Activités autonomes individuelles VS activités autonomes collectives


#1

Je suis perplexe quant à la cohabitation de ces deux procédés; Maria Montessori mettait en avant l’activité individuelle autonome entre autres pour développer les compétences exécutives, les réflexes inhibiteurs et pour "ordonner"l’être intérieur de l’enfant et je le conçois très bien. D’un autre côté, les activités collectives sont importantes et même bénéfiques pour les apprentissages entre pairs. Mais lorsqu’on fait cohabiter les deux types d’activités dans la classe dès le départ, j’ai l’impression que les enfants font la différence entre des activités présentées sur un plateau et celles qui ne le sont pas (pour ma part, dessin, pâte à modeler, puzzles, arts plastiques, jeux de construction) et du coup on se retrouve à chaque fois avec des papiers non jetés, des crayons non rangés, la pâte à modeler en vrac , certains puzzles non terminés sur place et des légos aux 4 coins de la classe. Peut-être faut-il commencer l’année avec uniquement des activités individuelles jusqu’à ce que l’enfant ait intégré le principe d’ordonnancement? Qu’en pensez-vous?


#2

Effectivement, les deux premiers mois, je n’ai proposé que des activités autonomes individuelles, pour travailler le silence dans la classe : pas de discussions entre élèves, présentations en chuchotant, déplacement des chaises et du matériel sans faire de bruit, déplacements sur la pointe des pieds.
Cela crée une ambiance particulière, presque monastique, mais c’est appréciable pour le travail, et les élèves comme les adultes y prennent goût. Même si le naturel bruyant revient vite si on n’y prend garde.


#3

Donc, les deux premiers mois, il n’y avait pas de jeux de construction ou autres?


#4

Tout à fait d’accord. De mes timides essais, j’ai laissé un peu de latitude pour être à deux sur un atelier, mais obligé de régulièrement séparer certains élèves et les forcer à prendre un atelier seul (d’où perte de temps, énervement, bruit dans la classe, etc.) L’année prochaine je serai plus strict dès le début (ateliers vraiment tout seul, chuchotements, déplacements, etc.), et une fois le climat en place on pourra laisser plus de marge.

@guiguitte : je laisse certains jeux bruyants et/ou à plusieurs (kapla, cuisine, véhicules, poupons, etc.) uniquement accessible à l’accueil. En journée ils ne le sont plus (sauf cas exceptionnel). On peut aussi laisser certains jeux, mais en individuel et si l’élève respecte l’ambiance sonore de la classe (construction notamment). D’ailleurs plusieurs collègues en traditionnel (MS et GS) font de même. Il y avait trop de bruits et débordements avec ce genre de jeux.


#5

Je constate pareil, les jeux libres font le bazar. Du coup je n’en mets pas le matin, seulement l’après-midi après la sieste des PS. Et j’ai transformé qques-unes de ces activités en atelier individuel: kaplas (une pte barquette avec des modèles de constr), dessin, même pâte à modeler.


#6

Bonjour Florian
Comment fais tu pour que tous les enfants prennent une activité individuelle ? Comment arrives tu à expliquer chaque activité ? Cela veut il dire qu il y a trente plateaux individuelles?
Cela m interesse pour travailler dès le départ dans un climat de travaîl calme mais je ne perçois pas concrètement l organisation!
J avais au contraire proposé des activités collectives pour me laisser le temps de présenter les activités individuelles! Mais ça manquait de calme dans la classe…Merci de m eclairer pour que je prenne un bon départ à la prochaine rentrée ! :blush:


#7

Bonjour @corinne06110

Pour éviter que les enfants ne se regroupent de trop grand nombre, il te faut organiser ton matériel de façon à ce qu’il n’y en ait QUE pour 1 ou 2 enfants maximum.
On explique aux enfants qu’ils peuvent sortir ce qu’ils veulent, mais que la seule règle et de le remettre là où ils l’on trouvé quand ils ont terminé. Il faut que les règles soient très claires dès le départ.
A toi de décider ce que tu souhaites.
.
A titre d’exemple: dans ma classe, tout ce qui était “à portée d’enfant” était libre d’accès. On avait instauré ces règles :
1- j’ai le droit de choisir l’activité que je souhaite (mais seulement si elle est rangée à sa place) = interdit de prendre une activité “en cours” ou abandonnée sur une table : le copain va surement revenir Donc si j’ai envie de faire une activité prise, je choisis autre chose en attendant qu’elle soit libre (et rangée à sa place donc)
2- je peux la faire autant de fois/de temps que je veux personne ne peut me “presser” de terminer
3- lorsque j’ai terminé, je la range là où je l’ai trouvée, dans l’état où je l’ai trouvée (propre, sèche si activité avec de l’eau, démontée si activité de construction, essuyée si activité avec Woody…)
4- je le fais avec le moins de bruit possible
5- sans jamais déranger celui qui travaille camarade ou maitresse

Quand on arrive dans une classe, il y a souvent (et paradoxalement) trop de matériel en quantité. Tu peux en retirer plus de la moitié sans problème (perso, j’avais de quoi fournir au moins 3 classes !!!).
Si tu proposes une barquette de pate à modeler, tu ne mets que 2 grosses boules, et un ou deux accessoires, c’est tout. D’eux même les enfants vont aller chercher autre chose puisqu’il sera évident qu’ils ne pourront pas faire cette activité à 4… Fais leur confiance !

Nous avons globalement suffisamment de matériel pour proposer des petites activités “transitoires” pour commencer

  • pate à modeler
  • quelques perles et 1 ou 2 fils
  • une tirelire avec quelque jetons
  • UN crayon et du papier
  • une barquette avec 1 ou 2 paires de ciseaux et des bandes de papier
  • barquette avec des petits objets de 2 ou trois couleurs et/ou forme pour faire du tri
  • quelques élastiques (chouchou pour cheveux) de couleur à enfiler sur un tube
  • quelques trombones à placer sur une plaquette
  • quelques anneaux percés pour réaliser une chaine
  • des jetons et une plaque quadrillée
  • des cubes ou des légos de plusieurs couleurs à encastrer pour faire des petites tours (de 10 …)
  • une matriochka ou des boites gigognes
  • la boite de Kapla ou de légo (qui génère automatiquement plus de bruit) peut être placée dans un endroit stratégique (devant la porte, limite dans le couloir ?) et n’accueille plus d’enfants QUE si cela reste calme.
  • les puzzles restent une valeur sûre
  • … tout matériel qui induit sa consigne de lui-même peut devenir un atelier autonome … il est ainsi possible de “recycler” le matériel type atelier de Nathan qu’on utilisait avant en r groupe de 6 (type atelier des premiers nombres, tri divers, topologie …) il suffit de ne placer dans la barquette QUE le matériel nécessaire pour UN enfant.

Ces activités te permettront de mettre en place progressivement les règles de fonctionnement. Au départ, tu ne prévois RIEN pour toi : ton rôle et celui de l’ATSEM c’est “ça cela tourne” : aider les enfants à trouver/ranger leur activité, gérer les éventuels conflits, gérer/canaliser le bruit. Et parallèlement : se déplacer en silence, déplacer une chaise, s’asseoir, dérouler/rouler/ranger le tapis…
Tu pourras introduire ENSUITE les activités pratiques et sensorielles que tu souhaites présenter individuellement.
Certaines activités du départ disparaitront très vite, d’autres peuvent rester plus longtemps voire définitivement, en fonction de ce que toi tu y vois d’intéressant à proposer aux enfants.

Et puis il reste le coin bibliothèque, le coin dessin, celui d’arts plastiques … le droit de ne rien faire sur un petit moment… Tu te rendras vite compte que tu as de quoi occuper plus de trente enfants !!!

Je te souhaite un bel été avant cette nouvelle rentrée !


Fil de discussion pour ceux qui se lancent à la rentrée 2018 (maternelle)
#8

Merci pour toutes ces précisions ! Cette année, j ai mis en place des activités autonomes mais en laissant de gros bacs ( legos, kaplas, cubes, pâte à modeler, découpage etc) et du matériel commun (crayons, feutres, ciseaux…). Je pense qu’ il faut que je continue de proposer tout ce matériel mais en plus petites quantités (pour 1 ou 2 enfants)pour gagner en sérénité dans la classe. Tes règles sont précises. Il faut que je réfléchisse aux miennes. Les enfants récupéraient souvent les activités d’un autre…Du coup , beaucoup d’ activités n’ étaient pas rangées. … Merci beaucoup!


#9

Bonjour!
je fais à peu près la même chose qu’Hélène sauf que les activités qui n’ont pas besoin d’être présentées (puzzles, kaplas…) sont rangés dans 3 meubles bien définis dans ma classe dont 1 spécial pour les jeux de construction sur lequel j’ai mis du scratch autocollant pour me permettre de le fermer avec un rideau (quand je trouve que c’est trop bruyant). Ce système me permet d’accueillir facilement les élèves des collègues non remplacés (cela arrive assez souvent!): ils n’ont le droit de prendre qu’uniquement les activités de ces meubles là.
Lire Hélène m’a un peu recadré: ma classe est tout de même bruyante et j’avoue avoir du mal, surtout l’après-midi. J’hésite à mettre en place des plans de travail à la rentrée prochaine mais cela me semble bien fastidieux


#10

Je pense effectivement qu’en enlevant encore certaines activités de groupes, on gagnera en calme et en concentration. Je vais aussi ranger plus rigoureusement les crayons, les colles, et la papeterie car les enfants prennent un peu de tout , oublient de ranger parce que d’autres s’installent et ainsi de suite… Je prévois des petits plateaux individuelles avec un pot de crayons pour deux maximum.
Je ne sais pas quoi faire des jeux comme le garage et la cuisine… Les enlever? Les laisser?
J’ oublie de préciser que j’ai 6 petits et 21 moyens cette année !
Après les grandes vacances , j’auraii également 6 petits et 21 moyens. Je suis parvenue à garder mes 6 petits l’ année prochaine malgré les réticences de ma directrice !


#11

Oui, il vaut mieux enlever le garage et la cuisine!!! trop bruyants! Tu peux les mettre dans une pièce attenante si tu en as une, un dortoir, le couloir…ou sous le préau pour les récrés! Mais réserve l’espace de la classe pour les activités moins bruyantes!


#12

J’ai aussi enlevé les coins jeux traditionnels, je les ai mis pour la récréation


#13

2 messages ont été déplacés vers un nouveau sujet : Où ranger le petit matériel collectif ? (crayons, feutres, colle, ciseaux, …)


#15

3 messages ont été intégrés dans un sujet existant : Où ranger le petit matériel collectif ? (crayons, feutres, colle, ciseaux, …)


#18

Dans l’année, pour recadrer les activités autonomes libres qui avaient tendance, c’est naturel, à devenir collectives et bruyantes, surtout avec les grands qui sont plus grégaires, j’ai du mettre en place quelques règles :

  • Les grands commencent la journée en tutorant un élève plus jeune dans le calme, ce qui m’a permis de les séparer, les mettre au travail, et les responsabiliser. Et les petits ont découvert de nouvelles activités.
  • En début d’après-midi, on commence par un temps de travail seul et en silence. J’ai imposé de l’écriture calligraphiée, petit coup de stress pour qu’ils soient prêt pour le CP, le collègue tenant expressément à ce qu’ils soient capable d’écrire entre deux lignes.
  • J’ai encouragé toutes les activités à deux élèves dans l’idéal, avec des échanges à voix basse. J’ai limité strictement à 4 élèves au maximum, en particulier les jeux de constructions, même en comptant ceux qui regardent juste.

#19

J’ai fait aussi de l’écriture en début d’après midi mais je n’arrive pas à avoir le calme (ou alors ça dure 10 minutes): je prends au maximum 5 ou 6 élèves avec moi en écriture et les autres sont en libre choix d’activité donc les 21 autres et le niveau sonore monte très vite (ils sortent juste de la cantine). Comment fais tu toi? tu les mets tous en même temps en écriture? sans toi?avec une consigne très simple et répétitive?
Sinon merci pour ton idée de commencer la journée en tutorant un plus jeune, je prends pour l’an prochain!
Et pour les boites individuelles de crayons de couleur, je vais essayer!


#20

C’est clair que les débuts d’après-midi sont pour moi aussi un moment plus délicat. Pourtant je n’en n’ai qu’une douzaine, les autres font la sieste. Je leur impose à tous depuis le mois de mai un temps d’écriture, seuls, et en silence. Certain commencent au tableau, d’autre dans le sable, sur feuille ou sur le cahier, au choix. Je bataille un peu pour obtenir ce temps imposé, alors que le reste de la journée en travail autonome libre se passe bien mieux. J’essaie de passer voir chacun avant de le permettre de choisir une autre activité librement. Mais je ne suis pas satisfait de ce fonctionnement, l’idéal serait de laisser l’écriture aussi en activité libre, ne pas dévoyer l’activité en l’imposant, mais j’ai eu peur qu’ils ne soient pas prêt pour le CP. Et je me suis dit bêtement que cela ne leur ferait pas de mal avant l’année prochaine d’avoir un petit temps de travail imposé. L’année prochaine, je pense que je conserverais juste un petit temps de travail seul en début d’après-midi, mais en activité libre ; et je conduirais un atelier avec les élèves qui le souhaitent.


#22

Oui moi aussi j’ai enlevé tous les jeux bruyants ( cuisine, garage, construction…) . Par contre moi je fais un petit temps de repos l’après-midi pour les moyens et les grands ( écoute musicale ou conte) et ensuite c’est très calme ! Ils ne sont plus que 19 et on en râterait même l’heure de la récréation !


#23

Pour l’écriture, j’ai imposé aussi 2 après midi avec la moitié de la classe, l’autre étant avec la maîtresse des petits. Au début, c’est fastidieux mais très vite, ils deviennent autonomes et c’est plus facile de ne rester qu’avec ceux qui ont du mal. Je suis la méthode de Danièle Dumont en ajoutant une petit gym des doigts avant de commencer. Cela les calme et les prépare au travail. 2ème temps, je fais une explication collective au tableau. 3ème temps, je suis cette fois les conseils de Mme Zerbato Poudou. Il s’agit de demander aux élèves de me dire comment faire et d’exagérer. Par exemple, si l’enfant dit “fais un trait”, je le fais volontairement vertical s’il s’attend à ce qu’il soit horizontal. Alors tous dénoncent ce qui ne va pas, cela leur plaît beaucoup et les aide à retenir ce qui est important. 4ème temps, tout le monde écrit. On commence au tableau, puis sur feuille blanche puis une ligne, puis 2… J’écris les modèles à l’avance pour ne pas perdre de temps. Cette année, ils écrivent tous même les moyens. Certains adorent leur cahier et je les laisse l’emporter à la maison à condition qu’il soit de retour le lendemain. Je me suis fait une liste de mots à copier. Quand ils connaissent toutes les lettres, on passe aux phrases qu’ils choisissent et que j’écris comme modèle, puis je leur montre un mot, ils le regardent autant de temps qu’ils veulent et vont écrire les lettres dont ils se souviennent. Ils reviennent voir la suite et je leur donne un stylo à la place du crayon. Et ainsi de suite autant de fois qu’ils ont besoin de revenir. Comme ça, à la fin, je vois combien de lettres ils peuvent mettre en mémoire et s’ils copient rapidement. Ils s’améliorent très vite et adorent ça. La dernière étape, je leur donne une phrase écrite en script et c’est à eux de l’écrire en cursive. J’ai mis tout ça au point en janvier. En fin d’année, 2GS sont à la dernière étape et 8 en sont aux phrases dont une MS. Tous ont un cahier avec 2 lignes.
C’est vrai qu’au début, beaucoup n’apprécient pas l’après midi écriture, mais cela vaut la peine d’insister un peu car ils sont bientôt très fiers des progrès et regardent souvent les 1ères pages pour se souvenir de ce qu’ils produisaient au début. L’activité est libre le reste du temps. La MS qui écrit les phrases a passé plus de 2 mois à prendre son cahier tous les jours. Quand on a commencé, elle était incapable de faire une boucle. C’est maintenant son activité préférée. J’ai oublié de dire que l’activité imposée dure maximum 10 minutes après l’explication. Si l’enfant ne parvient pas à écrire ou s’il veut arrêter, je n’insiste pas et je lui propose d’en faire juste un de plus. Après ils prennent ce qu’ils veulent et je continue avec ceux qui ont encore envie de batailler un peu.


#24

Merci @nioche pour ton témoignage. J’ai eu des scrupules à briser le fonctionnement de classe en activités libres autonomes ; mais tu me confortes dans le fait d’avoir du moi aussi imposer une activité d’écriture cursive au GS en début d’après-midi. Les enfants n’avaient en effet toujours pas investit d’eux même l’activité sur le cahier à Pâques. Et je me suis mis la pression avant leur entrée au CP, le collègue étant assez tatillon la-dessus, et pas vraiment dans la même approche pédagogique. Je suis content de l’avoir fait, car les enfants ont progressé, mais pas pleinement satisfait quand à ma démarche, car j’ai du batailler cette année. J’aimerais que cela se passe mieux l’année prochaine, mais je ne sais pas bien encore comment m’y prendre…