SOS gestion du quotidien


#1

Bonjour a tous l’annee se termine avec beaucoup de doutes et de questionnements sur ma gestion de classe.
Je me suis lancee il y a un an et demi dans cette belle aventure d’une classe fonctionnant en pedagogie montessori , enthousiaste au possible apres avoir lu et vu toutes les videos de Céline.
Classe de 28 élèves avec 3 niveaux, les 3/4 avec des garçons très speed…
Bilan pour l’instant : plus de la moitié de mes élèves de grande section ne sont pas intéressés par les activités liées aux apprentissages et n’ont qu’une envie : jouer ou dessiner tout en bavardant avec les copains !!! Stress en pensant aux attentes de mon collègue de cp ! J’ai limité drastiquement les jeux de construction, source de bagarre et de bruit …Est-ce la solution ? Tout est détourné. Les cartes pour poinçonner ou découper servent à faire des bricolages, j’ai l’impression qu’ils n’ont pas envie d’entrer dans les apprentissages et que si je ne les prends pas individuellement il ne se passera rien. Les plateaux d’activité sensorielle n’intéressent pas les gs. Et les autres activités liées aux maths ou écrits ne sont effectuées que si je les impose. D’ où la mise en place de plateaux individuels à effectuer dans la journée pour être sûre qu’ils vont au moins avoir un apprentissage dans leur journée ! Mais très long et fastidieux à préparer et pas du tout dans l’autonomie dont je rêvais!
Je me sens si loin de ces magnifiques videos sur internet où les enfants prennent plaisir aux activites, sont automnes, respectueux et si calmes !! J’ai l’impression de faire la “police” toute la journée !!
De plus les temps d’écriture et de lecture avec les grands me prennent un temps fou et les petits sont un peu laissés de côté…bref j’ai bien besoin de conseils !
Merci à vous pour votre aide !
Marina


#2

Bonjour
C’est très bien que tu continues à t’interroger.
Les classes Montessori sont rarement à 28 et ont beaucoup de matériels. Une classe avec une majorité de garçons ne se gère pas de la même façon.
Les élèves ne vont pas vers les apprentissages mais vers les jeux et c’est normal et sain. Ceux sont des enfants !
J’ai vu une classe Montessori dans une école Montessori. J’ai trouvé qu’ils dessinaient beaucoup et faisaient très peu de maths.

Je pense qu’il faut imposer un contrat : une ligne de graphisme, une opération et un mot à encoder(décoder, écrire) par jour, et ce de 8h à 9h. Quand le contrat est fait, ils font ce qu’ils veulent. Les grands doivent être autonomes. Mes grands ne jouent plus depuis la MS avec les plateaux d’activités sensorielles.
Il m’a fallu un an et demi pour réussir à les observer et prendre du recul. Le matin, ils ne travaillent qu’une heure, le reste c’est sport ou jeux. Les résultats sont exceptionnels.
Tu as déjà fait beaucoup de remédiation, trouvé des solutions.
Bravo, il faut persévérer dans la bienveillance…


#3

Bonjour,
Je pense cependant qu’il est dommageable de faire une différence entre travail et jeu. Tout doit être apprentissage.


#4

Bonjour,
Je te remercie pour l’honnêteté de ton bilan de l’année.
Je pense qu’il faut plusieurs années pour avoir une classe qui fonctionne réellement en Montessori. Pour que les plus grands puissent être un exemple pour les plus jeunes.
Les deux premières années un plan de travail pour les GS et MS avec l’ensemble du matériel Montessori me semble indispensable.
Dans ma classe j’ai mis en place un système de tableau à double entrée. D’un côté les activités de l’autre les photos ou prénom des élèves.
J’espère t’avoir donné quelques pistes.
Merci encore pour ton témoignage qui m’éclaire sur certaines de mes pratiques de mes pratiques.


#5

J’ai aussi mis en place ce système de tutorat. Les plus grands aident les plus jeunes ils sont félicités et encouragés pour cette aide.


#6

Ton tableau à double entrée te sert à faire tourner les élèves sur les activités? C’est en plus du plan de travail?
Merci .


#7

Merci pour vos précieux conseils. J’aimerais bien voir à quoi ressemblent vos plans de travail ou tableaux. Est-ce que ce sont les enfants qui choisissent eux-mêmes ou imposez vous les activités ? J’avoue que j’ hésitais un peu car j’avais l’impression de trop revenir à un fonctionnement traditionnel…
Ces plans sont ils affichés ? Comment savoir s’ils effectuent bien les activités programmées ?


#8

Bonjour,
mais que reste-t-il alors de la motivation intrinsèque?


#9

Bonjour,
J’avoue que j’hésite aussi … C’est vrai que parfois je panique en voyant certains passer leurs journées à faire des mandalas et cie. Mais en même temps je suis plutôt contente de leurs acquisitions de cette année (même s’ils sont loin de faire des grandes opérations et de lire couramment !) J’ai des PS MS.
Donc l’idée de plans de travail me gêne un peu. Je pense que si j’en faisais ce serait juste pour “obliger” les enfants (en tout cas certains) à faire au moins une activité de chaque domaine sur la semaine. Personnellement j’ai un code couleur pour chaque domaine donc assez facile à mettre en place mais ???
Cela dit, j’imagine qu’avoir des GS est plus stressant avec l’arrivée au CP …


#10

Bonjour,

J’ai cette année une classe de 26 élèves avec les trois niveaux. Cela fait 3 ans que je fonctionne en autonomie totale et j’avoue que les résultats s’améliorent d’année en année, comme quoi il faut PERSEVERER !

J’avais en début d’année des GS qui étaient entrés dans la lecture l’année dernière alors je les ai fortement encouragés pour qu’ils deviennent lecteurs, capables de lire un petit livre devant les autres, et la magie a opérée, naturellement ! les autres ont voulu les imiter et ont été très demandeurs d’apprendre les lettres rugueuses, puis les digrammes. Pendant une période je ne faisais qu’écrire des petits secrets, puis des petites phrases. Sur les 10 gs, 6 lisent, 2 déchiffrent et 2 en sont encore à apprendre le son des lettres. les non lecteurs étaient dans une autre classe ( tradi ) et connaissaient le nom des lettres… La motivation n’est plus là !
En cette fin d’année, les gs sont plus attirés par les jeux de cartes, perles à repasser que par la banque, j’avoue ! Il y en a aussi qui passeraient leur journée à la table à dessin, heureusement que les autres râlent car ils veulent y aller aussi ! ( il n’y a que deux places à cette table )
Plutôt que d’aller les chercher ( pour entendre" non, là j’ai pas envie" ) je choisis quelqu’un qui ne fait rien pour travailler avec lui et très vite d’autres viennent regarder et veulent le faire aussi; Et là je me dis " yes, j’ai gagné, il est venu tout seul ! )
Dans ma classe, pas de tableau, ni de plan de travail, mais beaucoup d’observations.
Il faut réussir à présenter le travail au bon moment, c’est là toute la difficulté.

Surtout ne te décourage pas, c’est un travail sur le long terme, sur un cycle de 3 ans.


#11

Bonjour,
Je n’ai pas vraiment de réponses à t’apporter mais je peux simplement témoigner de ma propre expérience. Au cours de ces dernières années pendant lesquelles j’ai glissé tout doucement vers une “autre” pédagogie, j’ai observé une grande différence d’intérêt entre les promos d’élèves. Il y a eu des années fastes, avec des enfants super motivés par tous les jeux individuels, et qui, du coup, ont progressé à la vitesse grand V et des années bof bof avec des élèves ne s’intéressant qu’aux griffonnages et/ou aux jeux à plusieurs (ex. construction) qui génèrent beaucoup de bruit et de chamailleries stériles ou de gaspillage de papier. Donc, quand je sens ou constate que c’est une année bof bof, j’impose des règles plus strictes quant à l’utilisation des jeux “à plusieurs”. Par ex. : interdit d’utiliser les coins cuisine, maison de poupée … sur les temps d’atelier. Quand un travail est terminé, on prend un jeu individuel et il n’y a plus de papier pour dessiner. Je fruste peut-être leur élan artistique, mais c’est un choix. Car mon constat est tout de même le suivant : l’enfant apprend et progresse beaucoup mieux quand il travaille = joue seul. Et tant pis pour les relations sociales : elles se développeront à un autre moment, dans la cour, par exemple, ou sur le temps d’accueil pendant lequel ils ont droit à tous les jeux. Tout cela est sans doute critiquable, comme tout d’ailleurs, mais pour l’instant, je n’ai pas trouvé mieux pour mettre au travail les élèves plus motivés par le jeu bruyant et pas très constructif que par les apprentissages.


#12

Pour ma part, j’ai commencé il y a deux ans avec 24TPS PS MS. cette année j’ai 28 TPS PS MS GS. j’ai décidé de leur donner un plan de travail, j’inscrit pour chacun 3 à 4 activités à faire et à valider par l’ATSEM ou la maitresse dans la matinée. Je les inscrit sur un papier et je l’accroche à un collier, comme ça je gère les entrainements. Moi, je prends la moitié des TPS PS GS en individuel un jour et l’autre moitié le deuxième jour, les MS passent l’après-midi.

Ca fonctionne pas mal, car ça les canalise et ils ont compris qu’une fois que les activités imposées sont validées, ils peuvent prendre un atelier qui leur plait.

J’ai fait cela car effectivement les enfants allaient vers la tour et l’escalier qu’ils détournent pour en faire des châteaux où l’on joue à la guerre, mais on laissait de côté les pochettes avec les dictées muettes ou les fuseaux à compter.
En tout cas, ils avancent super bien, donc il faut trouver un fonctionnement qui leur permettent de faire tous les jours les lettres rugueuses et 2 dictées muettes par semaine, idem pour compter les barres, les fuseaux. Mes MS déchiffrent tous des petits mots, certains lisent des phrases et des PS connaissent le son des 7 premières lettres. En maths idem les Ms apportent le nombre d’unités, dizaines, centaines et milliers demandés, certains font des additions ans retenue avec les timbres. Quant aux GS, ils lisent comme des CP.

Les parents sceptiques sont ravis, ils sont bluffés !
Alors il faut continuer, même si c’est difficile car 28 élèves pour deux c’est très lourd. Quand est-ce que nos politiques vont comprendre que l’on apprend mieux à 20 dans une classe qu’à 30 ?