École en forêt - Transportons la classe en pleine nature !


#1

Les enfants ont besoin de passer du temps dehors, au soleil et au grand air. Et je suis pour une école ouverte.

Les élèves en activités libres autonomes ont le choix de s’installer où bon leur semble dans la classe. Mais ouvrons aussi la porte sur l’extérieur quand la météo le permet. Et laissons aux enfants la possibilité de sortir aussi travailler dehors dans la cour de récréation. C’est un vrai plaisir pour eux, comme pour nous. Veillons toutefois à être strict : les mêmes règles de travail s’appliquent que dans la classe : travail, calme, rangement, respect des autres, on chuchote si besoin, pas de chahut évidemment, on se déplace sans bruit…

Et soyons plus inventifs encore. Transplantons la classe en pleine nature, en forêt, dans un parc ou sur la place du village. Bref, partout où les conditions de sécurité et le calme le permettent. Et faisons travailler les élèves en plein air, avec toujours les même règles, mais dans un cadre nouveau. Cela demande juste de sélectionner des activités qui se transportent facilement, de délimiter l’espace, et de bien déterminer avec eux le coin de rangement du matériel.
Quelqu’un a-t-il essayé ?

Merci pour vos remarques et vos témoignages. A bientôt.


Petits (PS) qui papillonnent encore et perturbent la classe... par ennui ?
#2

Oh OUI !!! Tous dehors !! :heart_eyes:
Je sors de l’école (et de la ville) à pieds avec les élèves une fois par mois quand la météo s’y prête. :cloud_with_lightning_and_rain:
Nous emportons de quoi observer, récolter, noter, et “présenter” (des tissus, des papiers contrastants, des petits cadres de cartons). On se met d’accord en classe avant sur les objectifs (selon leurs projets, le trajet souhaité, les activités à tester…) et ce sont eux qui organisent la sortie. On part souvent à la demi-journée, souvent aussi deux jours de suite car rentrer est toujours trop frustrant et aussi parce que la première sortie libère beaucoup d’excitation/angoisse (on rompt avec la routine) et qu’une deuxième dans la foulée permet plus d’engagement.
Nous n’emportons pas de matériel de travail de la classe mais ce qu’il faut pour que les enfants transposent eux-même les entraînements et explorations : bandeaux, cadres et feuilles de papiers pour trier, présenter, organiser, sacs, pochettes, carte/plan, carnet de notes et un crayon papier, un crayon de couleur par enfant. :world_map: :camera:
Et puis, on observe, on sent, on touche, on grimpe, on photographie/note pour des recherches en classe. Ils refont spontanément beaucoup d’activités de maths, de langage, sensorielles… Ils sont ravis, et les familles aussi. :deciduous_tree: :fallen_leaf: :paw_prints: :spider_web: :sparkling_heart:
Bon… ils n’ont pas de handicap moteur, sont 11 et ont plus de 8 ans… mais je l’ai fait avec des classes ordinaires dans ma jeunesse hi ! hi ! :wink:


#3

Oui, ça m’intéresse aussi beaucoup.
J’aimerai mettre en place un cycle randonnée avec mes TPS PS. Pour l’instant je suis en recherche de lieux sécurisés où nous pourrons nous déplacer, sans prendre le car, autour de l’école (en campagne, les routes sont étroites et les chemins sont peu fréquents).
J’aimerai ensuite mettre en place des activités au cours de ces randonnées.
Il existe l’école du dehors:
http://ecoledudehors.canalblog.com/
http://www.ecoconseil.org/decouvrir-nos-actions/accompagnement-de-projet/a-l-ecole-du-dehors


http://www.lefuret.org/enfants-d-europe-n-19.html
Plein de choses passionnantes!


#4

Comment utiliser la cour et surveiller correctement les enfants dehors en étant dedans avec les autres ou vis versa? (pour rassurer les supérieurs) Sinon l’école en forêt j’adorerais essayer!


#5

Je suis pour ma part avec ma classe de triple section (24 élèves) au moins 1/2 journée à l’extérieur, le plus souvent en forêt. Je ne peux que vous conseiller l’excellent livre de Sarah Wauquiez, “les enfants des bois”.


#6

J’ai tapé un peu vite : 1/2 journée par semaine à l’extérieur


#7

mais tu demandes une autorisation à chaque fois? Tu prends beaucoup d’accompagnateurs? (peur d’en perdre!!!) Je compte acheter ce livre oui, surtout que je suis maintenant dans une magnifique région qui s’y prête!


#8

Si je ne me trompe pas, un enseignant a le droit de sortir seul à l’extérieur avec sa classe s’il s’agit d’une sortie de proximité qui ne dépasse pas du temps scolaire. La plupart du temps on fait des mots aux parents et on demande des accompagnateurs pour toutes nos sorties, par sécurité, mais ce n’est pas toujours obligatoire. Je pense que si un enseignant est suffisamment à l’aise avec ses élèves et en confiance pour sortir dehors seul avec eux, et que les parents savent que ça arrive fréquemment, ça peut se faire ! Mais il faut oser. :slight_smile:

Sinon je trouve ce sujet vraiment très intéressant, j’ai entendu parler à plusieurs reprises d’écoles et de jardins d’enfant où tout ou presque se fait dehors par tous les temps, ça doit être vraiment enrichissant à vivre !


#9

Pour une “sortie de proximité”, sans déborder des horaires scolaires et sans prendre de car ou de moyen de transport particulier, un enseignant de maternelle peut sortir seul avec sa classe et son atsem ou un accompagnateur : il faut respecter le quota d’un adulte pour 15 élèves. Il faut aussi prévenir le directeur à chaque fois, avec les horaires et les lieux prévus.


#10

En effet pour la maternelle c’est 1 pour 15, mais comme la personne au-dessus parlait de sortir seule avec 24 élèves j’en ai déduis que c’était une classe d’élémentaire. :slight_smile:

Et tu as raison de le rappeler, le directeur doit toujours être prévenu au moins oralement de ce que l’on fait en effet ! Par contre je ne crois pas que signer une autorisation de sortie soit obligatoire systématiquement à chaque sortie, si c’est une sortie régulière (mon conjoint sortait en randonnée tous les mercredis avec sa classe et il n’en avait pas besoin en tout cas, mais le faisait quand-même par sécurité). À vérifier donc !


#11

Merci @laurent74 pour cette référence, je ne connaissais pas.
J’ai parcouru le livre rapidement, lien, je vais m’y plonger.

Je sors également beaucoup avec ma classe. Le village s’y prête bien. L’accompagnement de l’Atsem suffit légalement jusqu’à 30 élèves pour une petit sortie de proximité sur le temps scolaire. En début d’année avec les petits je demande un parent en plus, en planifiant d’avance sur toute la période. Et je vais bientôt atteindre 33 élèves !

Pour les sorties en forêt, j’ai beaucoup travaillé la motricité et le vivant cet automne. Mais je pense aussi à l’expression artistique, au langage, aux mathématiques… Je détaillerai ultérieurement. Donnez vos idées. Merci à tous.


#12

Bonjour, que ce soit en maternelle ou en élémentaire, il me semble tout à fait déraisonnable de sortir seul avec sa classe : Que sont sensés faire les enfants en cas de malaise ou d’accident de l’enseignant?


#13

Sur certains postes, l’enseignant est seul tous les jours et le risque reste le même. J’étais directrice d’une école à une seule classe et chaque année, il était obligatoire de responsabiliser les élèves sur ce point (téléphone, gestes de premiers secours). Mes plus jeunes élèves dans ce contexte ont été des CE1 pas des maternelles.


#14

Tu as raison pas besoin de remplir de formulaire ni de demander d’autorisation pour une “sortie de proximité”, qu’elle soit régulière ou occasionnelle. Juste respecter le nombre d’adultes par rapport au nombre et à l’âge des enfants (1 pour 15 en maternelle, 1 pour 30 en primaire) et prévenir le directeur… ou bien noter au tableau où on va et à quelle heure on pense rentrer, si on est seul dans l’école… Perso dans ce cas je préviendrais le maire par exemple…
Ceci dit, un adulte pour 15 avec des petits, c’est vraiment peu si on doit emprunter la route sur plus de quelques mètres, et si on veut faire quoi que ce soit d’intéressant en pleine nature et en sécurité…
Et comme dit courageg, même avec des enfants de primaire, sortir seul avec sa classe c’est assez osé… Mais dans les classes uniques en campagne, il y a encore des enseignants seuls avec leur classe à longueur de temps… j’ai fait une année seule dans une école avec 20 élèves de la MS au CE1 et je crois que cette école existe toujours…


#15

C’est sûr que tout dépend de la réalité du terrain. Certains villages sont tout petits, avec très peu de circulation, les enseignants y sont parfois très isolés. Dans le meilleur des cas les écoles ont 3 classes, parfois on est seul ou à deux et souvent confronté à la gestion d’un groupe en étant le seul adulte présent.

Je crois donc qu’en effet il faut mettre toutes les chances que tout se passe au mieux de son côté, en prévenant une personne de là où l’on se rend, en se faisant accompagner si possible, en préparant soigneusement les itinéraires et en responsabilisant les enfants. Mais parfois les risques ne sont pas si grands, parfois aussi on a plein de belles choses juste à côté de son école et on s’en prive par peur de l’accident. Il me semble donc que c’est à chacun de juger de ses capacités, de la confiance qu’il a en son groupe classe, des risques encourus selon le lieu où il se rend et sa proximité. Ce qui paraîtra totalement déraisonnable voire irresponsable dans un certain contexte à un certain enseignant, semblera peut-être tout à fait acceptable et faisable pour un autre. :slight_smile:


#16

Je réponds ici à la demande de @charles suite à une longue discussion sur le matériel utilisé dans nos classes. Matériel Montessori ou pas? Ces discussions sur le matériel m’amène à réagir, car on s’éloigne du sujet premier:
Comme le dit Céline Alvarez, l’important n’est pas le matériel utilisé, même si celui de Montessori est bien adapté notamment en math. Le lien puissant de la relation enseignant - élève ne remplacera jamais un beau matériel si l’intention n’y est pas liée. Cela fait une année que j’ai débuté dans cette démarche proposée par Céline et j’enseigne depuis 28 ans en maternelle.

Voici ce que j’ai posté :
J’enseigne en Suisse et lors de la conférence de Fribourg donnée par Céline, elle a relevé l’importance de la créativité, de la vie dans la nature, des coins manipulations avec des “kapplas”(blocs) et du lien puissant qui se tisse entre l’enseignant et l’élève.
En Suisse, nous avons eu un essor depuis quelques années de ce qu’on appelle “Ecole en forêt”. J’en ai fait l’expérience depuis 6 ans en allant régulièrement en forêt avec ma classe.
Aucun matériel aussi beau et cher qu’il soit, ne vaut ces sorties en pleine nature, ou au jardin, l’importance se trouve dans la démarche.
En effet, ces élèves avec des difficultés motrices, organisationnelles, spatiales, vont évoluer plus vite au sein de la nature pour équilibrer leur corps et leurs compétences exécutives. Voici les objectifs que ces sorties en forêt visent:
Développer un projet pédagogique à travers la Nature pour les enseignants et les élèves
 Créer un lien fort avec la Nature
 Faire connaître la Nature, apprendre à la respecter et à l’apprécier
 Permettre aux élèves d’expérimenter et d’explorer la forêt
 Promouvoir une approche de découverte de la Nature à travers les sens, laissant une grande place aux jeux libres
 Offrir aux enseignants des instruments pédagogiques adéquats pour « vivre » dans la Nature et mener à bien leur enseignement dans un autre cadre que la salle de classe.( Oui, faire des math en forêt !)
 Appliquer les objectifs du Plan d’étude romand

Pourquoi sortir avec des élèves en forêt?

  • Cela procure un sentiment d’appartenance à un lieu, qui ancre l’enfant, l’aide à trouver son identité et sa place dans le monde.
  • Son bien-être est amélioré, lui sert de bouclier contre les effets négatifs d’une vie parfois difficile et entraînera un comportement éco-responsable lorsqu’il sera adulte.
  • Vivre en pleine nature permet de se connaître mieux et améliore donc la confiance en soi.
  • La motivation d’apprendre et d’explorer sort renforcée. L’autodiscipline et l’autonomie sont stimulées. La capacité de concentration grandit, l’enfant ayant la possibilité de se dépenser physiquement et de trouver des choses qui l’intéressent. Les compétences langagières et les capacités de communication sont également développées.
  • Cela stimule les processus d’apprentissage, notamment de termes et concepts abstraits, et cela augmente le savoir sur l’environnement. Cela encourage aussi l’esprit de coopération pour trouver des solutions, et facilite l’intégration sociale.

Conclusion qui nous ramène à notre sujet :
Le temps passé en forêt n’est pas que du temps de loisirs, mais un investissement essentiel en santé et en capacités.

Voici ce qu’on appelle un canapé forestier, qui est notre lieu de vie : Nous avons investi en forêt. Et on a pas besoin d’une structure aussi grande pour vivre la Nature et faire évoluer les élèves dans ce cadre. Un pré, un jardin suffit…

Mission accomplie @charles ???

23

11

33

Un incontournable :

9782810601011FS


#17

Oui c’est super :slight_smile:

Du coup quelques questions :

  • Comment le canapé forestier a été construit? J’imagine en partie avec les élèves. Mais je vois qu’il y a des branches de sections importantes, vous avez eu une aide extérieure (parents, mairie, etc.)?
  • Quelles sont les contraintes au niveau de la “sécurité” des enfants (fabrication de la cabane, sortie hors de l’école, encadrants, …)? J’ai conscience que vous êtes en Suisse, je ne connais pas du tout votre législation. En France j’ai l’impression que nous sommes rapidement amenés à remplir toutes sortes de papiers administratifs pour sortir de l’école, pour assurer la sécurité des enfants, etc. J’avoue ne pas m’être trop penché là-dessus (à part les classiques sorties en bus+lieu accueillant des classes).
    Je note le titre du livre qui me parait très intéressant.

Et du coup une requête auprès de collègues :
Auriez vous d’autres idées de sorties et d’activités, régulières de préférence et dans des lieux proches. Des remarques quant à la législation (en France notamment… j’ai l’impression qu’on est vite submergé par les papiers et les avertissements/interdictions…) Cela me fait penser aussi aux “classes promenades” (que je connais plus de noms que dans le détail). Si quelqu’un veut compléter, ça devrait intéresser du monde je pense :wink:

De mon côté, j’ai la chance d’avoir un parc boisé très proche. Je compte y aller régulièrement avec mes maternelles. J’ai une atsem avec moi. Par contre je crains de me laisser rapidement submerger et le risque de chutes/blessures (enfants trop excités qui se laisseraient emporter). Des idées pour les canaliser et/ou leur apprendre à être autonomes/s’autodiscipliner ?


#18

Merci pour vos questions très pertinentes.
Réponse 1:

  • Le canapé a été construit avec les parents et les enfants. C’est en collaboration avec SILVIVA et WWF qui ont amorcé ce projet de canapé forestier que cela a pu se faire. Dans votre cas,le livre de Sarah Vauquiez vous expliquera tous les plans et les mesures et les étapes d’un canapé et toutes les idées d’activités par saison sont décrites, avec les chants, les recettes, les activités de math etc…
    Pour vous qui voulez sortir:
    Pas besoin d’une aussi grande structure. Vous pouvez aussi avec les élèves, récolter des branches et les poser en demi cercle, les tasser quelques peu, rajouter de la mousse, des feuilles et cela devient déjà très confortable.
    Le canapé est sur un lieu appartenant à la commune, il a fallu simplement leur autorisation.
    Réponse 2:
    Sécurité: On sort avec 2 ou 3 adultes pour 28 élèves. On dispose d’une pharmacie, et des coordonnées GPS, comme lorsqu’on part en course d’école.

Commentaires:
Si vous avez un parc boisé c’est extra!
Le livre de Sarah vous expliquera bien comment faire vos sorties en forêt.
Pour vous donner une idée : Il y a un rituel d’entrée dans le parc avec un gardien ( un arbre par exemple…) qui schématise l’entrée dans la forêt et donc du respect des règles, on continue par une petite mission ( par exemple récolter une pive et un élément vert le long du chemin,) puis lorsqu’on se regroupe tous vers le canapé ou le lieu de vie, on met ses trouvailles sur un drap blanc et on fait une observation de ses trouvailles, puis on peut présenter un jeu de math ( aller chercher 3 bouts de bois et les placer dans l’ordre de grandeur), après un petite mise en commun, c’est la pause des 10h ( on peut cuisinier sur le feu ou pas) , puis un temps libre ( les limites sont clairement établies par des cordelettes de couleur qu’on ne dépasse pas, on termine par un chant ou une histoire, ou une création landart !
14

21

Sur le site que nous avons dans mon jura bernois, vous trouverez sous forêt, des activités que l’on a mis lors de nos sorties… cela peut vous donner des idées … mais votre bible de la forêt est bien l’enfant des bois !
www.ondecole.ch
N’ayez pas crainte des chutes, des petits accidents, c’est normal, il y en aura de moins en moins au cours de l’année si vous sortez régulièrement, vous verrez vos élèves progresser et VOUS serez fatigué mais tellement bien après un temps en lien avec la nature.Au début , vous serez très cadrant, mais très vite vous prenez vos marques… je vous invite volontiers en Suisse pour venir vivre l’école en forêt! Ma forêt est ouverte!


#19

Bonjour.une question .Quelle fréquence pour ces sorties ?


#20

Il y a des classes qui vont chaque semaine, ou à quinzaine, et certaines classes maternelles qui n’ont ps de classe et qui sont en forêt tous les jours, mais pour cette dernière, c’est une maternelle privée et les parents doivent payer. J’ai fait deux ans à quinzaine et actuellement je vais 1x toutes les 3 semaines.Vous pouvez aussi débuter 1x par mois, et ajuster…