Enfants lecteurs et habitués à l'autonomie : qu'en pensent les collègues de CP ?


#1

Bonjour à tous,

J’aimerais avoir des retours de tous ceux qui ont déjà envoyé en CP une génération de GS qui avait travaillé à 100 % en autonomie, alors que les collègues de CP ne travaillaient pas cette façon.
Comment en avez-vous parlé aux collègues, et comment ont-ils pris la chose ?
En particulier, ont-ils été déstabilisés par l’hétérogénéité ? Ont-ils été contents ou déçus que les enfants sachent déjà lire ? Ont-ils saisi l’occasion pour transformer eux aussi leurs pratiques, ou bien sont-ils restés sur leur position ? Dans ce dernier cas, comment cela s’est-il passé pour les enfants ?
Et pour finir, comment cela a-t-il été vécu du côté des familles ?

Je suis impatiente de lire vos temoignages. :slightly_smiling_face:


Votre expérience sur le passage en CP
#2

Je me pose un peu la même question pour mes MS…Je vais envoyer à ma collègue de GS/CP un groupe très hétérogène (par exemple pour la lecture: 2 enfants lisent de petites phrases, 1 qui déchiffre des mots simples, 2 ou 3 autres qui devraient commencer à déchiffrer avant la fin de l’année, 3 enfants peu concernés par l’écrit pour le moment et un enfant disphasique qui s’intéresse à l’écrit…), d’enfants habitués à choisir leurs activités, à se déplacer librement.
Ma collègue se tâte depuis plusieurs mois pour changer de fonctionnement mais là du coup, elle est un peu sous pression pour la rentrée prochaine.Ca m’ennuie :jje voudrais qu’elle saute le pas, par conviction, pas par la contrainte. Et puis, est ce que cette façon de fonctionner peut lui convenir: c’est très différent de son mode de fonctionnement actuel, elle est peu sure d’elle, se met beaucoup de pression…


#3

Mêmes doutes ici pour nos élèves de MS. L’année prochaine on en envoie une partie dans une GS/CP/CE1, une autre dans une GS/ CP et la dernière partie on les garde (en fonction des communes d’origine)…
Quand je vois le niveau de mes MS… ils ont quasi le niveau CP début d’année et ne sont qu’en MS… j’ai peur que mes collègues les fassent sauter non pas une classe mais deux…alors que je me dis que ce serait l’occasion pour elles de remettre en cause la pédagogie traditionnelle et d’évoluer tout doucement vers une autre pedagogie. On va les rencontrer en discuter, alors si je pouvais avoir des retours pour les aider et les rassurer ce serait cool.


#4

C’est un peu différent mais l’an dernier j’avais un groupe de CP dans ma classe de CP CE1 très “en avance” (2 savaient lire parfaitement et excellaient dans tous les domaines, et les autres étaient tous des très bons voire excellents élèves aussi, motivés, autonomes etc), tout en ayant été dans des classes traditionnelles avant: étant au début de mon changement de fonctionnement, je leur ai fait faire le programme “normal” malgré tout mais additionné de bcp d’autres choses: ateliers autonomes et divers projets/lapbooks etc, que je ne faisais pas les autres années.


#5

J ai 14 grands et je fonctionne depuis les vacances de la Toussaint en activités autonomes. Ma collegue a 19 grands et fonctionne de façon traditionnelle. Etant ancienne maitresse de CP, elle est très exigente et travaille pratiquement uniquement sur fiches. On s’entend tres bien, et je comprends qu’elle ne soit pas prête à se lancer. Cependant, j appréhende beaucoup le passage en CP de mes grands, la comparaison de mes élèves avec ceux de ma collègue. J’ocille entre de fermes convictions, la confiance et une grande peur de les mettre en difficulté. Auront ils acquis les compétences nécessaires, arriveront ils à s’adapter, à rester assis sur une chaise à une table?
L inspectrice m’a reproché à ma dernière inspection le fait que mes grands ne restaient pas assez longtemps à leur table. ( 20 minutes).
C’est parfois difficile de garder le cap.


#6

Je suis dans la même configuration que toi : 9 GS, 15 MS, les autres GS dans une classe trad’ mais avec une maîtresse ouverte à mes propos même s’il n’est pas question (encore) de changement pour elle.

Aîe, je ne savais pas qu’il y avait un temps minimum de station assise à respecter en GS…
Pffff !
Moi ce que j’en dis c’est que tes élèves (assis, debouts ou couchés) seront capables de se concentrer sur une tâche bien plus de 20 minutes, qu’ils sauront demander de l’aide si besoin et seront très ouverts d’esprit.
Pour les compétences, je ne sais pas où tu en es, mais je me souviens avoir lu ou vu que Céline avait “poussé” un peu certains apprentissages pour les GS qu’elle n’avait eu qu’une année.
Cela concernait des compétences de bases qui n’étaient pas acquises (nommer et reconnaître des formes, les couleurs, par exemple) et avait été vu et revu en grand groupe.
Quand je les vois demandeurs et sûrs d’eux, je me dis que c’est prometteur pour la suite.
J’espère t’avoir rassurée un peu.
Bon courage à toi.
P.


#7

Je me pose les mêmes questions. Je vais voir régulièrement dans la classe de ma collègue entre midi et 2 et je stresse un peu quand il y a des choses que je ne fais pas dans ma classe. Et puis je retrouve mes élèves et quand je les vois faire, d’un coup ça me rassure ! Quand je vois la concentration dont ils font preuve pour construire un pot en papier, une farandole ou écrire la suite des nombres, je me dis que ça ira.
J’ai prévu d’aller voir la maîtresse de CP pour lui en parler, notamment pour lui expliquer leur rapport à l’autonomie. Ils se lèvent pour aller chercher le matériel dont ils ont besoin, vont bien sûr aux toilettes quand ils ont besoin, mais tout cela, je pense qu’il suffit que l’enseignante le sache pour que ce ne soit pas un problème. A elle de préciser les règles de sa classe, je l’encouragerai seulement à ne pas multiplier les règles inutiles…
De toutes façons, même en tradi les enseignants n’ont pas tous les mêmes demandes, exigences, tolérances.
J’espère seulement qu’ils ne seront pas trop déçus du passage au CP, car si on leur demande de faire tous la même chose en même temps sans bouger de leur place, ça va être dur ! Mais pour le coup les élèves de ma collègues seront logés à la même enseigne… et de toute façons ça n’existe plus, ça ?! :disappointed_relieved::rage:


#8

Moi j’ai commencé avec mes GS l’an dernier et je peux voir ce qu’ils sont devenus en CP puisqu’ils sont dans la classe à côté. Je te rassure, ils vont très bien. L’autonomie acquise leur a permis de s’adapter facilement au matériel individuel qu’ils doivent gérer en CP. Quant aux apprentissages, ils se passent largement aussi bien, voire mieux que pour les groupes des années précédentes.
D’autre part, ta collègue et ton inspectrice devraient peut-être relire les nouveaux programmes maternelle, qui sont vraiment dans l’esprit de notre travail, puisqu’ils préconisent beaucoup de manipulation et très peu de fiches!


#9

C’est rassurant @domi de te lire! J’ai aussi 11 grands, ils retrouveront dans la classe unique de CP les grands de ma collègue, et moi je panique des fois en voyant le travail des élèves d’à côté! En plus moi j’ai un sacré problème, c’est que mes grands ne font vraiment pas grand chose si je leur indique (impose parfois…) pas une activité!


#10

je vais garder tous vos commentaires dans un petit coin de mon esprit pour les jours de découragement. Merci.


#11

Bonjour,

Nos trois classes fonctionnent en ateliers autonomes depuis septembre 16, les résultats sont supers, nous sommes ravies de notre nouvelle manière de fonctionner. Les enfants progressent la plupart à une vitesse extraordinaire, ceux qui avaient des difficultés arrivent à progresser plus lentement mais avec de très bonnes bases.

La fin d’année approche et les craintes de nos collègues de GS ainsi que celles de certains parents aussi. Certains ont carrément deux ans d’avance et ont un meilleurs niveaux que leurs Cp voir Ce1…comme tous les enfants ont bénéficié de cette démarche, on ne peut pas les mélanger à d’autres classes comme les enfants de la classe de Céline.

Comment rassurer les parents ? Nos collègues ? Indirectement on les oblige à se poser des questions à évoluer dans leurs pratiques, alors qu’elles n’en ont peut être pas envie…


#12

Nous sommes une école maternelle à 2 classes multi niveaux depuis septembre 2016.
Ma collègue a un fonctionnement mixte ; des ateliers en autonomie mais aussi des groupes de couleurs qui tournent dans des ateliers dirigés.
L’après-midi je fais des sciences un jour avec des moyens, le lendemain avec des grands tandis que ma collègue se charge du graphisme et de l’écriture.
Mes élèves se sont adaptés sans problème à son fonctionnement en groupes de couleurs qui tournent, sont tout à fait capables de rester le temps de l’atelier à leur place et le résultat de leur travail est très appliqué, très soigné…
Si l’instit de CP ne leur demande pas de rester au garde à vous pendant 6 heures, tout se passera bien.
Et comme le signale Domi, on peut se demander où il est inscrit dans les programmes de maternelle que nous devons préparer les enfants aux fiches, à l’immobilité et à la marche au pas !


#13

Oui mais le problème vient bien de là: les collègues ne veulent pas que les enfants se déplacent… Elles veulent qu’ils rentrent dans les “clous”. Le fait que les futurs GS aient un meilleur niveau les gênent, les différences de niveaux entre les enfants sont énormes car chacun progresse à leur rythme. C’est une richesse pour nous mais un gros souci pour elles.

On est perdue, on a besoin d’aide pour préparer la transition, pas de soutien de notre IEN car pour elle “boulonner et déboulonner” ça ne sert à rien. On lui a demandé de venir dans nos classes mais jamais eu de retour. On va rencontrer nos collègues mais que leur dire?

Est-ce que CARDIE peut nous aider? Qui interpeller? Qui peut nous aider à faire la transition? @Celine @Anna


#14

Chère Linchka,

Lorsque les enfants sont sortis de la classe maternelle de Gennevilliers pour aller “à la grande école”, au CP, nous avons projeté comme vous les difficultés qu’ils pourraient rencontrer, d’autant plus que l’accueil en CP devait avoir lieu avec des enseignantes plutôt fortement défavorables à la démarche pour toutes les raisons que vous décrivez. Néanmoins, nos projections se sont avérées complètement fausses. La transition s’est bien passée.

Les enfants se sont très bien adaptés aux demandes scolaires qui leur ont été faites. Ils savaient “rester en place” sans aucun souci. D’après leurs parents, la seule difficulté qui a subsisté pour la plupart fut l’inconfort suscité par la possibilité très restreinte d’aider spontanément leurs camarades. En effet, les enfants avaient pris l’habitude de travailler continuellement ensemble, et certains ont apparemment beaucoup souffert de cette nouvelle manière de procéder qui les “coupait” (le temps de la classe) de leurs amitiés.

Mais, la bonne nouvelle, c’est que les forces de la nature sont vives, et puisque le lien social est si fondamental pour le bon développement de l’intelligence humaine, les enfants ont eu beaucoup de mal à fonctionner autrement. Par la force des choses, et avec le temps, ce sont les enseignants qui ont progressivement adapté leur fonctionnement en permettant aux enfants de s’entraider davantage.[quote=“Linchka, post:11, topic:3565”]
Comment rassurer les parents ? Nos collègues ?
[/quote]

En commençant par vous rassurer vous-même et en acceptant que votre démarche “est en cours”, c’est à dire qu’elle n’est pas aboutie et que les discussions avec vos collègues vont clairement l’enrichir. En effet, s’il y a des ajustements à faire (et il y en aura !) qui vous sont renvoyés par vos collègues de CP les premières semaines à la rentrée 2017, formidable, vous aurez la possibilité de préciser encore votre fonctionnement pour bien préparer les prochains Grands au passage en CP.

Si vos collègues (et les parents) vous sentent sereine, confiante, et en posture d’ouverture et de collaboration avec cette transition (et que vous ne cherchez pas à les convaincre que votre fonctionnement est plus adapté que le leur…), elle devrait se passer pour le mieux. :pray: Je sais à quel point il est difficile de conserver cette posture lorsque le climat est plutôt hostile, mais je ne crois pas qu’il existe une solution plus efficace, apaisante et constructive. Courage ! Je suis certaine qu’au final, tout va bien se passer.

Pour votre sérénité, rappelez-vous par ailleurs que la démarche que vous semblez déployer est totalement soutenue et vivement encouragée par les nouveaux programmes de la maternelle, ainsi que par de nombreux inspecteurs et conseillers pédagogiques. J’étais à Rouen et Dieppe encore la semaine dernière, et les enseignants de maternelle, d’élémentaire, leur IEN, leurs conseillers pédagogiques, travaillent ensemble pour cette rentrée 2017 qui leur fera vivre leur première transition GS-CP où de très nombreux GS ont eu une ou deux années de maternelle en fonctionnement totalement autonome. Tous savent que des ajustements seront à faire, mais gardent une posture de recherche et de travail collectif.

J’espère que ma réponse saura vous rassurer et vous apaiser :deciduous_tree:

Tout mon soutien pour la suite, et ne restez pas isolée ! Je vous invite vivement à vous mettre en lien avec des collègues de maternelle qui oeuvrent près de chez vous dans le même sens.


#15

Merci beaucoup pour cette réponse rapide. Nous échangeons avec d’autres enseignantes à côté de chez nous, nous avons eu des demandes pour venir observer notre fonctionnement qui interpelle.

Mais nous sentons que notre pratique dérange les collègues des classes supérieures. Nous sommes conscientes de tout ce que ça implique pour eux, que ce n’est pas simple sachant qu’ils subissent (ce n’est pas une volonté de leur part) ce changement. Nous souhaitons échanger avec eux mais nous ne les sentons pas prêts. Notre crainte c’est qu’ils fassent sauter des classes aux enfants.

Nous aimerions tant pouvoir discuter avec notre IEN, notre conseiller pédagogique.


#16

Je ne pense pas qu’elles pourront faire sauter des classes à plusieurs enfants comme ça…

A vrai dire, je comprends tes craintes mais à ton échelle, je ne crois pas que tu puisses faire grand chose. Revenir en arrière pour que les collègues gardent leur zone de confort, mais au détriment des élèves? Non …:slight_smile:
Elles s’adapteront, même si cela prendra du temps. Une classe est TOUJOURS hétérogène, alors oui certains fonctionnements traditionnels directifs tentent de cacher ces disparités en se protégeant derrière la rigidité du cadre, mais cela ne tient pas si l’on gratte la surface.

Par contre, en effet, toutes les académies ne sont pas ouvertes de la même façon au changement. Ici, on nous tolère de loin mais les mots “alvarez” et “montessori” ne sont pas du tout bien vus. Pour se protéger, une seule réponse : montrer le lien absolu avec les programmes.

Courage, on va y arriver !


#17

Bonsoir,
On se posait la même question car dans mon école la collègue de PS a mis en place ce type de fonctionnement totalement libre depuis l’an dernier, a gardé des MS cette année et compte les garder en GS l’an prochain.
Au final comme l’a dit Céline c’est nous qui nous sommes adaptées!! (j’étais déjà partante pour ce mode de fonctionnement, ça a fini de me convaincre! et la plupart de mes collègues sont dans la mouvance, même si nous loin d’être en totale autonomie, mais en élémentaire c’est tout de même différent!)
Bref nous verrons la rentrée 2018 comment seront ces élèves, mais au vu de ce qu’on observe déjà effectivement le niveau sera très haut pour certains, et tant mieux!


#18

Je suis enseignante au CP. Même quand je fonctionnais de manière “traditionnelle”, j’ai toujours apprécié qu’il y ait quelques élèves autonomes, qui entraient facilement dans la lecture, pour m’appuyer sur eux pour servir de “tuteurs” aux élèves en difficulté ou tout simplement pour avoir du temps à consacrer aux élèves un peu lents. Les élèves n’entrent pas tous dans la lecture en même temps et le mélange lecteurs/ non lecteurs dure quelques mois tous les ans… Alors j’avoue ne pas comprendre en quoi les enseignantes de CP pourraient se plaindre. Les enfants savent qu’il y a une différence entre la maternelle et la “grande école”, ils savent que la station assise, le travail écrit sont plus conséquents. Ils ont 6 ans, ils s’adaptent plus facilement qu’à 3 ans à mon sens…


#19

bonjour à tous,
Pour avoir eu la grande chance de travailler dans une ecole expérimentale publique je sais combien les methodes qui visent l’autonomie et le libre choix des apprentissages sont efficaces et épanouissantes et ce cardre privilègié l’apprentissage de la lecture avant le sacro-saint cp n’était pas un problème puisque tous les collègues étaient partie prenante de cette aventure inovante. D’ailleur comme c’est mon premier post sur le forum, je ne resiste pas à dire un immense merci à Céline Alvarez pour tout son travail et surtout pour démocratiser ses pratiques car cela en facilite tellement la mise en oeuvre dans nos classes. Merci aussi d’aerér ses pratiques,parfois rigidifiées, par votre intelligence confiante et lègère car je crois en effet qu’on ne peut pas transmettre la confiance si nous n’avons pas confiance nous même. Je n’en rajouterai pas plus car je m’égare et que j’ai affreusement peur que l’orgueil ternisse une si belle acquité mentale.
bon donc voilà je suis maintenant dans une école classique et bien sur je m 'inquiète comme certainement plusieurs d’entre vous de ce qu’il va se passer pour les enfants qui “risquent” d’apprendre à lire car c’est là malheureusement l’apprentissage le plus visble, lorsqu’il seront sortie de ma classe, que vont en penser les collègues ? les parents ? l’inspection?
merci pour vos temoignages


#20

Bonjour,
je démarre mon année en utilisant la démarche de Céline Alvarez. J’ai de la chance : 7PS/7MS/5GS . Donc plutôt de bonnes conditions pour que cela fonctionne bien. Il y a quand même du bruit mais c’est dû au fait je pense que je patauge encore pas mal. J’avais plus de bruit lors de mes ateliers traditionnels cependant.
Nous avançons bien avec mes GS et je me demandais comment la transition s’était faite pour vos élèves et avec les enseignant.e.s du CP? Est il facile pour eux de reprendre des activités de groupe? Ont ils des problèmes pour rester assis un long moment alors qu’ils se déplacaient auparavant beaucoup? Les enseignant.e.s vous ont ils/elles fait part de difficultés particulieres ou de constatations très positives?
Merci pour les retours d’experience!