et j’ai lu ce message le jour où j’ai été convoquée par la maîtresse parce qu’elle avait fait tomber son masque par terre (elle a également été privé de sport). Depuis le début de l’année, son enseignante enchaîne les différentes formes de maltraitances morales envers les enfants (ex : déchirer la feuille d’un élève qui a raté un exercice ou punition collectives). Visiblement ce n’est pas la première fois qu’elle (la maîtresse) est changée d’établissement scolaire pour maltraitances envers les enfants (il y aurait un dizaine d’années).
Je suis très en colère contre l’éducation nationale. Comment peut-on brimer les enseignants qui impliquent dans l’éducation des enfants, laisser faire ceux qui ont un caractère déviant et espérer que nos jeunes deviennent des adultes bienveillants?
Si je peux me permettre de te donner un conseil : agi selon ta conscience ! Je ne pense pas que l’IEN soit légitime pour donner des conseils à qui que ce soit.