Nos pistes pour l'élémentaire !


#68

Bonjour, je suis très intéressée par les arbres de connaissance. Peux-tu me dire quelle forme il prend dans ta classe?


#69

Bonsoir, je n’ai pas de photo ici, mais il se fait sous la forme d’affichettes A6 qui décrivent chacune une compétence (domaine, numéro et une phrase simple), avec 12 pastilles à colorier dessus (il y a 12 enfants dans l’ULIS). Quand un enfant pense “maîtriser” une compétence, il peut demander lors du conseil d’afficher son affichette au mur, ou bien, si elle a déjà été affichée par un élève, de colorier une pastille de plus. Les affichettes sont rangées dans des boîtes, au sol contre le mur, par domaines. Il se construit donc un arbre par domaine, avec plus ou moins de pastilles colorées selon qu’un, plusieurs ou presque tout les enfants maîtrisent la compétence. On peut faire grandir un arbre, commencer un arbre ou le faire “fleurir” (se colorer) et chacun est ravi de faire grandir le “jardin” de la classe (les pastilles ne sont pas nominatives, pas de couleur attribuée non plus, le groupe est valorisé plus que les ego).
Je me suis servie de l’excellent travail d’Elise Veux et ses cartes d’apprentissage pour les affichettes : http://leremuemeningesdelise.eklablog.com/


#70

Merci pour ta réponse; je vais y réfléchir de mon côté


#71

Coucou @Julie1,

Je comprends ton désarroi vis à vis du programme. Après 17 ans d’enseignement et du haut de mes 47 ans, je suis encore en tatonnements. Cependant, je tends chaque jour vers une plus grande adaptation et respect du développement et besoin de chaque enfant. Et j’en suis fière :kissing_closed_eyes: Je parviens ainsi à me détacher de l’emprise institutionnelle qui avec le recul n’est pas si contraignante que ça.
J’ai commandé le DVD “c’est d’apprendre, qui est sacré”, un film de Delphine Pinson ( http://jdye.free.fr/spip/spip.php?article35). en Bonus sur ce DVD il y a une interview de Philippe Meirieu qui dit justement que les programmes ne sont pas si contraignants, c’est la valeur que l’on y met qui est contraignante. C’est un horizon d’attente. Le programme n’est pas un objectif en soi. Il est vain de croire que chaque enfant aura assimilé tout le programme à un temps T. D’un point du vue institutionnel, nous devons montrer que l’on connaît le programme afin de montrer que l’on ne va pas où bon nous semble mais que l’on tend vers des objectifs d’apprentissages. Je réalise donc une programmation annuelle pour montrer patte blanche et me donner un cadre. A partir de là, je n’organise pas mes journées en fonction des sous compétences à attendre (séance d’apprentissage, évaluation, remédiation ou pas). Je pars des activités des enfants (choix parmi des jeux, des fichiers PEMF, des ateliers Montessori, des projets individuels, des textes libres, des conférences). Voici ce que j’affiche d’un point de vue institutionnel pour toute visite extérieure (remplaçant, parents, inspecteur, merci @Kej

  • Mathématiques Cycle 2.odt (3,5 Mo)
  • Mathématiques Cycle 3.odt (3,2 Mo)
  • français Cycle 3.odt (1,3 Mo)
  • français Cycle 2.odt (2,7 Mo)
    Ce sont les activités principales de notre classe qui vont permettre l’acquisition progressive des compétences du programme.
    Chaque jour j’accompagne 4 enfants : échanges avec eux sur leurs activités afin qu’ils puissent se responsabiliser vis à vis de leur travail. Encouragement. Valorisation de leurs activités. Coup de pouce dans leur(s) projet(s). Nous ne définissons pas trop d’objectifs mais juste assez pour qu’ils puissent y travailler : bien respecter les lignes lorsqu’il écrit, photocopie d’un plan de travail d’un fichier méthodologie pour qu’il améliore sa capacité à résoudre des problèmes et ainsi pouvoir participer avec plus d’efficacité à la résolution collective de problèmes vivants, réécriture d’une production libre pour la présenter en collectif…). Ces objectifs sont revus chaque semaine (je n’ai que 15 élèves,avec le double ce serait toutes les quinzaines). Je note alors dans un petit cahier les réussites (au regard des attendus) et définis les objectifs suivants possibles.
    Philippe Meirieu disait que l’intérêt des apprentissages individuels résidaient dans une amélioration des performances pour pouvoir suivre les activités collectives. J’essaie donc d’observer chacun dans les activités collectives pour pouvoir ensuite leur proposer des objectifs pour améliorer leurs participations. J’aime beaucoup cette idée de guider chaque individu pour un intérêt collectif. N’est-ce pas la base de la citoyenneté et l’objectif premier d’un collectif ?
    Chaque période, je fais un point sur les moments forts de la vie de la classe et les progrès individuels (en suivant les différentes intelligences multiples ou domaines disciplinaires du socle) en notant les évolutions possibles pour attendre les objectifs du programme.
    Voici un exemple de bilan sans la photo ni le nom : Bilan Gautier P1 exemple.odt (32,2 Ko)
    Il serait tout à fait possible de bien faire apparaître les différents domaines pour séduire l’inspection. Cependant cela met une pression périodique. Je préfère remplir une fichier individuel avec les compétences et connaissances du socle et pouvoir faire un point seulement en fin de cycle (ce fichier est en cours de réalisation).
    Dans l’interview, Philippe Meirieu disait que l’enseignant laxiste ce n’est pas l’enseignant qui part des compétences et connaissances individuelles des enfants pour les enrichir mais celui qui amène une connaissance pour tous, évalue 15 jours après et reprend ou pas pour chacun. Il précise que l’apprentissage doit faire sens pour l’enfant. Il met en garde vis à vis de l’utilisation des fichiers : faire une fiche pour faire une fiche car c’est ce qui est attendu… Est-ce que cela a du sens pour l’élève ? La dérive scolastique est probable or tous ne sont pas scolaires.
    Aujourd’hui, on arrive vers la fin du 1er trimestre. Je suis très fière de leur progrès et eux aussi. Ils m’ont suggéré de ne plus perdre du temps avec la rubrique "qui fait quoi ", argumentant qu’ils savaient équilibrer leurs activités. Ils sont tous en activités, je dis bien tous. Je ne contrôle rien sur cela, c’est déroutant mais frissonnant. Ils ne vont même plus en récréation (nous leur laissons cette liberté de décider de leur temps de pause). Ceux qui sont de service lumière et aération doivent cependant veiller à bien ventiler les salles.
    Mon emploi du temps officiel, je l’ai posté plus haut. Il a évolué et sera réédité pour la période 3.
    Concernant les connaissances et compétences de découverte du monde (géo, sciences, hist, techno, EMC). Pour le moment, C’est un peu au fil des sujets au quoi de neuf et des sujets des conférences de chacun. Comme je l’ai dit plus haut, nous travaillons sur un plan de travail annuel. Nous allons faire l’inventaire mensuel des activités et événement du calendriers pour définir les connaissances associées dans les 5 domaines (hist, géo, techno, EMC). Nous compléterons éventuellement avec le programme.
    Ainsi, nous pourront afficher tout cela : pour les visites extérieures, pour nous donner un cadre, pour donner des idées de recherches pour les enfants.
    J’ajoute un lien qui a allumé en moi un nouvel horizon, les brevets et chefs d’oeuvre. Je suis fan et je commence à tendre vers cela en exposant les réalisations des enfants (guitare ne cartons, conférences, textes libres).
    https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/15568

Voilà un long discours qui j’espère t’aidera dans tes méditations.
A bientôt


#72

Ouahou!! Merci @sophilo pour cette longue explication et merci d’avoir pris le temps. Je rêve de pouvoir m’organiser comme ça, c’est vraiment top!
Je vais éplucher un peu mieux ton organisation, il me faut un peu de temps toujours pour “visualiser” les choses. Je reviendrai ensuite vers toi. Qu’est ce que j’aimerais te visiter dans ta classe!
Encore merci merci merci!!
Des bises
Julie


#73

Je suis directrice d’une école maternelle et élémentaire en Guinée (Afrique). En maternelle (103 enfants) et en CP (125 enfants), pour chaque album de conte que nous utilisons, nous préparons une dizaine d’images (scannées, agrandies et imprimées en couleur, puis plastifiées), que nous affichons pour permettre “la lecture d’images”. Ce rituel qui soutient la lecture est essentiel pour développer le langage : le français est une langue étrangère pour nos enfants. Ces “imagiers” circulent entre les classes. Un conte avec son imagier est exploité environ 3 semaines. Nous fabriquons les lettres mobiles en utilisant des bouchons. (imprimer d’abord les lettres, puis plastifier, découper, et enfin coller sur des bouchons). Nous avons du matériel collectif (imagiers, matériel pour le système décimal etc.) qui est partagé par la maternelle et le primaire. Par exemple le matériel d’assemblage syllabique est utilisé en début d’année en CP2, puis CP1 , ensuite en grande section. Comme aussi la table de 100 (fabriquée par nous-même) débute en CP2 pour venir ensuite en maternelle. Notre plus grand défi ici est la formation des enseignants. Je suis ravie d’échanger avec vous.


#74

bonsoir à tous et toutes, bien que n’étant pas enseignante, mais faisant l’instruction en famille, je vous invite à aller voir les kits green science de 4M, car j’ai noté un engouement certain chez mes enfants de 4ans,5anset demi et 11ans, les sujets sont très variés et permettent de balayer tout un tas de notions de sciences, chimie, environnement, énergies renouvelables, et autres. Minutie, patience, hypothèse, questionnement, entraide et joie du fonctionnement, sont de mise, avec toutefois la présence ou l’aide de l’adulte pour les montages. (ils y en a pas mal qui sont soldés en ce moment…) les prix sont très variables d’un site à l’autre, pour ma part, je me fournis chez greenweez.com , figurinesetjeux-city.com , entre autres.!
voici quelques exemples…
image
image
image





image
image

image
image
image