Petites victoires petits bonheurs au quotidien


#206

Présentation de nettoyer le miroir à une enfant de petite section, elle répète plusieurs fois dans l’après-midi, quand je lui dis que c’est l’heure de ranger, (tête toute étonnée) quand je lui rappelle que maintenant, que je lui ai présenté, elle pourra reprendre et recommencer cette activité autant de fois qu’elle le souhaite : grand sourire jusqu’aux oreilles. C’était lundi, le miroir est bien propre, aujourd’hui, jeudi.


#207

1ers encodages pour deux élèves de MS hier (chacune en individuel avec moi), ensuite elles ne se sont plus arrêtées et en on fait ensemble toute la journée avec un sourire jusqu’aux oreilles et d’autres enfants qui gravitaient autour. Particulièrement une autre MS qui ne retient pas du tout les sons avec moi pour l’instant et qui était très motivée à faire comme les copines. Je pense qu’elle va apprendre grâce aux deux autres à la rentrée et que ce sera plus efficace qu’avec moi …
Un autre GS qui entre deux présentations de nouvelles lettres rugueuses en connaissait le double par rapport à ce que j’avais présenté car il s’était entraîné avec une camarade (qui lit déjà les livres de @Celine et des lectures adaptées) , ce qui a débouché pour lui à la lecture de petits secrets, suivi par un autre copain qui a eu envie de faire pareil !


#208

Des élèves de MS qui étaient en difficultés l’an dernier dans leur classe de PS et qui étaient bloqués à 3 sur la frise numérique depuis le début de l’année. Hier ils viennent compter avec moi et là ils arrivent à 15. La banane qu’ils avaient je vous dis même pas! Ils se sont entrainés toutes la journée.
Une classe calme calme calme et occupée, tellement occupée que je me suis parfois sentie inutile. J’aurais pu partir qu’ils ne l’auraient pas remarqué.
Des élèves qui font des jeux de société calmement, en respectant les règles et leur tour de jeu…Et des rires d’un enfant tellement introverti!
Que du bonheur!


#209

Quand ce sont les élèves qui te rappellent la philosophie de la démarche:
Je fais la présentation “laver le linge” pour une élève, une deuxième regarde très attentivement. Comme elles ont toutes les deux de bonnes fonctions exécutives, je propose que la première ne lave qu’un chiffon puis laisse la place à la deuxième… elles sont d’accord et je les laisse.
Un bon quart d’heure plus tard, je constate que la première est toujours en train de laver et la deuxième toujours en train d’attendre son tour! Je m’approche en souriant: “il n’est toujours pas propre, ce chiffon?” “Si, mais je m’entraîne aussi longtemps que j’en ai besoin!” :heart_eyes:


#210

Activité Arts visuels en cycle 2 autour de l’Egypte Antique avec transformation de photo pour que chaque enfant devienne Pharaon/Pharaonne. Et découvrir au milieu des décorations d’une coiffe le drapeau égyptien intégralement dessiné… L’enfant avait été cherché le petit drapeau de l’atelier de géographie… Trop chouette je trouve (même si j’ai dû préciser qu’à cette époque ce drapeau n’existait pas…)


#211

Mes premières lectures en ms! Ce sont 4 enfants qui avaient déjà des fonctions exécutives très bonnes! Mais quand même une lit déjà des mots et les 3 autres des syllabes en novembre en ms! Ils sont tellement fiers d’eux.


#212

petit sourire du jour :slight_smile:

un MS est en train de compter sur la bande numérique
il passe le 100, arrive au 110 et ajoute “hou là, faut pas rouler trop vite ici” …

Mine de rien, qui aurait cru que je les préparais aussi à passer leur code ???


#213

Ce matin, une petite fille de la classe m’a demander de lui écrire des mots secrets (Elle le fait tous les jours de puis quelque temps) Comme je n’avais pas trop le temps, j’ai sorti les mots a scotcher.
Je lui explique rapidement le fonctionnement. Elle lit “SAC” puis me dit je peux le scotcher sur un vrai sac ou je doit trouver un faut. Je lui répond qu’elle doit trouver le vrai objet dans la classe; ses yeux brille. Elle me répond: "Toi tu as un sac. C’est vrai, j’ai le droit de scotcher le mot sur TON sac?"
Elle était fière comme tous. Elle a scotcher le mon “pull” sur son pull en disant : "maman ne va pas se fâcher. Je lui dirais que c’est un mot secret.“
Au milieu de l’activité elle revient vers moi en me disant :” c’est trop chouette ton jeu."
Elle a scotcher quelque mot sur d’autre enfants en leurs disant :“Il faut le laisser c’est un mot secret!” Les autres enfants ont essayé de déchiffrer et voulaient tous recevoir un mot.

Plusieurs enfants m’ont demander pour apprendre à lire.
Bref que du bonheur.


#214

Cette semaine ma première élève de MS a compté sur la bande numérique jusqu’à 100. Du coup ça a lancé une sorte de motivation et mes MS comptent tous les jours sans arrêt et se motivent entre eux. L’élève en question est arrivée au bout de ma frise aujourd’hui (j’ai plus qu’à rajouter) 205. Un élève très en difficulté en début d’année est à 49 il était tellement fier, il le dit à un copain qui lui met la main dans le dos et lui dis c’est super je suis fier de toi! :slight_smile: J’ai adoré !


#215

Premiers essais d’écriture phonétique avec quelques élèves de MS : ils sont prêts et motivés. Gros plaisir pour eux, encore plus gros pour moi après beaucoup d’inquiétudes sur l’impression de ne pas avancer avec eux. Finalement les activités en amont auront (peut être?) fait leur effet. J’ai bon espoir qu’ils s’engagent beaucoup plus dans la suite et les activités préparatoires (discrimination des sons, lettres rugueuses, …), et de rallier d’autres élèves.

N.B.: j’avais commencé avec une élève qui ne dort pas à la sieste. Et là j’ai décidé de sauter le cap avec des élèves “moins préparés” (pas encore beaucoup de travail sur le jeu du petit oeil ou les lettres rugueuses), suite à une de mes MS qui demande à ses parents “d’apprendre à écrire”. Tiens, ça me rappelle fortement les périodes sensibles de Maria Montessori. Et l’encouragement de Céline Alvarez à proposer des activités challengeantes. Comme quoi… :wink:


#216

Oui Charles, c’est le début pour moi aussi des petits messages en MS avec des mots rigolos en phonétique. Projet - Decouvrir les mots.odt Projet - Decouvrir les mots.pdf On s’amuse.


#217

Mon petit bonheur c’est le petit K. en MS, qui a beaucoup de mal à se poser et à retenir ce qu’il apprend, je n’avais donc pas insisté sur le son des lettres lui laissant le temps.
Il a fini par les retenir tout seul en entendant ses camarades lire ou composer des mots et il a déchiffré ses premiers mots cette semaine. Les étoiles dans son regard, et dans les miens !


#218

Il y a trop de petits bonheurs depuis janvier. Je sens qu’un tournant a été pris pour bon nombre de mes élèves mais voilà quelques bonheurs :

  • Mes PS qui veulent savoir le nom des lettres et qui sortent les lettres à peine arrivés dans le classe pour que l’on continue.
  • Tous mes MS ont commencé les boîtes de lecture. Ils liront tous à la fin de l’année j’en suis convaincue.
  • Une élève de MS qui est presque à la fin de la bande numérique. Je la fais patienter en ne rajoutant pas jusqu’à 1000 tout de suite donc là elle en est à 912.
  • Mes 3 PS très remuants qui commencent à se poser et l’un d’eux qui s’est pris de passion pour les solides et qui connait tous les noms.
  • Jamais besoin de m’énerver, je ne gronde presque jamais, je redonne les règles souvent et elles me semblent bien assimilées.
  • Une matinée sans ATSEM qui s’est déroulée à merveille. Des élèves autonomes qui aident les plus petits, des élèves qui respectent les règles, des élèves qui s’intéressent à tout.
    Quel bonheur d’aller au travail, quel bonheur de voir tous les progrès…Merci @Celine pour tout ce qu’elle a changé dans ma pratique.

#221

Mon petit bonheur du jour : j’ai une classe de 17 petites sections. Au mois de mars, un de mes élèves m’a dit : je veux écrire mon prénom, tu peux m’apprendre ? Moi qui ne m’attendais pas à des demandes si tôt et qui n’étais pas préparée me lance quand même à tâtons dans l’explication du principe alphabétique et dans l’écoute des sons. Ça s’est transformé en avalanche de demandes, toute une bande de mes petits veulent apprendre à écrire. J’explique donc, je fabrique les lettres rugueuses, l’alphabet mobile, bref, certains se lancent, c’est super cool, mais ce n’est pas la victoire dont je voulais parler.
Aujourd’hui, nous sommes la veille des grandes vacances, et une petite qui ne s’était jusque là pas intéressée à l’écriture, et avec qui je n’ai fais AUCUN atelier de ce genre, vient me voir avec un dessin qu’elle a fait et me dit qu’il faut que je l’aide à écrire “Papa, voici ce dessin pour toi, bla bla bla…”. Je lui répond qu’on va se limiter à “papa”, et qu’elle va essayer de l’écrire elle, avec en tête l’idée de lui présenter le principe alphabétique. Je lui demande de prononcer lentement le mot pour écouter tous les sons, ce qu’elle fait parfaitement, puis de me donner le premier son. Elle me répond immédiatement [p], dans ma tête je valide “conscience phonologique ça va être facile”. Puis je vais chercher l’alphabet mobile, et lui demande si elle connait la lettre qui fait ce son. Elle m’en montre une puis une autre, ce ne sont pas les bonnes. Une autre petite de la classe qui dessinait à côté tend le bras, et lui montre le P. Il se passe exactement la même chose pour le A (elle trouve toute seule le son, ne trouve pas la lettre, la copine la lui montre), puis ça revient sur un [p], cette fois elle trouve la lettre toute seule, et idem pour le deuxième [a]. Comme elle met les lettres n’importe comment, je lui explique qu’il faut les placer de droite à gauche. On relit le mot, et gênée je lui dit qu’il va maintenant falloir mettre ce mot sur sa feuille et que je ne sais pas comment on va s’y prendre. “D’accord” me répond-elle en prenant son crayon et elle le recopie, elle se met à écrire parfaitement PAPA. Je dois avouer que je l’ai regardée bouche bée, moi qui avait l’impression de ne pas bien les préparer en graphisme…
Je réalise qu’avec deux questions de ma part et deux infos d’une camarade, elle vient d’écrire un mot sans problème. C’est trop facile d’écrire en fait !
Bref, les ateliers c’est bien, mais même ça, ça peut être dépassé par l’environnement…
J’adore travailler comme je le fais… Même quand on fait rien, les élèves apprennent…


#222

"Même quand on fait rien, les élèves apprennent…"
Je suis sûre que tu fais beaucoup ! Mais je peux comprendre ce que tu dis, j’ai l’impression aussi depuis que j’ai changé ma pratique, j’ai l’impression que je travaille moins, mais en fait je travaille juste différemment.


#223

Allez quelques petits plaisirs (nous avons repris depuis mi août à la Réunion ;)) :

  • J’ai repris une grande partie de mes anciens élèves (j’ai 14 GS, dont 11 MS de l’année dernière) : une grand bonheur, rentrée hyper fluide (comme si on reprenait la classe après de courtes vacances), élèves à l’aise, les “nouveaux” intègrent rapidement les règles de la classe. Malgré un changement de salle de classe (et de mobilier).
  • J’ai ajouté un atelier peinture libre, que je n’avais jamais osé mettre en place l’année dernière (trop peur), et ça tourne hyper bien. Ils sont totalement autonomes. Salissent pas mal (l’occasion de rajouter l’atelier de nettoyage de la table :D), salissent les pots/mélange - parfois - les couleurs, mais ça va faire partie des apprentissages. Hate de mettre en place d’autres ateliers qui me font un peu peur ^^ (collation du matin, laver le linge, etc.)
  • Mauvaise surprise, mais avec le recul c’est un apprentissage très intéressant pour moi : je voulais faire un petit atelier sur les boucles. Bon le graphisme l’année dernière était très à l’arrache. A part les activités indirectes (dessin, coloriage, etc.) nombreuses, le graphisme était abordé de manière très laide : feuille lignée, on trace des lignes de graphismes (peur de ne pas avancer sur les programmes). Donc là, je voulais essayer un truc plus sympa : tracer des boucles dans tous les sens et tailles, qui se croisent, puis remplir de couleur (comme certains tableaux). On s’amuse sur cahier desin, on “gribouille” dans tous les sens, je montre un peu un exemple, leur dit de se lâcher. Ca va dans l’ensemble. Mais je tombe sur quelques élèves, pour lesquelles je me disais “aucuns soucis, elles sont hyper scolaires, avancent très bien dans les apprentissages”. Elles me tracent des boucles alignées, toutes de la même taille, bien horizontales. Sur une page blanche non lignée. Et hyper difficiles pour elles - malgré encouragements, exemples, etc. - d’en sortir ! Elles sont tellement formatées les pauvres :confused: Une d’elle a même essayé (avec un certain succès d’ailleurs) de reproduire mon exemple. Bref, j’ai appris que je devais apprendre à mes “bons” élèves à sortir un peu du cadre et se lâcher un peu . Les plus “mauvais” (au sens purement scolaire) élèves n’avaient évidemment aucuns soucis à gribouiller dans tous les sens :D.

#224

Ce matin, j’ai présenté à une élève comment préparer un bouquet de fleurs. Une autre élève (qui vient d’une autre école et découvre ce fonctionnement) est venue nous observer. Elle a dit “Hein, maitresse c’est de la vraie eau?”. Ca m’a fait sourire, oui ici nous utilisons de “vraies choses” et c’est surprenant pour des enfants qui n’en ont pas l’habitude.


#225

Ce projet mûrit depuis plus de 7 ans. Depuis que Céline a quitté l’IEN et déclenche une bombe pédagogique ! Et ça y est, enfin j’ai tout pour me lancer! C’est parti!

Et pour la première fois depuis trop longtemps, je suis vraiment heureuse d’aller travailler. 30 élèves, 3 a 4 ans. Pfiou, ça fait pas rêver vu comme ça.

Et pourtant : dans cette classe dégagée de tout le mobilier inutile, ils sont libres de se déplacer, ne se gênent pas les uns les autres. En quelques jours à peine, et sans avoir vraiment commencer (je n’ai que des ateliers autonomes, sans présentation), je vois déjà des choses: ils rangent, tirent leur chaise délicatement, roulent et déroulent leur tapis plusieurs fois, pour le plaisir de bien le faire…
J’ai évidemment des enfants qu’on dit difficiles. Dans un fonctionnement classique, je crois que je ne les aurais pas supportés. J’aurais passer mon temps à m’agacer voire à hurler. La non. Car je constate que bien qu’ils soient incapables de tenir en place, de rester concentrés sur un travail plus de quelques minutes, je les vois heureux de découvrir une nouvelle activité, un simple petit rappel et les voilà heureux de ranger ce qu’ils avaient oublié, de le faire aussi délicatement que je leur ai appris.
Je crois que c’est ça ma plus grande victoire : pouvoir dire aux parents de ces enfants si difficiles à canaliser que tout va bien. Que non ce n’est pas dur. Qu’ils se passent plein de choses très chouettes avec leurs enfants.