Entrée naturelle dans l'écriture


#1

Bonjour à tous,

Mes enfants sont instruis en famille. Pour mon grand j’avais utilisé en MS le coffret de Céline Alvarez avec les lettres en capitale pour le codage/ décodage puis en GS pour l’écriture : la progression proposée par Leila (boucles, étrécis, rondes etc.). Ça a beaucoup ennuyé mon fils de suivre la progression, du coup pour ma fille j’aurais souhaité rester dans l’idée d’une entrée naturelle et spontanée dans l’écriture.

Elle est en début MS, elle décode très bien le script (majuscule et minuscule). Actuellement je lui ai présenté les lettres rugueuses en cursive puis après avoir inséré cette dernière dans une pochette plastique, je lui propose de repasser dessus avec un feutre veleda. Est-ce que cela peut-être suffisant ?

Car par rapport à l’approche de Céline Alvarez, j’ai l’impression que les progressions pour l’écriture ou la méthode Dumont (aussi bien qu’elle soit) viennent en contradiction avec l’esprit originel d’une entrée naturelle dans l’écriture… qu’en pensez-vous ? Avez-vous des retours d’expériences en ce sens ?

Bien cordialement,

Amélie


#2

Repasser sur un tracé ne me parait pas une bonne idée, le risque est de juste apprendre à repasser sur un tracé, sans retenir le tracé (vu que l’enfant n’en a pas besoin). Et c’est très contraignant, l’écriture de chacun étant différente.
Mieux vaut faire tracer au doigt (lettres rugueuses, plateau de farine).
Ensuite tracer devant l’enfant (sur sa gauche ou sa droite, de sorte qu’il voit bien votre geste). Et lui demander de refaire. En formation j’avais entendu qu’il vaut mieux également effacer notre tracé : l’enfant ne pouvant reproduire exactement notre tracé, mieux vaut l’effacer pour qu’il se l’approprie. En plus cela fait travailler la mémoire. Mémoire du geste qui plus est, plutôt que de reproduire une trace (sans prendre en compte le sens, les différentes paries, etc.)

Ensuite j’aime bien la progression de Dumont. Mais pas encore testé.
Là encore, en formation Montessori, on nous avait conseillé de commencer par des lettres avec un lien affectif pour l’enfant : lettres de son prénom, du prénom d’un autre membre de la famille, etc… A tester, ça doit en effet être plus motivant :slight_smile:


#3

Pourquoi parlez-vous d’entrée naturelle dans l’écriture ? L’écriture étant une invention humaine, relativement récente à l’échelle de l’âge de l’humanité, je ne pense pas qu’on puisse attendre d’un enfant une entrée naturelle dans l’écriture.
Pour la lecture non plus d’ailleurs, c’est un recyclage neuronal, mais la lecture étant en lien directement avec le langage oral qui lui est naturel, le travail de conscience phonologique et la connaissance du son des lettres peut permettre à l’enfant d’entrer effectivement spontanément dans la lecture.
L’écriture est un geste codifié, qui nécessite un apprentissage précis, sans quoi, les mauvaises habitudes se prennent vite, sens des lettres, écriture non lisible, mais aussi mauvaise posture, mal de dos, etc.


#4

Oui c’est juste. Ceci dit l’adjectif “naturel” est souvent utilisé, déjà en pédagogie Freinet (“Méthode naturelle de lecture/mathématiques/…”), et par Céline Alvarez. Le terme peut en effet paraître trompeur. A mon avis l’idée (intéressante) qui en émane est plus que ces apprentissages se font en douceur, de manière fluidre et progressive et (relativement) facilement. Typiquement, plutôt que passer par une méthode un peu rébarbative, longue (notamment le b.a.ba).

Après ça ne reste qu’une question de choix de terme (surement perfectible). L’intérêt pour moi reste le fond, ie comment aider les enfants à apprendre à écrire et à lire en restant motivant, efficace, et plaisant pour l’apprenant.


#5

Oui on entend parler d’entrée naturelle en lecture, mais pas en écriture.


#6

En même temps, assez tôt, les enfants comprennent qu’il y a de l’écrit partout et ils ont envie de laisser une trace à leur tour. Certains graphismes spontanés sont des envies d’écriture ! donc l’élan "naturel "(même guidé par le contexte social) est existant je trouve !


#7

L’écriture a un sens pour qu’elle soit plus facile, même si on a tous sa propre écriture, je pense qu’il faut au départ montrer le tracer en douceur.
Pour ma part, j’aime bien que les enfants se lancent spontanément, sans préalable, il faut qu’ils osent écrire en cursive même si c’est difficile et pas trop lisible. Il y a le temps où ils écrivent comme ils veulent ou peuvent et le temps où on reprend le tracer pour que ça devienne plus facile et fluide. Mais chez certains enfants, le passage à l’écrit est compliqué c’est pourquoi je pense qu’il faut que ça vienne d’eux… Et là les petits mots secrets fonctionnent bien mais chaque chose en son temps :wink:


#8

Naturel dans le sens d’ “une envie spontanée d’écrire” suite par exemple à une présentation des lettres rugueuses. On propose et l’enfant dispose. Quand on présente aux enfants les lettres magnétiques par exemple, l’enfant se met à lire spontanément même en dehors des sessions de lecture (petits secret et autres) et gagne en autonomie.

D’où ma question : un enfant écrit-il “spontanément”, c’est-à-dire en dehors des sessions de présentation des lettres rugueuses, en cursive ou bien faut-il nécessairement passer par une progression (quitte à couper l’envie spontanée d’écrire ?)

@charles : c’est noté pour “laisser tracer” plutôt que recopier


#9

L’enfant va entrer spontanément dans l’écriture parce qu’il aura envie d’écrire.
Leïla a proposé une progression parce que pour elle il s’agissait de guider une classe entière. Pour un enfant en IEF, la progression n’a aucun sens. Suis l’envie de ton enfant.
A-t-il envie d’envoyer une carte à Papi et Mamie ? A-t-il besoin de laisser une note pour quelqu’un ?
Si oui alors il aura besoin de savoir tracer les lettres, et tu seras là pour répondre à sa demande. L’apprentissage sera très rapide. Si l’enfant a appris à lire en script ça me paraît cohérent de lui montrer le tracé des lettres capitales.

Quand il aura l’habitude de laisser des traces écrites, s’il veut écrire des messages plus long, ce sera le moment celui dire qu’il est plus facile et rapide d’écrire en attaché, et alors de la même façon on peut penser que l’envie sera là.

Personnellement je n’utilise aucune progression en tracé de lettres, sauf le fait d’apprendre en tout premier à tracer le C. Je ne remercierai jamais assez Leïla de m’avoir fait cette remarque un jour, ça m’a changé la vie :kissing_heart:
Je donne aux enfants des images et leur demande d’écrire le mot qu’ils voient. Pour écrire ce mot, ils ont besoin de savoir tracer les lettres, et donc si ils ont besoin d’une lettre qu’ils ne connaissent pas (en général ils savent déjà tracer les lettres de leur prénom), ils vont eux-même chercher la lettre rugueuse et se rappellent son tracé avant de faire quelques essais sur leur cahier. Souvent pour le tout début je suis avec eux, et je leur montre comment tracer la lettre, en donnant des indications verbales également. Ils s’exercent directement sur le papier blanc, j’ai enlevé le plateau de sable il y a plusieurs années car les enfants ne l’utilisaient quasiment pas.
Ils font de leur mieux, et le geste s’affine au fur et à mesure. Je ne fais récrire que si la lettre n’est pas reconnaissable.