Présentez-vous !


#487

Bonjour à toi,
Je suis en Ariège aussi, dans le Haut Salat, je viens d’avoir ma mutation dans le département même si j’y vis en dispo depuis quelques années. Avant j’ai aidé des collègues a mettre en place toute cette refonte pédagogique et aujourd’hui j’ai hâte de le faire dans ma propre classe. J’aurai un poste en septembre et en attendant j’aimerais voir ce que d’autres font en classe.
J’aimerais bien voir comment tu as organisé ta classe. Tu es dans quel coin?


#488

Bonjour !

C’est avec un grand enthousiasme que je me présente ici. J’ai 27 ans, et je redécouvre le travail de Céline grâce à un ancien Professeur de religion, avec lequel j’ai récemment échangé au sujet de mes choix de vie.

J’ai un parcours très atypique : un bachelier en informatiques et maths appliquées à l’Université de Maastricht, un master en gestion internationale d’une école de business réputée à Madrid, puis des expériences en parallèle mêlant le volontariat (en Asie, en Belgique), le développement personnel/humain (coaching, intelligence collective, gouvernance partagée), et l’alimentation et le développement durable (formations courtes, travail en marché bio, …). Je maîtrise l’anglais, un peu de néerlandais, et l’espagnol. Mes études étaient basées sur l’apprentissage anglo-saxon - travaux de groupe, très multiculturels, et préparation de la littérature avant les cours. J’ai adoré ! Après du wwoofing* dans une coopérative maraîchère en périphérie de Bruxelles, je suis actuellement bénévole au Campus de la Transition (Forges en France). Outre mon implication quotidienne avec les volontaires et apprentis en formation pour prendre soin du potager, j’y vis la transition, et re-découvre la vie simple, en communauté, dans nos régions (je l’ai déjà découverte lors de mon volontariat dans une école pour enfants aux besoins spécifiques au Sri Lanka).

Maintenant que j’ai validé ces choix de vie proche de la nature, de type communautaire, riche d’une grande qualité dans les relations humaines, résolument tournée vers la transition, je sens le besoin de m’impliquer davantage, sur un terme plus long, et de manière plus professionnelle (plus de stimulation intellectuelle, un engagement plus sérieux, avec quelques responsabilités). Professionnellement, je me dirige spontanément vers la pédagogie et l’éducation, des domaines de coeur.

A terme, et si cette voie éducative me plaît, j’aimerais allier les deux : une vie communautaire inscrite dans la transition, avec une occupation partielle de responsabilités éducatives.

Au plaisir d’échanger !

Bien à vous,
Marie


#489

Bonjour, je m’appelle Marie j’habite dans le 47 je viens tout juste de finir mes formations. J’ai hâte de pouvoir m’entrainer maintenant ! Je pense trouver des infos intéressantes ici alors merci !


#490

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis une jeune maman d’une petite fille de 16 mois et également étudiante en Master d’histoire et d’archéologie. Je mène de front ma vie de famille et estudiantine. Passionnée par la voie que j’ai eu la chance de choisir, j’apprends également tous les jours grâce à ma fille.

J’ai mis en place les principes de la pédagogie Montessori et j’ai hâte d’en apprendre plus.

Au plaisir de vous lire !

Bien cordialement,
Léa


#491

Bonjour,

Mon nom est Alexandra Abraham-Mouillard, j’enseigne l’anglais dans un collège public de l’Oise depuis 6 ans (actuellement 6e et 4e) et je suis la maman de Jules et Léo, 8 mois tous les deux.
Avant d’entendre parler de Céline Alvarez, je cherchais à développer l’autonomie et la motivation des élèves en testant différentes choses en classe, mais sans avoir de réelle vision cohérente pour tout articuler. La découverte de ce que fait Céline a été une révélation ! Vidéo après vidéo, ligne après ligne, j’ai été frappée par l’évidence et la justesse de ses propos… Et par l’envie irrépressible de mettre cela en application d’une façon ou d’une autre.

Après avoir beaucoup réfléchi à ma pratique et aux changements possibles, j’ai pu pour l’instant grâce à la carte échanger avec une collègue (merci Marie-Camille pour les précieux conseils !). La transition graduelle vers l’autonomie va commencer très bientôt dans mes classes.
Echanges bienvenus !

Après avoir reçu des retours très mitigés sur l’école de mon village (violences entre enfants), je me pose aussi beaucoup de questions sur comment aider mes enfants à développer leur potentiel et s’épanouir pleinement. J’ai même envisagé l’IEF mais outre les considérations pratiques, je ne veux pas risquer de les couper du monde, d’autres référents adultes et des autres enfants. J’ai entendu également parler récemment du co-schooling dont je n’ai pas encore saisi les subtilités.
Si vous souhaitez échanger sur le sujet, ce sera avec grand plaisir !

À bientôt,

Alexandra


#492

hello everyone, my name is Carolyn Pierce from india i am here to share some thoughts with you all i hope you like it vidmate mobdro


#493

Je suis psychotherapeute Gestalt, professeur pour les éducateurs des ecoles primaires en Flandres (Belgique) et surtout explorateur de l’energie et la force de vouloir comprendre chez les (jeunes) bonhommes et -femmes. Je travaille comme professeur dans une école qu’on a organisé il ya 12 ans avec quelques parents et collègues à Meigem (Belgique) https://www.desterrebloem.be. Je combine ce travail avec l’education dans la durabilité et le coaching des entrepreneurs et dirigeants C-level des entreprises et services publics. J’adore les arts, mon jardin et ma famille! La nature est mon maître principale.
Vous trouverez plus d’info’s sur moi sur youtube et ma site : https://www.lievengodderis.be


#494

Bonjour,

Je t’ai répondu en MP.
Bienvenue en Ariège et sur le forum.


#495

Ia Orana,
Je m’appelle Magali, j’habite en Polynésie et plus précisément l’ île de Moorea et j’ai une classe de Moyens; l’année dernière j’ai découvert le site en cherchant des idées pour apaiser l’ambiance de ma classe et j’ai tout de suite adhéré à ce que Céline disait , me suis reconnue dans les souffrances décrites autant chez les élèves que pour moi-même, identifié les incohérences de notre pédagogie… J’ai essayé de mettre en place pleins de choses et me suis noyée au point de perdre toute énergie en P5, nous n’avons pas d’ATSEM en Polynésie!!!
Donc cette année, j’ai décidé de ne plus vivre cet enfer et je vais mettre les choses en place de façon très très progressive vu que la mairie ne nous a pas permis de commander du matériel et que je le fais moi-même avec les moyens du bord sachant que l’éloignement de tout fait parti du jeu.
Je souhaite à tout le monde une très belle année et mauruuru (merci) pour tout ce partage


#496

Bonjour,
Je m’appelle Cathy, je suis maman de deux “bouts de ficelle” de 7 et 8 ans, passionnés de nature, bricolage en tous genres et plein d’autres choses encore ! Je suis enseignante en primaire depuis 2015, suite à une reconversion (clerc de notaire pendant 8 ans) … et directrice depuis 2017.
Un grand merci à vous tous pour les partages offerts dans ce forum !
:grinning:


#497

Salut Camarade,
j’ai 47ans et je confirme tout ce que vous avez dit, en tout cas de mon point de vue.

en revanche la dyslexie n’est pas une maladie…
Je vous conseille une petite vidéo qui vous expliquera tout, vous y apprendrez que le calcul est naturel, nous sommes câblés pour ça, de même que parler est naturel et le Célèbre Noam Chomsky a été célébré pour l’avoir découvert avant les neurosciences. (il a mis en évidence des erreurs communes mondiales, preuve qu’il y a un prés câblage du langage chez le bébé.)

Mais la lecture non, ce n’est pas naturel et le cerveau doit s’adapter en utilisant la zone de reconnaissance des visage grâce à la plasticité cérébrale…
Certes nous avons un probleme que n’ont pas les autres, mais nous ne serions pas différents des autres Sapiens si la lecture n’existait pas…

Je ne veux pas vous remuer le couteau dans la plaie, mais dans mon cas j’ai tellement bouquiné jeune que la lecture n’est plus un probleme, et comme j’ai lu certains philosophes et sociologues (malgré mon échec catastrophique à l’école) je suis celui qui rédige toutes les lettres importantes à la maison (encore aujourd’hui lol )
Mais j’attends que le courrier soit écrit par ma femme ou mon fils, puis je le décortique avec eux pour l’écrire différemment et avec plus de sens, afin que cela soit un effort collectif qui profite à tous les membres de ma petite tribus :slight_smile:


#498

Bonjour Assia, je recherche justement une école Montessori sur Oujda.
Pouvez-vous svp me contacter pour me donner le nom de l’école et son adresse ?
Merci d’avance !!
Cordialement,


#499

Bonjour Mell,
À l’école maternelle Les Élites (à côté de la clinique Al irfane), il y a du matériel Montessori. Je ne travaille malheureusement plus là-bas et je ne peux vous dire si les maîtresses essaient encore de faire du « Montessori ». Aux dernières nouvelles, elles fonctionnaient de manière traditionnelle le matin et laisser les enfants libres de choisir leur activité montessori l’après-midi. Pour savoir il faut aller rencontrer la maîtresse de classe de votre enfant car toutes les maîtresses ne sont pas passionnées par la pédagogie montessori…
N’hésitez pas à me contacter de nouveau pour la moindre information.
Je vous souhaite une bonne rentrée à Oujda.


#500

Bonjour Assia,

D’accord je vais voir l’école demain.

Je vous remercie beaucoup pour votre réponse.


#501

Bonjour,
Je m’appelle Marie. Je suis orthophoniste de formation. J’ai enseigné quelques mois comme suppléante l’an dernier en CE1, et je suis maitresse dans un triple niveau de maternelle hors contrat, dans une école qui ouvre cette année. L’école est catholique, et se veut assez classique sur le plan des apprentissages. Je fais Singapour et les cahiers papillons avec les MS et GS. La directrice a exigé très tôt cahier journal, emploi du temps à la semaine, motricité isolée du reste, et différentiation entre les 3 niveaux. J’ai essayé de concilier cela autant que possible avec ce que je connais de la psychologie de l’enfant et ce qui était réalisable. Elle a presque reconnu début janvier que ce qu’elle demandait n’était pas réaliste (elle m’a dit qu’elle-même ne se sentirait pas de faire ce qu’elle me demandait, elle a pas mal d’expérience mais pas en PS MS), mais elle n’arrive pas à concevoir une autre façon de faire (même si bien sûr j’essaye d’expliquer). Comme l’école est petite et qu’elle est stressée, elle donne pas mal d’injonctions et juge régulièrement ce qu’elle voit. J’ai sans doute assez mal expliqué aux parents comment je gérais ce triple-niveau, parce que je n’ai lu Céline Alvarez qu’aux vacances de la Toussaint, et que je me cherche encore pas mal (maitresse débutante). Plusieurs parents s’inquiètent du nombre de feuilles dans le classeur et craignent que leurs enfants ne soient pas assez stimulés. Pourtant je constate des beaux progrès, les enfants ont l’air contents de venir (mais au moins une ne raconte pas à la maison, et un a un retard de langage) et je fais des appréciations personnelles à chaque fin de période. J’ai fait perforer et ranger aux enfants dans leurs classeurs (le matériel a été commandé avant mon arrivée) quelques poésies (dont le nombre est divisé par 3 puisque je ne dois pas donner la même chose dans chaque section), coloriages, dessins, écritures, mais cela fait très peu en volume par rapport à d’autres écoles j’imagine. Ma question est donc : quel nombre de pages dans le classeur vous parait réaliste/habituel (on a déjà 120 pages en maths et 32 pages de graphisme dans les fichiers en MS et GS/an)? Combien de poèmes/chansons étudie-t-on (dans une école ordinaire/dans une classe respectant les lois naturelles de l’enfant) ? J’ai l’impression de travailler en profondeur, mais que la partie visible de l’iceberg pour les parents est le contenu du classeur… assez peu épais je dois bien le reconnaître. J’hésite à faire remplir “des fiches pour des fiches”, notamment avec mes PS très peu autonomes, histoire de les rassurer… (un père de famille m’a dit que je ne faisais rien… j’ai beau expliquer, je me dis qu’il aura l’impression que je fais un pas dans son sens/un effort si je lui mets une pile de poly…).
Merci beaucoup à vous pour l’accueil et le site, mine précieuse !


#502

Bonsoir Marie,

Je pense que c’est un peu le problème des écoles privées : les parents paient pour la “réussite” de leurs enfants et s’autorisent alors parfois un droit de regard sur la pédagogie alors que ce n’est pas leur métier. Ils ne veulent pas “payer pour rien”! Si l’école vient d’ouvrir, ils sont peut-être aussi un peu méfiants, d’autant plus s’ils sentent que tu n’as pas confiance en toi. Mais c’est toi le BOSS, c’est toi qui connais le métier!
Pour ce qui est des photocopies, je n’ai fait qu’un remplacement en PS à mes débuts, et le conseiller pédagogique m’a bien dit : pas de photocopie en PS, que de la manipulation! Je ne pourrai pas t’aider bien davantage compte tenu de mon peu d’expérience, mais je trouve déjà qu’il n’y a pas assez de manipulation d’objets à l’école (d’ailleurs je me suis tournée vers la pédagogie Montessori). Tu peux répondre aux parents que leurs enfants seront beaucoup plus “stimulés” avec du matériel qu’avec des photocopies! Dans ton classeur, tu peux mettre les chansons, comptines, dessins, coloriages, traces écrites pour les MS et GS, photos des élèves utilisant le matériel, des validations d’acquis peut-être… Tu n’es pas obligée de séparer les trois niveaux et de donner des activités différentes aux trois. Dans une vidéo de sa chaîne youtube, Céline Alvarez montre un cahier d’élève avec tous les travaux qu’il contient. Ca pourrait peut-être t’inspirer. Je crois que c’est une vidéo parmi les dernières sur 57 de la série en Belgique.
Le problème quand on débute, c’est qu’on hésite beaucoup parce qu’on manque de confiance en soi, et cela nous détourne de la réalité des élèves (et on perd beaucoup de temps à se prendre la tête). Peut-être arrête-toi un moment pour observer, comme l’a fait Maria Montessori : observe ce qui marche avec les enfants, leurs “réussites” et leurs joies, pour le transmettre aux parents et pour continuer dans ce sens (quoi qu’ils en disent et la directrice) ; observe aussi en toi ce en quoi tu crois (ton style de pédagogie) et fais-toi confiance. Quand on croit en ce qu’on fait, ça marche, parce qu’on l’incarne et les élèves le sentent, c’est cohérent.
Courage!


#503

Bon courage à toi, tu as sur la bonne voie et les bons choix, même si ça doit être très difficile avec ce genre de remarques des parents.
Personnellement j’ai très peu de traces écrites. Trop peu, il est intéressant aussi de faire travailler les enfants sur la fonction de l’écrit avec des affiches, des fiches récapitulatives, des lettres, bref, différents types d’écrits mais qui ont du sens et une utilité. Donc pas des fiches à remplir… Par contre du dessin, de l’art plastique (libre ou avec contraintes), ça c’est super. Et ça prépare super bien à l’écriture (travail de l’oeil, de la main, synchronisation des deux; + possible dictée à l’adulte ou moment de langage oral), et de manière beaucoup plus motivante pour les enfants.
Par contre ce que je fais, c’est que j’ai une sorte de blog de classe (Klassly en l’occurence), où chaque semaine je poste des photos voire des vidéos d’activités faites dans la semaine. Les parents voient ainsi les ateliers mis en place (de manipulation, donc sans traces écrites). Je leur explique aussi régulièrement, notamment que les maths arriveront tardivement (gros travail sur les fonctions exécutives et le sensoriel avant, l’écriture aussi. Mais j’ai sûrement des parents plus conciliants. Mais si ça peut te rassurer, j’ai une maman qui la première année en fin d’année m’a avouée avoir de très gros doutes sur mon travail au début, mais a vu plus tard les progrès se sa fille et était ravie :wink:


#504

Je pense que les discussions dans “partage de documents officiels” pourraient t’intéresser, au sujet des contenus des programmes et de leur application avec l’approche de Céline Alvarez.


#505

Un grand merci à tous les 3 pour votre attention, vos messages, votre bienveillance, vos encouragements, partages d’expérience et les liens que je consulterai dès que possible !