Passer le CRPE, devenir enseignant


#102

Il n’est pas nécessaire d’avoir une convention de stage pour faire un stage dans une école. L’accord de la directrice est suffisant.
En revanche il ne s’agit que de stages d’observation. Les stages de pratique (accompagnée ou en responsabilité) sont, à ma connaissance, uniquement pour les enseignants stagiaires. Mais ça change sans arrêt, je ne suis peut-être plus à la page :slight_smile:


#103

Bonjour
Je passe mon concours dans 15 jours dans le public mais j’ai choisi une école privée pour les cours l’ ISFEC. L’avantage est que j’étais en cours le mercredi, jeudi et vendredi et le reste du temps en stage dans des écoles. Il y a un ISFEC dans chaque département : même si la plupart des étudiants se tournent vers le privé, ils acceptent l’inscription de personnes voulant aller dans le public. Le contenu de l’enseignement est le même qu’à l’ESPE mais beaucoup moins scolaire. Je n’ai pas fait le choix de l’ESPE car c’est très académique et encore loin du terrain je trouve. A l’ISFEC, les profs sont très ouverts sur les nouvelles pédagogies… J’espère t’avoir aidé. Bonne continuation.
Alexandra


#104

Bonjour à tous,

Je viens de lire toutes les publications sur ce sujet. J’espère que beaucoup ont trouvé leur voie. Je constate que passer le concours n’est pas simple aujourd’hui. Ici et dans mon entourage, beaucoup de personnes ont une belle envie d’accompagner les enfants dans leurs apprentissages avec bienveillance et générosité. Je pense que la barrière du concours est bien regrettable. Il y a maintenant plus de 17 ans que j’ai ce concours. Je suis passée par le CNED, 2 années à suivre ainsi que des amis récemment : pas facile même avec un travail en groupe.
Je suis actuellement en disponibilité et j’ai rejoint une école alternative hors contrat sur Saintes (17). J’avais envie de changer d’air et surtout besoin de prendre du recul par rapport à l’enseignement public. J’ai toujours réussi à pratiquer la pédagogie de mon choix et je suis convaincue que cela reste possible dans l’école publique. Ce n’est pas l’Education Nationale qui a été un frein pour moi, mais plutôt la cohérence dans l’équipe pédagogique. Je vais refaire une seconde année dans cette école car je désire poursuivre ce que j’ai commencé. Je ne gagne pas autant, c’est certain (1200 contre 2200), c’est un choix qui ne reste pas facile au quotidien avec 2 adolescentes :exploding_head:. Cela m’offre la possibilité de perfectionner une pédagogie ascendante : qui part de l’enfant et ne part pas des programmes. C’est la première fois que je parviens à lâcher prise sur les attendus pour les enfants. Je commence à me placer réellement en guide pédagogique. Et j’ai encore du travail :sunglasses: car mes doutes et mes peurs restent parfois un frein à la confiance que je peux porter aux enfants et pré ados. Cela fait 5 ans que cette école existe et pour le collège 2 ans. Comme son nom l’indique c’est une alternative pour tous ceux qui ne sont pas en phase avec l’école publique. Je pense que l’on peut retrouver des pédagogies similaires à l’école publique, cela dépend des enseignants et de l’école. Je crois en une école publique bienveillante et mon objectif est d’y retourner avec encore plus de convictions et de méthodes pédagogiques.
L’année prochaine, ma jeune collègue sera en congé car elle attend un heureux événement. Nous devons recruter une éducatrice pour l’année 2019-2020. Ce peut être une opportunité pour ceux qui s’interrogeraient ou ceux qui n’auraient pas eu la chance d’avoir le concours. C’est un poste en maternelle avec beaucoup de matériel Montessori et autres. Il n’y a aucune obligation de formation si ce n’est d’avoir une licence. Toute pédagogie est la bienvenue, elle doit juste être dotée de bienveillance, de respect du rythme de l’enfant et d’une belle joie de vivre.
Je vous souhaite à tous de belles aventures pédagogiques.
A bientôt.


#105

Merci pour ton retour d’expérience!