PS en niveau simple: doutes et épuisement


#1

Bonjour,
C’est la troisième année que je pratique la “méthode” des lois naturelles de l’enfant. J’ai commencé avec des PS/MS/GS mais à mi temps , l’année dernière j’avais des PS/GS. Jusqu’à présent, tout s’est plutôt très bien passé me^me si l’année dernière j’ai éprouvé quelques difficultés à gérer autant de GS mais bon en GS ils ont déjà pour la plupart acquis un comportement “d’élève” ce qui rend le groupe gérable.
Cette année comme le titre l’indique, j’ai des PS pur… Je suis nouvelle arrivante dans l’école suite à la fermeture de ma classe. J’ai tenté d’avoir des PS/MS, j’ai expliqué ma façon de travailler aux collègues, la difficulté que représentait un niveau simple avec une telle méthode, ils n’ont rien voulu entendre. Pour ne pas arranger les choses, j’ai des soucis de santé chroniques depuis plusieurs années qui engendre très régulièrement de grosses crise de maux de tête et fatigue intense. Jusqu’à présent, travailler autrement m’avait apporté un certain réconfort, plus besoin de préparer 4 ateliers tournants le week end, en cas de coup de mou, la classe est “déjà” prête, même si bien sûr cela a demandé énormément de travail en amont.
Bref, je m’égare un peu.
J’ai donc 22 PS, c’est certes peu mais je trouve que c’est déjà beaucoup trop. Les deux premières semaines ont été cauchemardeques, pleurs, crises d’hystérie, panique, l’un qui se fait vomir à plusieurs reprises chaque jour car il veut sa maman, ils courent, tapent, crient, jette le peu de matériel que j’ai laissé à leur disposition. 4 semaines après la rentrée, ils progressent à vitesse grand v c’est vrai mais encore beaucoup de pleurs (très fort) pour certains, l’un d’eux se traine par terre, crie, pleure, refuse tout contact, tout geste tendre, toute parole. 2 portent des couches et ont un comportement de bébé, ils crient (de joie souvent!), courent, poussent. Ce sont de vrais tornades. Ils sont petits, j’ai conscience que ce n’est pas leur faute. Je pense plutôt bien gérer la classe mais à quel prix. Je suis déjà en train de m’épuiser…
En plus de ça mon ATSEM n’est pas très investie, elle refuse catégoriquement de prendre des petits groupes hors de la classe pour faire baisser le volume sonore pour que je puisse faire quelques présentations, elle ne leur parle pas gentiment, n’est pas douce ni bienveillante. Elle disparait de la classe sans prévenir et ne s’intéresse pas du tout aux présentations. Elle m’impose de prendre sa sacro sainte PAUSE pendant le temps scolaire et me laisse seule chaque fin de matinée (elle ne comprend pas que 30 minutes de regroupement en PS en début d’année ce n’est pas possible avec pierre paul jacques qui courent et crient autour de l’ellipse…)
Les séances de motricité en grand groupe sont un cauchemar, ils courent partout, montent partout, crient, il faudrait être au moins 3-4 adultes pour les gérer ou alors n’envoyer que de petits groupes (mais madame refuse de s’éloigner de moi avec des enfants). Je pense les supprimer tant qu’ils ne sont pas plus posés.
Mes collègues ne comprennent pas bien mon désarroi, pour eux c’est normal, c’est ca la petite section, au moins le premier trimestre. Je sais qu’il est possible de faire autrement. Je refuse de leur hurler dessus à tout bout de chant, je refuse de saisir fermement (trop!) par le bras un enfant qui court. Je ne veux pas être une PE maltraitante (je sais j’y vais un peu fort), ce n’est pas moi, ce n’est pas ma philosophie de l’éducation. J’ai une jeune fille en service civique qui vient désormais nous donner un coup de main 1h le matin mais elle ne connait pas encore bien les enfants et le fonctionnement de la classe donc c’est encore trop tôt pour en tirer de réels bénéfices, mais je la sens plus motivée et curieuse que mon ATSEM.
Après une matinée en PS, je me sens vidée, exténuée. Le midi, je ne peux plus rentrer chez moi car mon école est à 25 minutes de route, alors je range la classe, je prépare mon matériel et me repose trop peu. L’après-midi, l’équipe m’a imposé un décloisonnement auquel je participe très difficilement tant l’épuisement du matin se fait sentir. “C’est normal, c’est ça la maternelle” me disent mes collègues. Mais non, je ne suis pas débutante en maternelle, je n’ai jamais connu cet état de fatigue, cet épuisement.
Bref, je sais que je noircis beaucoup le trait, j’ai malgré tout réussi à mettre des choses en place, la classe “tourne”, les enfants aiment venir, sont souriant, me réclament beaucoup de présentations et de câlins mais moi je sens déjà que je flanche.
Bref, j’ai besoin d’en parler, j’espère trouver ici le soutien et peut-être des conseils pour faire face à ce niveau de classe qui pour l’instant s’apparente plus souvent à un des cercles des enfers que le parais pédagogique…


#2

Bonjour Dragonne,
je me retrouve un peu dans ce que tu dis. C’est la troisième année que je fonctionne avec la démarche de Celine Alvarez. Les deux premieres années, j’ai eu de PS/MS/GS avec pas plus de 7 PS à chaque fois et ça roulait tres bien. Cette année j’ai 15 PS et 10 MS et c’est la galère. J’ai pourtant deux aides à la journée qui sont super mais ca reste tres difficile (et ma classe est minuscule). Alors, j’oscille depuis quelques jours entre ateliers traditionnels et activités individuelles. j’eteins parfois les lumieres pour revenir un peu au calme, et en motricité justement j’utilise les jeux où ils peuvent courir dans la cour du genre : éparpiller des petits elements partout qu’ils doivnet aller chercher, en sens inverse jeu du déménageurs, cerceaux en libre manipulation…
Et puis si tu es fatiguée c’est que tu as besoin de repos, parle en rapidement à un medecin. Il ne faut pas oublier que ce n’est qu’un metier, passionnant certes mais rien ne mérite qu’on n’y sacrifie sa santé. Fais tout ton possible pour cela.


#3

Bonjour,
Je comprend ton épuisement, j’ai 20 PS MS GS, avec seulement 5 PS dont 2 ne tiennent pas en place. Pour le regroupement, les PS ne restent que pendant le temps d’une chanson (1 PS sur les genoux de l’ATSEM, un autre PS sur mes genoux), puis ils vont aux WC + histoire avec l’ATSEM dans le couloir. En petit groupe c’est un peu mieux, et moi je peux échanger avec les MS GS.
Ce qui peut aider à les apaiser mais que tu fais peut-être déjà: instrument de musique mélodique, chansons et comptines à tour de bras avec des gestes pour occuper les mains, rondes (j’espère que l’ATSEM accepte de prendre un groupe à côté de toi!). J’ai aussi un cheval à bascule pour répondre à leur besoin de bouger en classe. Est-il possible de mettre 2 élèves dans le couloir avec des jeux de constructions?
Je ne sais pas si ces infos seront pertinentes pour toi. Prends soin de toi et n’hésite pas à en parler à ton médecin comme l’indique chrisdusud.
Bon courage.


#4

Merci de ta réponse, ca fait du bien de se sentir comprise. Pour la motricité je vais essayer ce que tu dis, on verra bien, sinon je supprimerai un temps. Je suis déjà allée voir mon médecin 2 fois plus ma psy une fois depuis la rentrée, personne ne mesure la difficulté de notre métier, je me sens bien seule… Tout comme toi j’oscille entre ateliers traditionnels avec l’atsem ou mon service civique pendant que je gère les presentations, les regroupements sont le plus courts possible avec comptines chants jeux de doigts, des lectures très courtes, ça tourne plutôt bien mais le rythme est infernal, j’ai mal au dos, je suis tendue, bref ca va pas fort. Comment être bienveillante dans cet état?


#5

Je pense à ça aussi pour les moments de regroupement: une marionnette qui ressent des émotions, qui fait les activités de la classe, ça marche bien aussi.


#6

Peut être que tu devrais lever le pied au niveau des présentations, et te concentrer sur l’autonomie (il y a plein choses à leur proposer qui ne demande pas de présentation, juste d’imposer que cela soit rangé à sa place). J’ai des TPS PS et pour l’instant je ne leur ai présenté que les tapis, les cylindres encastrables et la tour rose, mais ils ont libre acces à la pate à modeler , aux puzzles et aux coins jeux. Et j’ai aussi garder un creneaux d’ateliers. Cependant, effectivement les débuts sont longs et difficiles entre les pleurs, les pipis, ceux qui tapent etc… Ne te mets surtout pas la pression avec les apprentissages scolaires. Plein courage


#7

Et aussi je trouve que l’ellipse est prématurée pour cette tranche d’âge, j’ai gardé des bancs


#8

Je oense egalement que ces tensions viennent de ton rapport avec ton ATSEM. Travailler dans une ambiance deletere c’est tres difficile. Si tu peux, il faut lui parler, expliquer , lui dire que tu n’as pas un super pouvoir , lui expliquer pouruqoi tu choisis cette demarche… et l’ecouter aussi. Courage !


#9

Bonjour
Comme je te comprends ! Personnellement cela fait 2ans que je me suis lancée dans l’aventure et ça se passait relativement bien. En tout cas j’étais sereine et mes élèves aussi. Cette année c’est très compliqué : pas à cause des PS mais à cause du nombre (30 PS MS)
Je prévois systématiquement un atelier libre d’ arts plastiques avec l’atsem et une table “dessins” avec modèle ou avec craies grasses. Je varie … Cela fait moins d’électrons libres mais cela reste encore très compliqué
Bon courage.Prends soin de toi !


#10

Bonjour Dragonne63,

Je n’ai malheureusement pas toutes les réponses à tes questions…
Mais voilà quelques pistes…

Quand j’étais en TPS-PS (à l’époque en traditionnel), la seule activité qui soutenait vraiment leur attention dans un calme impressionnant était le sable.
Depuis, je laisse toujours un espace sable en début d’année pour deux enfants. La pâte à modeler fonctionne assez bien aussi pour un enfant. Les encastrements et puzzles (jusque 30 pièces) sont incontournables. La planche à verrous et les labyrinthes magnétiques ne demandent aucune présentation et sont toujours sortis… Cela ne fait même pas 10 enfants d’occupés, mais c’est déjà ceux-là qui ne te dérangeront pas !
Je reconnais qu’en début d’année je laisse les coins jeux : cuisine, garage, poupées, construction… C’est certes un peu bruyant mais je préfère des enfants qui jouent que des enfants qui dérangent leurs camarades, petit à petit les coins les plus bruyants disparaissent et j’aide les élèves à se diriger vers les activités présentées.

En ce qui concerne ton ATSEM, selon les textes, elle n’a, en effet, pas le droit de garder un groupe seule dans une autre pièce. Mais elle peut, peut-être, lire un album à un groupe d’élèves dans le coin bibliothèque, les plus jeunes en sont très friands (une vraie lecture plaisir : les petits choisissent le livre).

Bon courage,
Prends soin de toi.


#11

Pour le sable et si tu as peur qu’ils en mettent à la bouche, éventuellement remplacer par de la semoule (c’est ce que j’ai fait pour mes versés). Et changer régulièrement pour des raisons d’hygiène.

Concernant l’atsem, il me semble avoir entendu (en cherchant vite fait par ailleurs ça n’a pas l’air très clair) qu’elle peut prendre un groupe hors de la classe, si tu as une vue directe sur le groupe. Par exemple chez
nous : elle prend un groupe devant la classe, nous les voyons à travers les fenêtres (et ça fait beaucoup de bien d’avoir un quart de classe en moins). Parfois ils vont dans la pièce adjacente, porte ouverte. A confirmer avec ton directeur ou ta directrice éventuellement. Et les règles spécifiques des atsems pour ta commune.


#12

Bonjour à tous,

Cela fait du bien de ne pas se sentir seule… Le début d’anée fut vraiment un vrai calvaire pour moi également. J’ai 28 PS et effectivement c’est pour moi vraiment un “non sens” de faire une classe de PS pure.
J’ai fini la première semaine en pleurs et j’étais vraiment à deux doigts de tout lâcher. J’ai réussi à reprendre pieds en me disant que c’était normal qu’un début d’année en PS soit si difficile…Depuis ça va mieux mais tout de même c’est compliqué d’apprendre l’autonomie à 28 enfants dont certains enfants qui ne parlent pas (enfin qui ne sont pas compréhensibles), qui ont des couches et qui arrivent à l’école en poussette.
Je venais donc sur le forum pour savoir si certains, certaines avaient déjà eu un tel cas de figure: 5/6 enfants qui ne parlent pas et n’ont jamais vécu en société…qui ne savent pas mettre des chaussures, ni boire dans un gobelet.
Bref dois-je me rassurer en me disant que le langage va “se débloquer” au cours de l’année?
Comment les aider au maximum à réduire le gouffre linguistique qui les sépare d’autres enfants de leur âge?
L’acquisition de l’autonomie m’inquiète moins car je trouve qu’ils ont déjà beaucoup évolué durant ces 4 semaines même s’ils ne peuvent pas encore se concentrer sur une activité, sortent tout, ne rangent pas encore…Ils arrivent maintenant à rester vers les autres enfants lors du regroupement…c’est déjà bien!

Je suis preneuse de tous les conseils et vous remercie d’avance!


#13

J’ai un PS qui en début d’année renversait tout le travail des autres, en plus du sien, ainsi que les boites de petits éléments (perles, picots…). Et bien on a rangé à chaque fois avec lui (avec quelques sueurs en espérant que le reste de la classe ne dégénère pas pendant ce temps). J’ai vu qu’il était très intéressé par les voitures, j’ai donc sorti uniquement pour lui un garage après avoir déroulé un tapis. J’ai prévenu les autres que ce jeu n’était que pour cet enfant le temps qu’il comprenne les autres règles de la classe (d’ailleurs il hurlait à chaque fois qu’un enfant s’en approchait, je réexpliquais donc la règle unique pour cet enfant). Il a pu jouer tranquillement seul, et moi j’ai pu travailler avec les autres élèves. Je crois que cet enfant avait besoin de repère: un jeu qu’il connait et une bulle d’espace, le tapis. J’ai pu ensuite lui présenter des activités de vie pratique. Et cette semaine je l’ai vu ouvrir/fermer des flacons avec un énorme sourire de bonheur! Ouf , une victoire qui fait du bien!
Bon je n’ai pas que des PS, c’est donc plus facilement gérable…Quand j’avais des TPS PS, j’avais très souvent des stagiaires, ça aide aussi.


#14

Bonjour,
Moi aussi pour la première fois je n’ai qu’une classe de PS mais avec l’avantage d’un effectif réduit…
J’ai mis à disposition beaucoup d’activités complémentaires, ne nécessitant aucune consigne :

  • pâte à modeler
  • dessin libre
  • puzzle encastrement
  • tirelire avec jetons
  • constructions : kapla, duplo…
  • perforatrices
  • grosses perles
  • semoule

    J’ai volontairement laissé le coin cuisine et un garage dans lesquels j’ai trié le materiel et mis seulement 3 voitures par exemple pour limiter le nombre d’enfants.
    Les premières semaines, je n’ai fait que réguler individuellement, présenter l’attitude à avoir en classe : ranger ce que j’ai sorti, deplacer une chaise, ne pas courir, crier… et aucun regroupement. Mon ATSEM faisait comme moi.
    Si je prenais un livre, quand je chantais, venaient les enfants qui le souhaitaient.
    Très vite, les attitudes se sont mises en place.

#15

Moi c est ma première année avec la méthode montessori et avec les PS c’est la même chose ;cris,crises sur les jouets,bagarre…bref même l Atsem trouve ça insupportable et c’est difficile de travailler avec les moyens et les grands !poir ce que vous proposer de leur laisser le coin cuisine garage …j’ai un problème après avec les moyens et les grands qui veulent jouer aussi !?est ce que ça va changer avec le temps ?!


#16

Bonjour!
l’aménagement de la classe est très important aussi: privilégier les tables individuelles pour que chaque enfant puisse se centrer sur son travail; nous répétons souvent la règle en ce début d’année: 1 enfant, 1 atelier!!
C’est sûr que l’organisation multi âge aide aussi énormément…
Bon courage à tous ceux qui se lancent: ça vaut vraiment le coup même si tout n’est pas tout rose dès le début.
2° année de pratique et pour rien au monde je ne reviendrai en arrière!!


#17

Bonjour,
je viens donner quelques nouvelles…
Tout d’abord, je tenais à vous remercier pour vos réponses, conseils, éclairages…
Je ne pense pas avoir de souci de gestion de classe et je mets d’ores et déjà en application de nombreuses choses conseillées, beaucoup d’activités sans consigne, priorité à l’autonomie plutôt que la course aux présentations (ils ne sont qu’en PS, je sais que nous avons le temps), des chants, des comptines…
Bref, mon médecin traitant m’a arrêtée pour 3 semaines ce qui permet de prendre du recul sur la situation et je m’aperçois que mes difficultés sont plus à chercher du côté de mon état de santé qui fait que “supporter” une classe de PS pur, c’est presque impossible, l’intensité physique est trop grande pour moi en ce début d’année surtout avec 5-6 loulous qui courent partout, crient, tapent (mais d’où sortent-ils???). La “mésentente” avec mon ATSEM a sa part aussi, nos échanges restent cependant tout à fait courtois, mais voilà nous ne partageons pas les mêmes valeurs et selon mes collègues, il n’y a aucune chance pour que nous les partagions un jour…
Bref c’est difficile à vivre pour moi qui suis une idéaliste, il y a la “méthode des lois naturelles de l’enfant” et puis il y a “le terrain”, la vraie vie, les gens qui ne veulent pas bosser comme toi, qui refusent de te laisser un niveau multiple, qui pensent que tu es une illuminée doublée d’une emmerdeuse.
Mais je m’égare!
Je me repose, et je reviendrai zen après les vacances pour de nouvelles aventures!


#18

Je ne lis ton message et leurs réponses qu’aujourd’hui. Juste un conseil que je ne semble pas avoir lu: chante ! Lorsque j’avais des petits purs et que je ne travaillais pas selon les lois naturelles de l’enfant, je chantais pour demander le calme avant un déplacement (chut, plus de bruit c’est la ronde de nuit… En diligence, faisons silence, marchons sans bruit…) je chantais pour le calme avant l’histoire (pour bien écouter, l’histoire racontée, il faut ouvrir toutes grandes ses oreilles…) et j’ai beaucoup lu les conseils d’Isabelle léger sur le site ecole petite section. La marionnette m’a sorti de situations difficiles…
Bon courage pour ta reprise, prends soin de toi, comme si tu entammais une épreuve sportive (bien dormir, faire une activité physique pour décompresser après la classe ou le mercredi)…
Pour moi ca marche. Si je rompt ce rythme je me rends compte que j’ai p’us de mal en classe…