Quand les lettres rugueuses ne marchent pas


#1

Bonjour tout le monde.

Je suis un peu désesperée avec un enfant de MS. Nous avons commencé les lettres rugueuses en début d’année scolaire car il maitrisait bien l’analyse de sons.

On est à la fin de l’année et il n’a pas encore intégré les premières lettres c, a, m.

On a fait toutes les alternatives que j’avais en tête : tracer dans le sable, tracer sur l’ardoise, les faire avec les copains, avec le crayon… mais il ne retient pas.

C’est un enfant souvent fatigué, qui a du mal à se confronter à l’effort et à maintenir l’attention. Il parle une autre langue à la maison (aussi latine) mais il a une assez bonne maitrise du français à l’oral.

Avez-vous déjà été confronté à ce type de difficulté? Des conseils et alternatives?
Merci d’avance.
P.


#2

Bonjour,

Je me rappelle que lorsque j’ai démarré en année 0 @Celine m’avait conseillé de directement faire encoder les enfants plus grands, car pour certains il était “trop tard” pour retenir les sons en présentation en 3 temps. C’est ce que je fais avec certains MS (le confinement l’année dernière ne m’a pas permis de leur apprendre les sons). Et ça marche bien. On commence avec des mots très simples en accentuant bien chaque son "qu’est-ce-que tu entends au début de mmmmmur et après le mm, muuuuuuur et à la fin ? murrrrr et on donne les lettres (par exemple les lettres aimantées pour tableau) à l’enfant s’il dit le son qu’il entend. Et à force de s’entraîner avec moi ou des camarades, il retiennent les sons. J’ai aussi investi dans un tableau sonore de chez easytis, j’ai mis toutes les lettres de l’alphabet, et je me suis enregistrée en disant par exemple A comme au début de AAAAAAlice (en utilisant les prénoms de la classe), les enfants adorent et s’entraînent en autonomie.
En parallèle il faut aussi qu’il apprenne à persévérer (le libre choix avec la contrainte de terminer l’activité choisie aide pour cela, bien sûr il faut être derrière et accompagner quand c’est difficile au début) et peut être discuter sommeil/rythme avec les parents.


#3

Ce qui marche très bien, c’est d’associer chaque lettre à une gestuelle comme avec les gestes de Borel-Maisonny. Ça donne un point d’appui pour mémoriser les lettres. On peut aussi donner un mot référent associé au son qui rappelle un peu la forme de la lettre.
Il y a aussi les alphas qui aident bien les enfants à mémoriser le son des lettres.
L’idée c’est en fait de donner une astuce mnémotechnique, visuelle, gestuelle, ou une petite histoire associée…


#4

Je rencontre aussi parfois ce genre de difficultés avec des enfants qui arrivent très difficilement à mémoriser, et pour qui l’apprentissage des sons des lettres sera beaucoup plus long que pour d’autres enfants. Souvent, ils peinent aussi à mémoriser d’autres choses (nom des couleurs, des nombres…). J’utilise la gestuelle Borel-Maisonny qui aide beaucoup, mais il faut pouvoir s’en passer à un moment. J’utilise aussi des mots de référence qui commencent par le son recherché. Cela fonctionne assez bien (j’entends dire “o et u, ah oui, c’est comme “ours”, donc c’est “ou””). Un petit pense-bête individuel ou affiché, mais toujours à porté de main, peut-être utile, pour répéter très souvent les même choses (j’utilise ça surtout pour les CP en grande difficulté).
Par conséquent, l’idée du tableau sonore de chez easytis me séduit beaucoup. Merci pour ce conseil, car je crois que je vais m’empresser de l’acheter pour ma classe!


#5

Peut être lui laisser le temps…tout simplement.


#6

J’utilise les alphas et la forme des figurines permet de retenir la lettre en script. Ma progression est : alpha, passage au script (encodage avec les lettres mobiles) et ensuite cursive (bcp plus facile de passer du script au cursif). Les lettres capitales sont retenus pour le prénom et survolés pour les autres lettres.