Vers la fin des classes à niveau multiple ou double niveau en maternelle ?


#1

Je lance mon message afin de sonder tous ceux et celles qui sont confrontés à la nouvelle règle de composition des classes qui nous est avancée pour la rentrée 2020 : les fameuses classes de Grande section à 24 élèves.

Sur ma circonscription, notre inspectrice entend décider pour notre équipe des répartitions d’élèves, et tend à refuser notre demande de triple niveau pour deux des cinq classes de l’école qui fonctionnent ainsi depuis 2015, sous prétexte que ce n’est plus en lien avec la demande ministérielle de classes de GS à 24 élèves. En même temps elle est très critique par rapport à la pédagogie que nous appliquons en classe (sans être venue observer quoi que soit chez nous par ailleurs) où, quelle horreur… des grands peuvent être amenés à montrer leur connaissance d’un matériel en le présentant à des petits (elle déteste cela…). A bas la coopération entre enfant et vive les classes ou tous les grands restent assis sur leur petite chaise face au tableau.

Bref est-ce un abus de pouvoir de sa part ? Auquel cas, je cherche quel texte lui avancer pour faire valoir notre liberté de choix pédagogique, et notre liberté à composer seules nos niveaux de classes (toutes les collègues sont d’accord pour que nous gardions le triple niveau, cela ne les dérange pas)…

Ou bien, est-ce inutile de se “défendre”, en est-il ainsi pour toutes les écoles maternelles de France à la rentrée ? Je n’arrive pas à trouver d’écrit officiel, stipulant que désormais la classe à niveau “unique” GS doit s’appliquer dans toute la France (d’ailleurs le niveau simple ne sera sûrement pas toujours possible au regard des effectifs d’école).

Moi j’ai compris de ce que dit le texte sur le site de l’éducation nationale : s’il y a des grandes sections pures elles seront à 24, sinon les classes où il y aura des GS ne devront pas dépasser les 24…

Et vous, qu’avez-vous compris ? Devons nous nous défendre ou est ce peine perdue ?
Comment voyez vous les choses ?


#2

Bonjour, dans notre circo, l’ien a proposé des classes double niveau pour les ps pour favoriser l’apprentissage des gestes barrières à la rentrée … je ne sais pas s’il existe un texte par rapport aux GS…


#3

Chez nous (Ain), on nous a incités à mélanger les niveaux en maternelle pour que les élèves avancent plus vite, pour rattraper le retard!!!..et, bien que j’aie très envie de le faire depuis toujours, on ne va pas le faire parce que ce serait travailler ensemble , les deux classes de maternelle en même temps…et pas terrible si la COVID revient…en ce moment, le protocole dit qu’il ne faut pas mélanger les élèves!!!

Hélène


#4

Chez moi (Nice) c’est exactement l’inverse qu’il se passe: les classes à 24 étant absolument impossibles à mettre en place puisque le nombre d’élèves est trop important, ils font des classes PS-GS pour profiter du temps de sieste des petites sections pour travailler avec peu d’élèves en grande section, et cela dans des écoles où ils avaient toujours travaillé en simple niveau.


#5

Merci pour vos retours.

Pour finir la petite histoire, nous avons eu droit à un rdv avec notre IEN et cela a été ubuesque… Nous avons vécu une vraie remontée de bretelles quant au danger que nous faisions courir à nos élèves en proposant des classes à niveau multiple « les neurosciences l’attestent ! » selon ses dires !!! Là, je me suis permise de lui demander ses sources, car cela m’intéressait franchement, vu qu’avec mes collègues, nous lisons bcp sur le sujet (ouh le flagrant délit de gros mensonge… ) ce qui ne lui a pas du tout plu, elle a été vexée par ma remarque et m’a répondu qu’elle n’avait pas à me donner ses sources (et là je rigole…).

Puis elle s’est appuyée sur les résultats des évaluations de rentrée au CP pour relever le fait que nos élèves avaient des résultats trop faibles à son avis (pourtant ils sont dans la moyenne nationale…) sur la résolution de problèmes et la reconnaissance des lettres de l’alphabet et de leur nom. Nous lui avons dit que nous avions pris en compte ces résultats pour travailler ces deux points cette année (aucun rapport avec le triple niveau…)
Elle était en position d’attaque dès le début du rdv…

Nos élèves ont depuis ces dernières années un niveau sans comparaison avec le passé (nombreux sont ceux qui arrivent lecteurs au Cp, et avec un très bon niveau en maths et culture générale… et surtout curieux et heureux d’apprendre.) Bref, quelle injustice pour nous, nous sommes choquées et attristées de tout cela.
Mais nous ne nous laissons pas impressionner et gardons la foi dans nos convictions, nous avons le soutien entier des familles, leurs paroles en cette fin d’année nous le confirment toujours aussi chaleureuses, et il n’y a que ça qui compte, avec l’épanouissement des élèves…

Pour finir, notre IEN était venue accompagnée de l’Inspectrice responsable de la mission Maternelle de notre département, qui elle aussi a réitéré (mais bien plus gentiment, merci à elle) son souhait de ne pas nous voir reprendre le triple niveau. Elle nous a imposé le choix : 2 classes de 22 PS/ 7MS , 2 classes de Ms/Gs à peu près équilibrées et une Gs à 25. Super pour les collègues qui prennent les 22 Ps avec 7 Ms…
Si ce n’est pas de l’autoritarisme ça !!!
Que reste-t-il de notre liberté pédagogique ?

Accrochez-vous bien : enfin, la responsable de la mission maternelle nous a fait comprendre qu’il ne fallait pas qu’on se différencie des autres maternelles de notre circonscription, (le triple niveau nous mettait trop en valeur sûrement ?) et qu’il fallait garder des cohortes de travail par niveau d’âges à certains
moments (langage, sport…) et faire du décloisonnement tout le reste du temps pour que tout le monde profite du triple niveau (en douce) dans l’école… Bonjour l’organisation avec nos 5 classes, et surtout avec certainement un protocole sanitaire à la rentrée qui nous empêchera de le faire !!!

Bon, les vacances arrivent au bon moment pour nous éviter la crise de nerfs… et dire que notre IEN nous a tous envoyé un mail pour nous souhaiter de bonnes vacances et nous dire de mettre « stress et soucis en congés et prendre du recul ». Si ce n’est pas se moquer de nous… la source du stress c’est qui ??

Vous voyez, l’éducation nationale est encore loin d’être tirée d’affaire côté bienveillance, il y a encore à certains endroits d’énormes progrès à faire…

Pour vous citer chère @Celine , cette jolie phrase que vous nous aviez offerte en conclusion de votre première conférence à laquelle j’avais assisté en août 2015, « ils ont voulu nous enterrer, mais ils ne savaient pas que nous étions des graines »… cette phrase fait tellement écho en moi en ce moment !
Notre petit arbre a déjà commencé à bien grandir et rien ne l’empêchera de poursuivre sa croissance.

Je vous souhaite tous un très bel été !