Son et composition en script ?


#1

Bonjour ,

J’ai une classe de PS,MS,GS,CP. Je me suis lancée depuis la rentrée dans l’autonomie à 100% et classe nature une à deux fois par semaine. Je suis en train de regarder les vidéos “d’une année pour tout changer” ( merci pour tout ça!). Mais je n’arrive toujours pas à être au clair concernant l’apprentissage de la lecture, et plus précisément concernant la “police” des lettres. Céline propose de ne plus partir des lettres cursives mais des capitales. Effectivement, je n’étais pas très à l’aise avec la cursive l’année dernière. Mais voilà, dans les livres de la classe et de façon plus globale, ce n’est pas les lettres capitales que nous rencontrons le plus souvent mais celles en script. La lettre A est très différente par exemple : “A” et “a”(c’est d’ailleurs celle qui me pose le plus de soucis), idem pour le “G” ou le “g” ou encore le “R” et le “r”. Voici donc ma question: pourquoi ne pas proposer tout de suite une entrée dans la lecture en script? Ainsi les enfants pourront rapidement avoir accès aux albums de la classe et aux jeux sur les paquets de céréales le matin! J’ai l’impression que l’on ajoute une tâche en plus. Effectivement ils apprennent à écrire en capital leur prénom, mais très vite nous passons à la cursive. Je pense donc que l’on peut dissocier les choses en leur expliquant simplement.
Je passe sans doute à côté de quelque chose dans ma réflexion, je suis un peu perdue et je sens une réelle importance dans ce choix pédagogique… j’ai hâte de lire vos retours! Merci par avance!
Belle journée à tous

Charlotte


#2

Bonjour,
Je me pose régulièrement les mêmes questions que toi et j’ai opté à ce jour pour un démarrage dès le début de l’année de l’écriture cursive et du son des lettres. Je les leur montre en même temps dans les 3 écritures pour le son des lettres et je leur fait remarquer les différences. On fait parfois des petits jeux où je commence à écrire une lettre au tableau et c’est à eux de la trouver avant que je finisse d’écrire. Ensuite, un enfant vient écrire la même lettre dans une autre écriture puis un 2ème enfant dans la l’écriture manquante. cela les intéresse beaucoup et très vite ils retiennent les lettres. Pour les objets à associer avec des étiquettes, je mets en cursive et en capitale ou en cursive et en script ou capitale et script. Ils sont donc habitués à croiser toutes les écritures assez régulièrement. Ils viennent aussi demander lorsqu’ils ne reconnaissent pas une lettre. J’ai des MS/GS et je les garde 2 ans. Je travaille en individuel ou petits groupes l’écriture en capitales pour ceux qui n’y arrivent pas encore en fin de PS en parallèle de la cursive.


#3

Je pense que cela dépend de l’âge des enfants. Comme il s’agit de ta 1ere année de changement, les capitales peuvent être plus simples pour les élèves de PS et MS, on en voit partout autour de nous sur les affichages, les publicités etc c’est aussi celles qui peuvent être montrées à la maison. Pour les GS les lettres rugueuses en cursive permettent d’éviter les confusions p,d,b,q pour les débuts en lecture (on trouve de nombreux livres adaptés maintenant en cursive), les enfants passent ensuite facilement aux lettres scriptes. J’ai 2 élèves de GS qui préfèrent les capitales pour l’instant, même s’ils sont capables d’associer avec les lettres scriptes, ça les rassure, et ils lisent donc les livres de @Celine. Je pense qu’ils basculeront très facilement vers la lecture en script quand ils seront plus à l’aise, comme l’a déjà fait une autre camarade de classe.


#4

Ci-dessous, un extrait du livret d’accompagnement de la boite de lettres magnétiques en capitales. En espérant que cela vous aide dans votre réflexion.

En résumé :

  1. Pour les petits de maternelle de 3 ans, passer par la capitale d’imprimerie pour apprendre les sons est plus facile (graphie familière, qui attire leur oeil, et pas de confusion entre p/q et b/d).

  2. Lorsque la plupart des sons sont acquis, vers 4 ans, ils veulent écrire des mots à la main : nous leur proposons alors de tracer les lettres cursives pour apprendre la graphie manuscrite.

  3. En parallèle, ils commencent à lire spontanément dans la graphie qu’ils connaissent, la capitale d’imprimerie. Dès lors qu’ils ont automatisé la lecture dans cette graphie (en s’aidant notamment de la collection de contes à lire seul éditée aux Arènes), ils passent naturellement à la minuscule d’imprimerie (d’autant plus qu’ils ont tracé les lettres cursives en parallèle qui représentent finalement les minuscules d’imprimerie écrite rapidement à la mains et liées). Pour le passage en minuscule, nous utilisions les livres Sami et Julie édités chez Hachette.


#5

Salut, je trouve ça intéressent merci pour le partage